Un sorcier nommé Harry

26 janvier 2007 à 9:28

Je n’étais pas plus enthousiasmée que ça par le pilote des Dresden Files, probablement parce que le sujet semblait à mi-chemin entre la ressucée de Charmed (sans les décolletés plongeants bien entendu) et les histoires pour effrayer les enfants. La première partie du series premiere n’a pas fait grand’chose pour me détromper, d’ailleurs.

Les premières minutes donnent l’impression de pénétrer dans monde fermé, réservé à ceux qui auraient déjà lu/écouté la série… La seule présence du fantôme est assez déstabilisante : certes, on nous explique deux ou trois trucs, mais globalement, la série commence comme une private joke. En comparaison, j’étais moins désorientée par les références de Battlestar Galactica, et il y avait toute une série derrière, pas juste quelques bouquins !

Mais au moment où il s’est avéré que nous n’avions pas juste droit à quelques flashbacks Dexteresques, mais bien à une réelle intrigue légèrement plus complexe que « sorcier rencontre enfant, enfant demande à être sauvé, sorcier sauve enfant, enfant content, maman heureuse », j’ai commencé à me dire que j’avais bien fait de passer outre cette imperméabilité du début. Laquelle, d’ailleurs, lorsqu’on regarde sous un autre angle (celui du reluquage de Paul Blackthorne, charismatique mais aussi plutôt, hum… décoratif…), ne passe pas si mal que ça. Ce n’est pas non plus comme si on s’ennuyait ferme !

Le pilote démarre donc très lentement (au point que j’aie vérifié plusieurs sources pour voir s’il ne s’agissait vraiment pas d’un season premiere, plutôt !) mais le moins qu’on puisse dire c’est que même si les choses ne prennent du sens que très progressivement, la série baigne dés le début dans une atmosphère bien à elle, esthétique, mais sans surcharge… Les éclairages à eux seuls tiennent du génie. Chaque fois que le surnaturel s’invite dans notre monde, il donne une impression de… naturel. On n’a qu’une seule fois le sentiment qu’on a voulu nous impressionner, au moment où la skinwalker (comment traduire cela élégamment ?) se fait envoyer ad patres. En-dehors de cette démonstration de puissance un peu extrême, tout est en finesse : le regard des corbeaux, les interactions du fantôme avec l’appartement de Harry, le sort de protection… Et ça fait plaisir de voir qu’on n’a pas tenté de nous en mettre plein la vue juste pour la beauté du geste. A vrai dire, cela rend les choses plus prenantes encore, et donne l’impression que ces choses sont possibles. Pour une série fantastique, ce n’est quand même pas monnaie courante. Espérons que la suite ne tombe pas plus dans la surenchère que ce premier épisode.

Maintenant, Harry va-t-il passer son temps à protéger l’enfant ? J’espère bien que non. La mauvaise nouvelle, c’est qu’apparemment, la fliquette aura besoin de lui à l’occasion pour résoudre quelques enquêtes. Je dois dire que, de ce côté-là, j’accroche moins… Avait-on vraiment besoin de mêler la Police à tout cela une fois de plus ? Voilà qui me renvoie à mon indigestion des séries dont la vocation est de résoudre des énigmes par des moyens divers : après les sourds, les aveugles, les scientifiques, les mediums (qu’ils soient vrais ou simulés), les psychopathes… maintenant les sorciers, la prochaine fois, quoi ? Un joueur de fléchettes manchot ???

On verra bien. Si je n’ai pas, avec The Dresden Files, trouvé la série qui m’aura le plus transportée cette année (vous me direz, on n’est qu’en janvier…), en tous cas j’ai bien envie de continuer à la surveiller du coin de l’oeil pour voir ce qu’elle donnera.

par

, , , , , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

2 commentaires

  1. Maxx dit :

    En fait ça n’aurait pas du être le 1er épisode.

    Mais la chaine à décidé de changer l’ordre des épisodes.
    Le pilot aurait du être « Storm Front » qui est maintenant le 5eme épisode (et il a été remonté puisque ça devait être un pilot de « 2 heure ») (un peu comme firefly)

  2. Nakayomi dit :

    Maxx de tout les coups, encore sur tous les coups, incredible (mais comment fait-il ? ^_^; ).

    Toujours est-il que c’est tout à fait le genre de série qui est susceptible de me plaire… Et à en lire ta petite review, il y a de fortes chance pour que ce soit effectivement le cas (même si j’avoue que moi aussi, le côté policier… Ca dépend comment il est mêlé à tout ça… Mais bon, on en a plus que notre dose).

    Et puis, Paul Blackthorne… Miam…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *