Je ne m’appartiens pas

4 juin 2009 à 23:12

Mais quelle est cette obsession que les gens ont avec les enfants ?

J’aimerais qu’on m’explique pourquoi avoir mes organes reproducteurs à l’intérieur de mon corps me qualifie automatiquement pour procréer. Et alors, j’ai pas le choix ?
Eh bien contrairement à ce qu’on me répète depuis des années, non, désolée, je n’ai pas le choix.

La ligaturation des trompes est considérée par le corps médical comme une mutilation à mon âge. Donc si à 27 ans, j’ai résolu de ne pas avoir d’enfants, et que je ne veux pas me casser la tête à angoisser pour des retards de règles, des tests de grossesse et de la contraception toute ma vie, ça ne vaut rien. Les gynécologues n’acceptent de pratiquer cette intervention qu’après plusieurs enfants ou 45 ans. Au cas où je changerais d’avis, il parait. Parce que comme je suis une femme, je suis trop conne pour savoir ce que je veux, et comme je suis une femme, je vais forcément être incapable d’assumer ma décision le cas échéant.

A 45 ans, à l’approche de la ménopause, donc, ou après plusieurs enfants, je pourrai faire le choix de ne pas avoir d’enfant. Où est la logique là-dedans ?

Le corps médical m’oblige à supporter pendant des années la contraception, les règles, les contingences du quotidien… juste pour qu’il ait la conscience tranquille et que je ne dise pas plus tard « ah mais au fait, finalement fallait pas m’opérer ». On me pense trop idiote pour ça, et ça me met proprement hors de moi.

Je ne veux pas d’enfant, pourquoi je me laisserais cette porte ouverte jusqu’à 45 ans comme si j’étais incapable de décider pour moi-même ? C’est pas nouveau, et maintenant que j’aurais enfin l’argent de me faire opérer, on me le refuse au prétexte que c’est considéré comme une mutilation à mon âge. Une mutilation c’est une mutilation, point. Soit c’est mal, soit c’est acceptable, mais ça ne varie pas selon l’âge.
Mais enfin mais c’est mon droit le plus strict de disposer de mon corps, non ? Si je ne veux pas avoir d’enfant, pourquoi je me laisserais réduire en exclavage par mes organes jusqu’à ce que mon corps ne me laisse plus choix. Là, le corps médical accepte de m’opérer. C’est absolument ridicule.

Non, en fait, vous savez ce qui me met réellement hors de moi ? C’est
qu’on me dise « mais pourquoi vous voulez faire ça ? ». Eh bien pour la
même raison qu’on fait n’importe quel autre choix de vie : je ne veux
pas d’enfant, c’est tout. Ca n’a rien d’extraordinaire. Il y a des tas de gens qui n’ont pas d’enfant par choix. Ce n’est pas une obligation. Je ne suis pas obligée de vouloir me reproduire, quand même !
Et tout le monde de me dire « mais si plus tard tu rencontres un homme qui t’aime et veut un enfant de toi ? ». Eh bien s’il m’aime il saura que je veux pas d’enfant, et il ne cherchera pas à me faire changer d’avis. Un homme qui veut passer sa vie avec moi ne va pas m’imposer ça, j’espère ?!

Pourquoi personne ne comprend que je n’ai pas de raison de me sentir obligée ? Je ne veux pas pondre, c’est simple pourtant ! Il y a par exemple des gens qui veulent se marier, d’autres non, on a tous nos choix de vie et on n’est pas certains que ce soit le bon, et qu’on ne le regrette pas ensuite, et une fois qu’on est mariés eh bien c’est fait et même si on peut divorcer, là aussi on ne peut pas faire comme si ça n’était pas arrivé, il faut assumer, et faire ce qu’il faut, c’est exactement la même chose. Et personne dans les tribunaux ne vient vous dire : « tiens, je ne vais pas vous laisser vous marier/divorcer parce que vous pourriez le regretter plus tard ». Mais là on se réserve le droit de vous dire que faire de votre corps. Ca me rend folle de rage.
On attend quoi ? Qu’il m’arrive une bricole et que je veuille avorter ? Mais quelle est la logique ?

