Instinct grégaire

18 juin 2010 à 21:57

Il se passe plein de trucs à mon boulot. On n’est pas là pour parler de ça, mais pour une fois, ces changements ont touché ma fibre téléphagique. Parmi ces changements : à peu près une nouvelle recrue chaque semaine. Et en discutant avec la petite nouvelle de cette semaine, c’est ma propre pratique de la téléphagie que j’ai été amenée à questionner.

Il s’avère que dans la conversation, j’ai mentionné les séries et qu’elle m’a lancé : « ah oui ? Moi aussi ! ». Je me suis donc livrée à une danse typiquement téléphagique (qui consiste en un mélange de polka, de line dance et d’imitation d’une télécommande), puis je lui ai demandé la phrase rituelle : « et toi, tu regardes quoi en ce moment ? ».

Objectivement, le problème, ce n’était pas vraiment sa réponse. C’était ma réaction devant sa réponse à mesure qu’elle citait les titres de ses séries favorites :
Supernatural
Smallville
Desperate Housewives
Grey’s Anatomy

Je crois que si elle avait cité One Tree Hill, je résiliais moi-même son contrat de travail (si j’avais ma propre boîte, vous pouvez en tous cas être sûrs que ce serait une clause de rupture).

Ce qui m’a ennuyée n’était pas le fait que je n’aime pas les séries en question (à l’exception de Supernatural dont je suis et reste convaincue, à la lecture du Blog de la Sorcière, que j’ai loupé quelque chose). Et je n’ai pas eu la moindre pensée pour le fait que c’étaient là des séries grand public (ça ne me vient à l’esprit que maintenant en essayant de penser à ce que ces titres ont de commun). Non, je l’ai immédiatement jugée à cause du peu d’estime que j’ai pour ces séries sur un plan intellectuel. Concrètement, si elle m’avait dit regarder des séries que je n’aime
et/ou ne regarde pas (comme par exemple House, Lie to Me…),
mais qui me semblent d’un niveau intellectuel correct, je n’aurais pas
eu cette réaction.
Jugée. Le mot est lâché.

Ne me fixez pas d’un air si désapprobateur. On le fait tous.
Si la phrase qui revient systématiquement, quand deux téléphages se rencontrent, est : « et toi, tu regardes quoi en ce moment ? », il faut bien admettre que c’est moitié pour se trouver des points communs, moitié pour évaluer le téléphage en face. Dis-moi ce que tu regardes, je te dirai qui tu es. Ou en tous cas j’en déciderai arbitrairement sur la seule base de ta vie téléphagique. On part du principe qu’on est ce qu’on regarde, notre réflexe est de brosser un portrait caricatural de notre interlocuteur sur cette seule information (parfois mise en corrélation avec son âge).

Je crois que dans l’esprit de tout téléphage, même si ce n’est pas très cool de l’admettre, il y a une hiérarchie plus ou moins acquise, qui varie selon nos propres préférences, sur tout un tas de paramètres, comme par exemple :
– l’amateur de VO se considère supérieur à l’amateur de VF
– l’amateur de dorama se considère supérieur à l’amateur de séries françaises
– l’amateur de séries du câble américain se considère supérieur à l’amateur de séries de networks
– l’amateur de drames complexes se considère supérieur à l’amateur de teenageries
– l’amateur de séries méconnues  se considère supérieur à l’amateur de séries populaires
– l’amateur de séries historiques  se considère supérieur à l’amateur de séries d’action
Et parfois inversement, et bien d’autres choses encore. Ce n’est peut-être pas exactement en ces termes, mais on a souvent tendance à diviser le monde de nos interlocuteurs téléphagiques en deux : ceux qui sont dignes d’intérêt, et ceux qui ne regardent que des merdes.

A ce comportement s’ajoutent en plus certaines animosités du genre « c’est à cause de ta série que la mienne a été annulée », et autres préjugés sur une série donnée (quelqu’un me cite Gossip Girl, il peut regarder aussi Breaking Bad et Mad Men, mon opinion sera quand même faite), et vous comprendrez combien les chances de se trouver des téléphages aux goûts équivalents, partageant les mêmes attentes en termes de divertissement et/ou d’exigence, relèvent de l’absurdement petit.

Téléphage apprenant que son interlocuteur regarde des bouses (allégorie)

Même si on ne regarde pas les mêmes séries, savoir qu’on regarde des séries d’un même « niveau » semble important.

Rendez-vous compte que sur la petite communauté de personnes fréquentant l’univers des séries télé (et ils ne sont pas si nombreux que ça, d’autant que certains a priori persistent), on en est encore à faire le tri entre le téléphage et le casual viewer (ce que j’appelle dans ces colonnes le télambda), puis à l’intérieur du groupe « téléphages », ceux qui regardent des trucs qui méritent qu’on les écoute en parler, etc… Bref, à l’intérieur d’une population minoritaire, nous nous créons instinctivement des minorités d’appartenance. Tout ça semble bien compliqué…

J’aimerais vous dire que j’ai fait le choix de la facilité, et que je me lie à toutes sortes de téléphages, et même à des télambdas prometteurs, mais ce serait mentir effrontément. Je dois à la vérité de dire que, lorsque ma collègue a cité ces titres, j’ai répondu : « Non ?! Même ça ? Même les saisons récentes ? Nan mais c’est pas sérieux, ça… ».
Toute ouverte d’esprit que j’aimerais proclamer être, la vérité, c’est que je l’ai jugée !

…Et que depuis, je lui parle de Nurse Jackie, United States of Tara, et même un peu de Breaking Bad.
Je veux bien renoncer à me proclamer totalement tolérante envers ce qui m’apparait instinctivement comme le fond du panier téléphagique, mais c’est pas une raison pour abandonner le combat de la contagion…

par

, , , , , , , , , , , ,

Pin It

4 commentaires

  1. Scarlatiine dit :

    « – l’amateur de VO se considère supérieur à l’amateur de VF

    – l’amateur de dorama se considère supérieur à l’amateur de séries françaises

    – l’amateur de séries du câble américain se considère supérieur à l’amateur de séries de networks

    – l’amateur de drames complexes se considère supérieur à l’amateur de teenageries

    – l’amateur de séries méconnues se considère supérieur à l’amateur de séries populaires

    – l’amateur de séries historiques se considère supérieur à l’amateur de séries d’action »

    Bordel, je me retrouve dans tout ça, c’est dingue ^^ Je suis donc une méchante fille qui juge les autres sur les séries qu’ils regardent *bouh, vilaine Scarlatiine* Mais quand même si on me parle de « Plus Belle la Vie », « Le Destin de Lisa », ou de « Un, Dos, Tres », j’ai le droit un ‘tit peu, non ? xD

  2. Nakayomi dit :

    (Zut, zut, zut… Mais on se fréquente encore depuis tout ce temps alors que je me retrouve systématiquement dans les deuxièmes catégories ? lol)

    Je note au passage que les dernières saisons de Smallville ont peut-être plus d’intérêt que les premières (et je parle même pas que -même si beaucoup- uniquement pour la présence de Justin Hartley ! )

    Et pis, il faudrait creuser, savoir si c’est une fille qui respecte Hadopi ou non par exemple (parce que rien qu’avec ça, ça vous brise tout effort téléphagique que l’on pourrait vouloir faire).

    Enfin moi je dis qu’un amateur de séries en VF est supérieur à un amateur de séries en VO, parce que cela démontre bien toute son ouverture d’esprit ! (D’ailleurs, en parlant de VO et VF, je me suis étranglé en tombant sur un reportage diffusé dans Média le Mag de France 5… Gloups)

    Non, mais bon… En fait, oui, on le fait de manière plus ou moins consciente pour tout… J’ai choisi mon camp et j’assume. Et comme je le rends bien !

    (Désolé pour ce post un peu… euh… fourre-tout et aussi confus qu’une saison de Lost)

  3. Céline dit :

    Je pense avoir regarder pas mal de chef-d’oeuvre télévisuels mais bien que je les ai aimé, c’est pas forcément mes préférés.

    Je pense que je me trouve à l’heure actuelle dans la catégorie de ceux qui regardent des « bouses » simplement car je regarde des sitcoms et que celles-ci sont peu estimées.

    Mais m’en fout ! Car c’est un passage, ce n’est pas parce que aujourd’hui je regarde ce qui m’aide à rester de bonne humeur que demain je ne me pencherai pas sur des dramas intelligents.

    Cela dit les séries que ta collègues cites… non merci faut pas pousser non plus !

  4. Eclair dit :

    s’il y a bien une chose que je déteste, c’est la haute considération qu’on donne aux dramas du cable par rapport aux dramas des networks. Désolé mais une série n’est pas meilleure parce qu’on veut nous faire croire qu’être adulte c’est lancer 12000 « fucks » dans la journée, et ne penser qu’au sexe. (Oui pour contrer une caricature, parfois faut être caricatural). Etre adulte, c’est aussi être responsable, diplomate, respecter, tenir compte de l’autre, qu’il soit opposé à nos idées ou non.

    J’aime The Shield, Six Feet Under, Carnivàle, Dead Like Me, mais il n’y a pas que la dysfonctionnalité qui est intéressante à la télé. Loin de là.

    Quand je vois des commentaires d’ados sur des séries HBO (trop bien,je suis un adulte moi maintenant !), je me dis qu’on a un sérieux problème.

    Du reste comme le dit Céline, la télé c’est aussi du divertissement, ça ne veut pas dire qu’on doit accepter toutes les bouses qui passent, mais aussi revoir la fonction première de la télé : du divertissement intelligent, qui laisse à réfléchir. Et bon nombre de séries du câble cumulent aussi quelques tares à cet égard (problèmes de rythme récurrent, personnages peu attachants)…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *