La route est droite, mais la pente est forte

10 mai 2010 à 15:27

On a tous entendu ces petites phrases, mais rien à faire, on ne s’y fait simplement pas.
– « Les Américains ça doit leur faire drôle, une série aussi intelligente ! »
– « Nan mais attends, une série américaine ; moi je m’attendais à pire ! »
– « J’aime bien cette série… même si elle est américaine. »

Ces phrases, vous les aurez reconnues, ce sont celles que sortent les apprentis-téléphages en pleine épiphanie, ces débutants qui découvrent que les termes « les séries américaines » recouvre plus que Dallas, la dernière série dont les médias aient suffisamment parlé pour qu’ils y jettent un œil, et dont ils avaient tiré une leçon assez médiocre sur les capacités télévisuelles de l’Amérique, ce pays notoirement crétin vu de notre côté de l’Atlantique où tout est si beau, si intelligent, si culturellement exceptionnel.

Une fois de plus, aujourd’hui, j’ai entendu ces phrases et quelques autres, clichés typiquement français sur « les séries américaines », dans ce que l’expression a de plus péjoratif.
Il parait que Dr House finit ce soir, et l’apprentie-téléphage à qui on doit cette sortie imprégnée de stéréotypes, s’attristait de la disparition de cette série de son écran. Surtout que, je cite, « c’est pas souvent qu’une série américaine se montre aussi intelligente, ils ne doivent rien comprendre, les Américains ».

On leur dit ? On leur dit que pendant 7 ans, ces Américains en question ont regardé une série sur un network parlant de leur Maison Blanche, des compromis et de la politique politicienne, quand nous n’en avons pas eu plus d’une saison sur notre Élysée (et sur un tout autre registre) ? On leur dit également que sur le câble, actuellement, il y a des Mad Men, des Big Love, des Breaking Bad, des… Non, on leur dit que la liste est trop longue ? Que les séries intelligentes, venant des Américains, ce n’est pas l’exception surmontant les pires obstacles, mais une frange fournie de leur production télévisuelle ?

Bien-sûr, quand on a l’habitude des Experts Stuttgart, des Experts Leipzig et des Experts Hannover, ou pire, qu’on regarde Bones ou NCIS, ça doit faire un choc. Mais si vous êtes impressionné par Dr House, accrochez-vous, ça va secouer quand vous allez découvrir d’autres séries. « Des séries américaines ».

C’est là aussi que je mesure l’ampleur de la tâche qui m’attend quand j’essaye de parler de fiction asiatique. Rien n’est acquis en matière de télévision américaine, finalement, à propos de laquelle les préjugés restent nombreux. Les Américains sont donc des benêts, incapables de faire des séries de qualité (et d’ailleurs j’aimerais qu’on me cite des séries françaises qui soutiennent la comparaison, juste une fois, dans ce type de conversations). Mais alors, les Japonais ? Ces crétins qui ne savent faire que des émissions où on mange des trucs improbables et où on se casse la figure ? Et les Coréens ? Ah bon les Coréens ont la télé ?

De cliché en cliché, la vision qu’ont beaucoup de gens de la télévision n’a pas progressé, finalement. Le « phénomène des séries télé » n’a été un progrès que pour un microcosme qui s’est cru parvenu à un certain seuil de légitimité culturelle. Mais le grand public n’a toujours qu’une vision étriquée de l’objet de notre passion…

Alors même quand certains jours, on a envie de fermer la boutique parce que les commentaires, les retours ou les statistiques ne suivent pas, on se dit qu’il y a encore tant à faire pour essayer de faire entrevoir les horizons que nous avons sous les yeux au quotidien, qu’on reprend le clavier et on s’y remet.

par

, , , , , , , , , , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

4 commentaires

  1. Suzy dit :

    Je me suis dit que cette fois j’allais le dire que j’adore vraiment ton blog et que je passe tous les jours (parfois plusieurs fois par jour d’ailleurs, sait-on jamais). Bon je ne commente jamais mais ce n’est pas parce que je trouve les articles inintéressants juste parce qu’après tout ce que tu dis, il n’y a pas grand chose à rajouter alors au lieu de dire des banalités du type « Trop bien, je suis trop d’accord » ou « Ouais super, j’adore cette série », et bien… je ne dis rien, je lis et j’apprécie.

