Le problème avec le sexe

19 octobre 2004 à 21:37

Mon post précédent m’a un peu fait réfléchir. Je me dois d’éclairer un point : ce n’est pas vraiment que je n’aime pas le sexe. Ca veut dire « ni oui, ni non », en fait.

Je ne dis pas, c’est plaisant. Je ne suis pas non plus frigide. Mais les hommes sont vraiment nuls pour ça, voyez-vous. C’est vrai, leur besoin déborde à un tel point qu’ils n’ont plus de désir. Et donc, n’accordent pas la moindre attention aux vôtres.

Et en l’occurence, mon désir numéro un, c’est de ressentir autant de choses que j’en sens. Clairement, ma zone la plus érogène est le coeur. Et d’ailleurs, cela a ses inconvénients : avec les bons mots au bon moment, mes défenses tombent immédiatement. Mais rares sont les hommes qui pensent à dire quoi que ce soit de gentil en ces circonstances. Les seuls mots qu’on entend sont laids.

Soudain l’homme se sent commentateur sportif, et raconte l’action comme si vous n’y étiez pas. Les mots qu’il choisit sont laids, sordides, crus, ce qui lui semble du plus haut érotique. Il combine dans sa tête un tas de positions compliquées que très vite je n’ai aucune envie d’adopter tant j’ai l’impression de lutter pour une médaille aux JO. Irrémédiablement, au bout de quelques accrobaties, je le regarde et il me semble soudain bien seul. Les mecs ne savent pas s’y prendre, ils vivent leur plaisir en égoïstes. Et Lord T plus qu’aucun autre, je me dois de le confesser.

Bref, en soi, ce n’est pas le sexe le problème, ce sont les mecs.

Mais alors, me direz-vous, pourquoi pas les femmes ? Eh bien ça me pose un gros problème : j’aime les queues. Désolée mais c’est comme ça. Et tripoter une poitrine, si ça me captivait tant que ça, je pourrais le faire moi-même. Or c’est loin d’être le genre de la maison.

Et vous savez, le pire, c’est que ça ne me manque pas. Ce qui me manque en période de célibat, c’est le soutien, l’affection, les sourires, les bonnes intentions. J’ai passé 2 ans d’affilée en célibat, et jamais ça ne m’a manqué de ne pas avoir de relations de ce type. Pas une seule fois. Je me suis même fait peur. Mais non : ce n’est tout simplement pas ma priorité.

En fait, je crois que le problème, avec le sexe, c’est que j’ai d’autres impératifs sur ma to do list. Mener une vie sentimentale, affective et professionnelle équilibrée, ça, c’est vital. D’un certain côté, le sexe est un luxe, qu’on ne peut se permettre quand on n’est pas heureuse dans les autres aspects de sa vie.

par

Pin It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.