Ça va devenir une habitude !

27 juin 2010 à 14:14

Après un article sur la télévision japonaise il y a quelques mois, en voici un sur la télévision coréenne. Vous savez quoi ? Je commence à y prendre goût, moi, à ces heures de recherches, de lectures, de traductions, de synthèses… Mais plus encore, je prends goût, je le confesse, aux commentaires des lecteurs qui indiquent qu’ils ont appris des choses nouvelles. Quand de surcroit ils complètent ces commentaires avec leurs propres connaissances, je suis aux anges.

Ce qui est aussi intéressant à mes yeux, d’un point de vue plus égoïste, c’est finalement que même si possède des
bases pour faire ces articles, j’apprends aussi énormément rien qu’en
approfondissant les recherches. C’est comme ajouter des fiches sur SeriesLive, ce qui pourrait sembler être un travail soit facile (parce que je connais le sujet), soit fastidieux (parce que je connais quand même pas tout par cœur), me permet au final d’en apprendre encore plus. C’est comme d’écrire sur ce blog quotidiennement, sur le long terme, c’est très satisfaisant de se pousser à aller toujours plus loin.

Bon alors, je vous avais bien dit que j’allais tenter des trucs et que je comptais sur votre soutien ?

Annyong haseyo : la télévision coréenne pour les nuls

Pis attendez : j’ai déjà mes deux prochains articles en tête et croyez-moi, on a pas fini d’apprendre des trucs tous ensemble.
Je sais pas pour vous, mais je trouve qu’on est tous gagnants dans l’affaire.

par

Pin It

3 commentaires

  1. Nakayomi dit :

    Eh bien cultives-nous, cultives-nous… Etant un gros fainéant ne sachant pas où aller chercher (avec de toute manière des ressources que je pense principalement en anglais), j’aime ce genre d’article forcément intéressant pour mieux saisir un contexte. Parce que c’est vrai que maintenant, tout le monde (« monde sériephile » s’entend) sait comment ça fonctionne aux USA avec les networks et tout, mais ailleurs…

    Et c’est qu’ici, on en apprend des choses… o__O

  2. Livia dit :

    Merci beaucoup et félicitations pour ce très intéressant article ! Je rejoins Nakayomi dans son appel « cultive-nous ! ».

    Le tableau synthétique des différentes chaînes du paysage télévisuel sud-coréen est vraiment très intéressant. Il y a des éléments sur lesquels je ne m’étais pas trop interrogée, notamment sur un plan statutaire.
    Sur la vie des acteurs, par contre, c’est vrai que l’on a tendance à occulter ce côté plus sombre qui est bien omni-présent, mais qui est aussi un reflet peu reluisant de la société coréenne dans son ensemble.
    Au-delà du culte de la beauté, de la pression sociale, la condition des femmes en Corée reste préoccupante. Les chiffres que tu avances sont assez effarants. La mort de Ja Yun Jang avait jeté un éclairage glaçant sur le sujet. Je me souviens d’un autre cas emblématique, celui du suicide d’une autre actrice célèbre, Choi Jin Sil, il y a 2 ans je crois. C’était liée à une pression médiatique autour de rumeurs notamment autour d’un autre suicide. Mais auparavant, elle s’était aussi démarquée de « l’omerta » ambiante, quelques années auparavant, en affichant publiquement ses blessures faites par son mari de l’époque, qui la battait. Une société pour laquelle elle était l’effigie publicitaire l’avait attaquée en justice, demandant réparation en affirmant qu’elle avait perdu sa dignité sociale en s’affichant ainsi. Et la Cour suprême coréenne a donné raison à cette société…

    Mais au-delà de l’entertainment, de manière globale, le taux de suicide en Corée est le plus élevé des pays de l’OCDE.

    Pour ce qui est des hommes, s’il est possible das les textes « d’échapper » au service militaire, c’est en revanche socialement impossible (surtout d’un point de vue carrière), surtout dans un contexte géopolitique qui demeure particulier et tendu. Souvent leur stratégie est de repousser l’échéance jusqu’au dernier moment. Les sud-coréens doivent en effet effectuer leur service militaire avant leur 30 ans. Les acteurs rejoignent l’armée généralement plus tard que la moyenne, demandant (et obtenant le plus souvent, même si ce n’est pas toujours le cas, cf. Lee Jun Ki au printemps) des dérogations pour finir tel ou tel projet. L’objectif est d’avoir un maximum de carrière derrière eux, avant justement de se faire oublier pendant 2 ans. C’est pourquoi c’est souvent vers 27-28 ans qu’ils effectuent leur service militaire.

    Cette industrie télévisée sud-coréenne est riche en paradoxes. En tout cas, merci pour cet éclairage très intéressant !

  3. Livia dit :

    PS : Ton article trouve malheureusement un écho particulier dans l’actualité de la nuit : http://www.hancinema.net/news-24007.html

    Il avait joué dans un des meilleurs dramas de la saison 2009, Story of a man.

    Enfin, voilà… Pas d’humeur à épiloguer :'(

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.