    Mais surtout je voudrais te dire merci pour toutes les séries que j’ai découvertes grâce à ce blog et notamment les séries asiatiques. J’avoue que ça ne me serait jamais venu à l’idée de regarder une série coréenne. Bon je savais qu’ils avaient la télévision là-bas tout de même. Mais c’est vrai que j’avais deux trois préjugés sur le monde de la télévision en général. Je n’y avais jamais cherché des choses très profondes, c’était plus du divertissement. Maintenant je trouve bien plus de choses intéressantes dans les séries américaines même si j’ai tendance à leur préférer les séries anglaises. Et j’ai découvert les séries asiatiques, surtout celles coréennes. Et tout ça grâce à ce blog alors merci hein? Je ne suis peut-être pas complètement atteinte de téléphagie mais j’ai définitivement un petit début maladie.

  2. Nakayomi dit :

    Quand même, « truc-muche », ça valait bien A la Maison Blanche, je suis désolé (tellement que j’ai zappé le nom de cette sublime série française que j’ai quand même dû regarder… Au moins un peu… ^_^; ). Après, je n’essaierai pas de faire de comparaison entre les productions des deux pays, parce qu’on sait à quel point c’est un peu idiot finalement, je dirais juste que parfois on a quand même de bonnes séries (même si ce point de vue dépend aussi de ce qu’on va vouloir y retrouver).

    Pour en revenir aux remarques entendues ici ou là, je suis quand même presque atterré , parce que ça fait longtemps que j’avais pas entendu ce genre de truc (dis, t’es sûre que t’as pas été victime d’un voyage dans le temps -genre lostien- et que t’étais pas 15 ans plus tôt ??).

    Mais voyons le côté positif de la chose, si au moins ça te fourni les armes pour continuer l’envie d’écrire…

  3. Eclair dit :

    C’est malheureux, mais la culture d’un téléphile ne sera jamais celle d’une consommation de masse.
    Et le même phénomène se retrouve partout : cinéma, jeux vidéos, littérature…

    On oublie souvent, à force de cotoyer la même communauté téléphile, que le reste du monde n’a pas le temps ni l’envie de se plonger dans cette même passion. C’est le miracle d’internet qui nous a permis de nous sentir plus nombreux. Or, nous ne le sommes pas.

  4. ladyteruki dit :

    Merci pour tous vos messages (ta dernière réflexion, Éclair, est tuante de vérité)… mais un petit mot en particulier à Suzy.

    D’abord, enchantée de te rencontrer et de pouvoir mettre un nom sur une IP anonyme. Mais surtout : je pense que tu sous-estimes ce que tu peux apporter en commentaire. Si j’ai réussi (et j’en suis ravie !) à t’inciter à regarder des séries que tu ne connaissais pas, de quelque horizon que ce soit, tu peux ensuite venir me dire ce que tu en as pensé, en commentaire. Ou quand je poste un extrait (c’est pas mal arrivé récemment par exemple), ne pas hésiter à donner ton ressenti sur l’extrait. Ou sur le générique, quand je poste un générique. Commenter, c’est comme regarder des séries finalement, on peut faire plus que ce qu’on croit. Si tu arrives, une fois de temps en temps, à me dire ce que toi, tu as ressenti devant un épisode, un extrait, un film que j’évoque rapidement dans le Secret Diary of a Cinephile, un générique… tu verras que tu apporteras énormément.

    Et ça me fera plaisir d’avoir d’autres avis que le mien.

    En tous cas je suis contente que tu aies pris ton clavier hier soir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *