Derrière chaque doubleur se cache un censeur

15 janvier 2007 à 19:01

20minutes (et sans doute quelques autres) nous informe que la télé édulcore les productions étrangères. Pouah eh, tu parles d’une nouveauté !!! Si comme moi vous tendez l’oreille pendant une série en VO, ou, pour les autres, si vous… savez lire sur les lèvres ? …eh bien vous l’aurez remarqué il y a longtemps, et à de (trop) nombreuses reprises.

Cela dit, c’est une bonne chose qu’une fois de temps en temps, on le dise haut et fort. L’édulcoration n’est pas neuve mais elle est choquante et à bien des égards. A l’égard des auteurs, naturellement, car elle dénature leur propos, quel qu’il soit, et aussi parce qu’elle réduit chez eux toute capacité à se lancer dans des choses nouvelles, que la censure décourage.
A l’égard surtout des spectateurs, car il est rare qu’ils soient en mesure, notamment de par la façon extrêmement contrôlée qu’ils ont d’accéder à des œuvres de fiction, et notamment les séries puisque c’est ce qui me préoccupe ici, de dire sur quoi on les a floués. A-t-on édulcoré un gros mot ? Ou simplifié un raisonnement ? A quel moment cette pratique se fixe-t-elle des limites ?

Pourtant, ces séries elles-mêmes viennent d’un pays de tradition puritaine, où la bonne morale se choque d’un rien. Et elle a réussi à passer le barrage de l’autocensure, de la censure de la chaîne… et chez nous, pays soi-disant des Droits de l’Homme, on ne saurait digérer ces mots crus ? Il ne s’agit même pas du problème de faire des coupes, on parle carrément de travestir des œuvres, c’est pire que TF1 qui… Brrr, je ne serai pas celle qui vous donnera cette horrible nouvelle.
Doit-on rappeler qu’en France, pendant les années 80, les nanas du Collaro Show se baladaient les fesses à l’air à une heure de grande écoute ? Et aujourd’hui on ne veut même plus prononcer le mot bite à la télé ?

Vous allez me dire (comme nombre de réactions sur 20minutes) qu’il suffit de regarder la VO sur les DVD. Ouais, bon : quand ils sortent, disons. Mais faut-il être accro à une série (et se saigner, dans une immense majorité des cas, de 40 euros) pour avoir droit à une œuvre dans son intégralité, non travestie ?

Ces censeurs qui croient nous protéger (je partirai du principe qu’ils font cela de bonne foi bien que j’en doute) en édulcorant des dialogues ne font qu’aider à faire germer les comportements les plus extrêmes.

 

C’est dangereux, c’est pas bien, et boooooooooh !

par

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

3 commentaires

  1. Eske dit :

    Concernant le même sujet, voici la dépèche d’AFP avec quelques éléments en plus :

    Voici un petit florilège de corrections demandées par les chaînes de télévision et autres diffuseurs de films et téléfilms aux auteurs de sous-titrage et de doublage, évoquées lors d’un débat sur leur « liberté d’écriture » organisée par la Sacem.

    Pas de noms de marques : lorsqu’un personnage parle d’une Mercedes, il dit « voiture de sport allemande » dans la version française, et lorsqu’il prend du Prozac, il prononce « antidépresseurs ». Pas de noms à consonance étrangère: un auteur a rapporté le contenu d’un e-mail, adressé par un correcteur, lui demandant de « franciser tous les noms allemands » d’une série. De même, dans une série italienne, un autre a demandé que les « carabinieri » en uniforme deviennent des « gendarmes ». Pas de termes politiquement incorrects: « fuck », courant dans les films et téléfilms américains, disparaît en VF aux heures de grande écoute. « Pas de termes péjoratifs, pas de référence religieuse, de référence au corps, à la chirurgie, aux maladies honteuses ou à la mort », a-t-on exigé pour le doublage d’une série pour enfants. De même, des « grosses » sont devenues des « idiotes » et des « Turcs » des « skaters », dans la VF d’une série allemande pour la jeunesse. (AFP)

    http://www.lalibre.be/article.phtml?id=5&subid=86&art_id=325981

  2. Nakayomi dit :

    Ben tiens, Ouest-France s’y mis aussi… Comme quoi… Enfin, y’a vraiment des trucs qui font peur quand même… Surtout quand on essais de dire que non, la VF c’est pas si pourri, comment voulez-vous être crédible ensuite ? ^_^; En tout cas, si en parler peut faire un peu changer les choses de ce côté-là, ça ne peut être que bénéfique…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *