Croyances

14 juin 2007 à 1:38

Ce soir, TF1 nous infligeait, comme chaque mercredi, sa soirée thématique sur le thème de la rationnalisation à l’extrême, et ce pendant 5 épisodes pour les plus courageux d’entre nous (ou, possibilité alternative, pour ceux qui sont trop crevés de leur journée pour lever leurs grosses fesses de leur canapé après s’y être crashés en rentrant du boulot). Qu’ils enquêtent au nom de la Justice ou de la médecine, les enquêteurs du mercredi soir font en effet partie de la même caste : ils sont de ceux qui se basent avant tout sur le factuel pour faire avancer leurs intrigues/enquêtes/épisodes. Certes, il arrive que le facteur humain influe. Mais toujours néfastement, et c’est un crédo infaillible : le coupable ment, le patient ment. Le facteur humain complique les choses, ne les facilite jamais. Et puis il y a tous ces sentiments, bouh, pas bien.

Pourtant ce soir, une autre thématique était aussi au programme : la confrontation de cet univers très cerveau gauche, rationnel, scientifique, cartésien, avec le surnaturel ou le divin. Et dans les deux cas, le surnaturel se prend une vilaine claque : ça n’est pas possible, et les personnages principaux des deux séries ont également ceci en commun qu’ils n’y ont pas cru un seul instant. Les seconds rôles qui servent de faire-valoir, eux, ont eu un doute, dû à leurs convictions. Les idiots.

Croyances-650

C’est amusant car c’est à la mode depuis quelques années. En fait, depuis que le fantastique a perdu le plus gros de sa cohorte d’émissaires pour ne plus conserver qu’un petit bastion (avec, certes, Heroes comme porte-drapeau cette saison, c’est déjà pas si mal), contre l’attaque du tout-rationnel qui a déferlé ces derniers temps, notamment à cause du succès de la franchise CSI qui a créé bien des vocations (largement trop mais n’y revenons pas, je ne me rappelle plus où mais je sais que j’ai déjà évoqué le problème. Cherchez.)

Il y a quelques années, le règne du fantastique et notamment X-Files, avait fait de la confrontation entre le tangible et l’intangible, le scientifique et l’irrationnel, un véritable débat. C’était même le sel de la plupart des épisodes de la série que je viens de mentionner : presqu’à chaque fois qu’un cas étrange se présentait, et il s’en présentait quasiment toutes les semaines, c’était contractuel, Scully levait un sourcil (deux si vraiment c’était très louche), avec un regard froid et les lèvres légèrement pincées, et Mulder chaleureusement, la chemise froissée et la cravate lâche, prêchait pour sa paroisse, parce que mais si, c’est possible, et on ne peut pas tout expliquer de façon rationnelle !!! Le téléspectateur n’était pas pris en otage : il lui était complètement possible d’être plutôt sceptique, comme Dana, et de décréter que tout ça ne tenait pas debout. D’ailleurs, plutôt que de croire au surnaturel, le sceptique fan de X-files était meilleur public sur les phases conspirationnistes de la série : ça c’est du tangible, ça c’est du (presque) concret, là d’accord. Et ceux qui n’avaient pas envie d’être trop sérieux, et ils furent tout aussi nombreux, eh bien ils se laissaient aller à imaginer qu’il y avait vraiment un fantôme de petite fille, et vraiment une ville de vampires, et c’était très bien comme ça.

D’ailleurs, lorsqu’une série (et en raison du succès du fantastique à l’époque, elles furent nombreuses) se frottait plus ou moins exceptionnellement au surnaturel, on préservait le doute : oui, il y a eu une explication, une résolution, une fin plausible et explicable… mais le dernier plan de l’épisode permettait de voir une ombre étrange, ou un léger mouvement de rideau, enfin n’importe quoi qui nous fasse tout de même penser que la question restait ouverte et qu’après tout, peut-être qu’un même évènement peut s’expliquer rationnellement et surnaturellement. Et là encore c’était très bien comme ça.

Aujourd’hui, c’est bien simple : on ne se pose même plus la question. A quel moment ça a dépassé le cadre de l’interrogation philosophique pour devenir une donnée sûre et indiscutable que le surnaturel n’est que croyance, au mieux naïve, sur le monde ? Le surnaturel n’a plus sa place que dans quelques séries qui, d’ailleurs, elles non plus, ne le soumettent à aucun examen, le prennent pour acquis au lieu de le questionner. C’est surnaturel, point barre de la même façon que tout est rationnel, n’y revenons pas.

Et vu que les séries s’appuyant sur la médecine, la science, sont de plus en plus nombreuses (et elles se reproduisent plus vite que des lapins), et qu’elles occupent donc une part très importante des grilles, j’ai l’impression de vivre dans un climat télévisuel qui devient très intellectuellement rigide. Ainsi donc, fini les questions ouvertes, fini les interprétations du téléspectateur : bienvenue dans l’ère de la livraison clé en main du prêt-à-penser télévisuel, où deux écoles de pensée, ou deux écoles de croyances, c’est selon, ne peuvent plus coexister dans une même série…

par

, , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *