C’est tous les matins dimanche

24 décembre 2004 à 9:37

En ce qui concerne le déphasage, je suis experte. Vous lisez tout de même quelqu’un qui depuis environ un an, ne se levait pas avant 13h environ, du fait qu’elle s’endormait sur les coups de 6 ou 7h du mat. Eh ouais.
Mais là, je bats mes propres records.

Je pensais sincèrement que le changement de rythme allait être brutal chez Mirador. Ce surnom, elle le doit en partie à ses pulsions de contrôle sur mon emploi du temps. Je n’en avais plus l’habitude : depuis la rupture avec Lord T (et en vérité, déjà avant même si cela n’avait cours que pour les heures de sommeil), je décidais de mes horaires seule et le plus souvent, en complet décalage avec les ‘normes’ en la matière. De l’ordre du petit déjeuner sur le coup de 16h (j’ai du mal à avaler quelque chose dans les heures qui suivent mon lever). Vous voyez le genre.

Alors quand j’ai compris qu’il faudrait avoir des repas au même moment, ne pas regarder la télé tard ou ne pas laisser l’ordi allumé lorsqu’elle dort, j’ai envisagé un désastre complet. Pour tout dire, je m’imaginais vivre des heures d’insomnie dans mon lit, en train d’écouter les chats ronfler (car mes chats ronflent. Enfin, surtout Tomcat, Trixie serait plutôt du genre à siffler dans son sommeil).

Rien de tout cela (excepté pour les bruits nocturnes de mes camarades de chambrée). En fait, j’ignore comment j’en suis arrivée là, mais depuis lundi ou mardi, je me lève en pleine nuit et ne parviens pas à me rendormir. Avec pour effet d’avoir des horaires de veille du type : 4h-20h, enfin dans ces eaux-là, quoi.

Un décalage dans l’autre sens.

Finalement, mon problème n’était pas tant de ne pas être adaptée aux horaires de sommeil classiques (que je suppose être en 22h et 8h), mais la vérité est la suivante : je suis nulle pour dormir. Pas étonnant que je déteste ça. Ou bien ? Où est l’oeuf, où est la poule ?

Le problème persiste, je suis en décalage complet.

Comme si je vivais en permanence des décalages horaires de pays où je n’ai jamais mis les pieds. Tiens, pour rigoler, j’essayerai de voir dans quel pays je dors en ce moment. Les voyages forment la jeunesse.
Donc tous les matins, me voilà éveillée très tôt. La lumière des lampes dans la rue filtre à travers les rideaux épais mais lâches de mon vasistas. Hm…

L’ambiance est celle d’un dimanche matin.

Quand j’étais petite, le dimanche matin, je me réveillais plus tôt que tout le monde. La maison était silencieuse. On entendait les bruits du jardin (les oiseaux, le vent…). Je restais là, à rêvasser encore un peu, à tortiller mes doigts dans les draps, à lire.
Et puis sur le coup de 9h, les portes s’ouvraient, la maison se mettait en mouvement, je reposais tout et attendais que ma mère vienne me réveiller -car bien-sûr, comme beaucoup de gosses, je faisais semblant de dormir. Pas pour rire. Pas pour faire une surprise (quoique ça a dû m’arriver une ou deux fois). Juste pour que le matin se passe comme si de rien n’était et que tout le monde ignore tout de ma vie nocturne. Ma double-vie. Personne ne sait comme moi avoir l’air profondément endormie. Je sais même moduler mon souffle. Tout le monde tombe dans le panneau. Dimanche matin d’enfance.

A présent j’ai l’impression de revivre ces dimanches matins dans une maison endormie. Et d’attendre l’heure pour descendre, comme si de rien n’était.

Les dimanches matins, les vrais, c’est important. C’est mon fantasme personnel. C’est ma réponse à la question métaphysique « qu’est-ce que le bonheur ? ». Se réveiller un dimanche matin lumineux, une lumière blanche filtrant de derrière les volets, une odeur de café (que pourtant je ne bois pas) dans la maison, et un visage endormi et serein posé sur l’oreiller aux motifs de lierre pastel à côté de moi.

Ne me demandez pas. C’est un fantasme. Il n’y a rien à expliquer.

Mais le matin où je vis cela, en ressens toute la plénitude, et n’ai pas envie de traîner dans mon lit, seule avec ma vie parallèle, ce matin-là j’ai gagné.

par

Pin It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *