On n’a que ce qu’on mérite

23 octobre 2004 à 12:12

Si quelqu’un a déjà ressenti cela dans l’assistance, qu’il se lève et me dise comment il en est venu à bout. J’ai l’impression que le moindre petit os en moi est brisé. Je n’arrive même pas à respirer. Sur ce coup-là, ma vie me fait trop mal, je ne peux plus.

Ouais, ouais, je sais : pas bien. Mais sérieusement, j’ai quelle autre alternative ? Je ne cesse d’y penser depuis hier. J’avais juré de ne pas remettre les pieds chez mes parents, quoi qu’il m’en coûte. J’avais juré de ne pas laisser tomber Lord T. J’avais juré que je ne laisserai pas la personne la plus importante de ma vie disparaître comme ça. Et pourtant, me voilà à fuir ce que j’aime et retourner auprès de ceux qui m’ont fait mal si longtemps (et qui ne s’en rendent même pas compte). Ok, la décision n’est quà moitié prise et je n’ai rien fiat en ce sens, mais j’en suis à un stade où je ne vois rien d’autre. Un peu obsédée par cette idée, finalement, de retourner chez mes parents et de nous faire un remake de la petite maison dans la prairie. Tout en sachant pertinnement que même si je repartais là-bas, ça ne se passerait pas comme ça.

A ce niveau de ma réflexion, je sens poindre la question du mérite. Gravée en moi, pyroimprimée à même mon cortex, j’imagine, la notion qu’on a ce que l’on mérite (et qui accompagne bien souvent le discours des gens qui tentent de vous rabaisser, il est vrai). Peut-être bien que je ne mérite que cela. Que mes parents me mettent à terre, que je ne sache pas m’en relever suffisamment pour épargner celui que j’aime, et qu’à son tour il me brutalise verbalement (et hier un bon bourre-pif), peut-être que tout cela n’est pas dû au hasard, à la malchance. Ce serait quand même bizarre que les pires maux de cette hémisphère s’abattent sur moi comme ça. Il y a forcément une raison.

Quand le monde n’a plus de sens, il paraît quelque part logique d’imaginer que c’est de ma faute. La voix qui dit en moi que je n’ai rien fait de mal est à peine audible. C’est, après tout, ce que pensent les gens qui se déresponsabilisent de leurs méfaits. Peut-être que dans le fond, je ne suis pas une personne bien, quoi que j’en dise. Peut-être qu’après tout, j’ai mérité ce qui m’arrive depuis près de 23 ans maintenant. C’est trop facile d’attribuer ça à la malchance, vous ne trouvez pas ?

par

Pin It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.