Heureusement, je ne suis pas cardiaque

10 janvier 2008 à 10:19

Pour comprendre mon effroi de ce matin, il me faut vous expliquer le rythme de vie de DOM THOM.

Depuis environ un mois que je suis ici, DOM THOM arrive vers 10h30. Bon, non, d’accord, la vérité et rien que la vérité : 11h. 10h30 c’est quand rien ne l’intéressait au télé-achat je suppose. 10h30 c’est déjà bien cela dit. Ca prouve qu’il y a une véritable volonté de distinguer la matinée de l’après-midi. A 11h, déjà, la limite entre les deux est plus floue. La fois où elle est arrivée à 13h c’était encore plus flou d’ailleurs.

Donc ce matin, après avoir fini pour le deuxième soir consécutif à 19h passées (je vous raconterai d’ailleurs cette épatante journée plus en détail), j’arrive vers 9h… donc avec 30 minutes de retard (ce qui, après l’épreuve des grèves, est mon pire retard à ce jour). Quand je suis en retard, je me sens coupable. Quand DOM THOM arrive en retard, elle est fâchée. Contre moi. D’être déjà là. Et puis contre la Terre entière qui lui pourrit la vie dés le « matin ».

Et à 9h, qui vois-je dans le bureau ? Ma tendre collègue qui hier, il faut le dire, était à l’agonie, que dis-je, à l’article de la mort, qui n’était que l’ombre de son ombre et tout le tralala, qui faisait peine à voir et n’en finissait plus de répéter combien elle était mal, et combien elle avait mal, et où… Bref, ce pauvre corps en sursis était déjà au boulot.

Ce qui, soit dit en passant, m’empêche de prendre mon petit déj, moment sacré parmi les moments sacrés et qui me permet d’attaquer ma journée sans vouloir l’attaquer elle.

Oui, à 9h, elle était déjà ! Imaginez ma surprise, mon effroi, ce bouleversement interne en moi ! Je vais m’en remettre ça c’est sûr, mais en revenant de loin. A 9h au boulot, en un mois j’avais encore jamais vu ça !

Enfin, bon… au boulot, c’est beaucoup dire. Elle était là, quoi. Ce qui en soi est déjà énorme, si on y pense.

Elle a passé des coups de fil. Pas pour notre patron. Pas pour le boulot. Non, pour sa fille. Ensuite elle s’est énervée après sa fille elle-même. En patois, comme ça en plus je profite même pas de la conversation. Donc j’ai juste la possibilité de profiter contre le volume sonore.

J’ai bien vu que notre patron nous avait envoyé un mail hier soir un peu avant 20h pour nous demander de lui réserver une voiture. Etant arrivée avant moi, vous croyez qu’elle l’aurait fait ? Allez, on va voir si vous avez compris le personnage : à votre avis ?

par

Pin It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.