par

Pin It

3 commentaires

  1. Disarm dit :

    Personnellement, je trouve ça assez normal que les médecin aient cette déontologie qui leur fasse refuser des opérations de confort qui ont des conséquences irréversibles (le mariage, tout comme le divorce ne sont pas irréversibles). Même si la loi permet tout à fait la stérilisation à n’importe quel âge, c’est relativement normal que des médecins refusent de le faire par conviction personnelle. Ils faut aussi qu’ils se mettent à l’abri d’éventuelles poursuites lorsque 10 ans plus tard, une femme stérilisée va avoir la révélation que finalement, elle aimerait bien avoir des enfants et soutenir que lorsqu’elle a subi l’opération, elle était en pleine dépression et que son consentement à l’acte n’était pas complètement éclairé. La stérilisation est un sujet très sensible en ce qu’elle renvoie aux heures les plus sombres de l’humanité (et à des choses moins lointaines lorsque l’on regarde les études sur la sexualité des personnes handicapées), c’est donc pas si étonnant que la plupart des gens n’en ait pas une vision aussi trempée que la tienne. Quant à ce qu’un médecin te demande « pourquoi vous voulez faire ça? », je ne comprends pas trop ton énervement, c’est quand même une question assez logique pour évaluer si ta demande est au moins un minimum réfléchie. Ton raisonnement contient en plus des failles, car oui, tu dispose de ton corps, tu es entièrement libre de te stériliser toi-même, simplement tu ne peux pas obliger un médecin à le faire, auquel cas tu disposerais de son corps à lui contre sa volonté (la loi précise bien qu’un médecin peut refuser de pratiquer cette opération), ce qui n’est pas des plus logique. Si tu veux vraiment aller au bout de ce projet, je suis sûr que tu peux trouver des médecins qui acceptent de le faire dans le cadre de la loi de 2001 sur la contraception.

  2. akito dit :

    Le médecin qui t’a parlé de « mutilation » n’en pense certainement pas moins, mais hélas, comme le dit Disarm il faut se protéger, ne pas prendre pour acquis ce que peuvent nous dire les patients dans ce genre de situation. Car, pour une ligature comme pour d’autres choses (refuser certains traitements par exemple) s’ils changent un jour d’avis ils n’auront aucun état d’âme pour nous traîner en justice alors qu’ils nous remerciaient de notre compréhension auparavant… C’est comme ça que ça se passe maintenant.

    Mais comment savoir si la personne est fermement résolue et en assume comme toi l’entière responsabilité ?

    Je ne veux pas d’enfant non plus, je suis l’antithèse d’un de mes collègues, marié 4 enfants, un bon père de famille qui ne pense pas à lui sans penser d’abord à eux. Au début je le trouvais ringard et marginal, mais je m’aperçois que ce sont des gens comme lui qui constituent la « référence », ce vers quoi on veut te faire tendre, ce pour quoi on te refuse une ligature à 27 ans. Parce que le bonheur passe nécessairement par fonder une famille, certainement… Bien entendu notre marginalité est pleinement acceptée voire recherchée dans pas mal de domaines professionnels, mais elle nous sera toujours renvoyée en pleine face tôt ou tard.
    Pour en revenir à ton problème… Un implant contraceptif serait à mon avis une solution, mais hélas partielle.

  3. P. dit :

    C’est vrai qu’il y a un problème de société derrière tout ça, comme si on n’avait pas le droit de décider ce que l’on veut. Comme ici il s’agit cependant de quelque chose d’irréversible, le corps médical est logiquement méfiant, peu importe les raisons, les histoires personnelles, etc.

    Bien des choses sont bouleversées durant la trentaine (et ainsi de suite). Bien des choses, et c’est quelqu’un qui se croyait « sûr » qui te le dit..

    [i]Un homme qui veut passer sa vie avec moi ne va pas m’imposer ça, j’espère ?![/i]

    C’est une bonne question. Je t’invite à songer à ce que tu en penseras de ton côté, une fois que tu voudra passer ta vie avec cet homme. C’est une question peut-être rude ou pour laquelle tu « sais » déjà ce qu’il en sera. Un jour je me suis souvenu qu’on a souvent (et parfois toujours) une pré-réponse différente qu’une fois en situation.

    Par contre je suis d’accord sur le titre autant que sur le constat.. Et au cas où: je ne suis personnellement pas pro-création.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.