Yen aura pour tout le monde

2 août 2010 à 15:41

Eh bah voilà. Je vais encore passer pour une snob. Boh, allez : un peu plus, un peu moins…
Mais voilà : j’ai beau trouver qu’internet soit une chose merveilleuse quand on est téléphage, j’ai en revanche tendance à considérer qu’internet est mauvais pour ceux qui ne le sont pas.

Et en fait, c’est ça la conclusion que je tire du post d’Eclair, que je n’avais pas forcément bien interprété la première fois que je l’ai lu. Il faudrait en fait dissocier ce qu’internet apporte de façon individuelle, et ce qu’internet apporte aux « masses » (terme à ne pas prendre de façon aussi péjorative que la moyenne).

Avec internet, tout le monde se sent autorisé à avoir un avis.
Et à la base j’aurais envie de dire que c’est merveilleux. Quand je croise des téléphages passionnés mais discrets, j’ai tendance à les encourager à prendre la parole, à discuter, débattre, et si possible ouvrir leur propre blog, car l’accès à la multiplicité des points de vue est un des gros avantages d’internet. C’est encore plus vrai pour les filles qui semblent toujours plus sur leur réserve, dans ce milieu, mais c’est déjà un autre débat.
Néanmoins, le problème, c’est qu’internet a ouvert la téléphagie aux quatre vents, et que dans le courant d’air s’est engouffrée une masse de gens qui à la base, n’ont rien de téléphages, ils se contentent de voir ce qui passe à la télé quand ça passe, et ne cherchent pas à aller plus loin. Sur internet, ils parlent de ce qu’ils ont vu, souvent avec l’enthousiasme de celui qui est passionné essentiellement par manque de points de comparaison, leur avis manque cruellement de nuance et la seule information qu’ils cherchent, c’est celle qui porte sur ce qu’ils connaissent : les dates de diffusion, la vie des acteurs qu’ils voient sur leur écran…

Ceux-là, c’est ceux que j’appelle sur ce blog des télambdas.
Ils sont légion. Le phénomène des séries télé leur a donné accès à une offre immense mais dans laquelle il ne font pas de tri, ils laissent d’autres le faire pour eux. Pour eux, ce n’est jamais qu’une question d’offre et pas vraiment de demande, ils prennent ce qui vient, quitte à regarder une rediff des Experts Brisbane pour la 50e fois ou un épisode de The Mentalist dans le désordre. Du moment qu’on peut voir. Du moment qu’on peut participer. Du moment qu’on peut avoir l’impression d’en être.
Leur nombre augmente à une vitesse vertigineuse, à mesure que l’offre se multiplie. Ils consomment, uniquement. Les plus courageux, mais on est déjà dans les strates les plus prometteuses, ouvrent un skyblog. Parfois, d’un ou deux, on parvient à faire un téléphage un peu plus réfléchi et posé, quelqu’un avec un sens critique et l’envie d’aller plus loin. A ceux-là on peut montrer une série qui n’est pas encore arrivée en France, un truc de Showtime ou AMC qui fait peu parler de lui ici, une série britannique éventuellement, si le germe Doctor Who a préparé le terrain, merci à France 4.

Mais dans leur immense majorité, les télambdas sont un peu comme une mule refusant d’avancer, mais pas décidée non plus à reculer : ils veulent regarder la télé mais surtout, qu’on ne les dérange pas dans le confort de leur vague appréciation distante du sujet.

Ce sont hélas des télambdas qui s’expriment sur les forums et les commentaires d’un certain nombre de sites et blogs. On ne peut pas les en empêcher : c’est internet, et tout le monde a droit à la parole sur internet. C’est le principe, et la démocratie d’internet n’apprécie pas qu’on pose des limites.

Mais parfois, juste parfois, j’aimerais que sur lesdits sites et blogs, ces télambdas se posent une question vitale avant d’intervenir : « quelle est ma légitimité à intervenir ? ».

Le télambda se croit souvent être autorisé à nous gratifier de ses commentaires et ses réflexions. Il n’a pourtant qu’une connaissance très limitée de ce milieu, mais eh, les séries sont un phénomène populaire et tout le monde a le droit de parler sur internet, alors pourquoi pas lui ?
Il y a ceux qui s’intéressent, se renseignent, se posent des questions et ont la bonne idée d’en poser à voix haute. Ceux qui tâtonnent, qui n’ont pas encore tout compris de certains points du système de diffusion ou de la réalité d’un tournage, mais qui participent avec ce qu’ils savent et s’améliorent progressivement.
Et puis, parmi les télambdas, il y a un énorme creuset de trolls potentiels, des mecs qui ne comprennent rien à rien mais c’est pas ça qui va les arrêter.

Je ne crois pas un seul instant qu’il faille museler ces intervenants là. Mais je pense que s’ils ne font pas l’effort de se renseigner un peu avant d’ouvrir une fenêtre de commentaire, et qu’ils finissent par prouver leur complète ignorance avec fierté, voire même une arrogance revendicative, on devrait aussi, en tant que personnes censées fréquentant une communauté informée, avoir le droit (le devoir ?) de leur faire fermer leur clapet et les réduire au silence jusqu’à ce qu’ils acquièrent, à défaut d’une maîtrise suffisante de leur sujet, au moins le talent de savoir quand ils sont à leur place, et quand ils n’y sont pas.

Oui, internet, c’est vrai, est particulièrement nuisible lorsqu’on fréquente ce genre de malotrus qui ne connaissent rien à rien mais qui en sont ravis. Internet a créé le télambda. Et le pire, c’est que certains sont complètement fermés à la moindre ouverture d’esprit. La liberté d’expression, j’en viens à penser qu’il ne faut s’en servir que si on jouit d’un certain nombre de capacités intellectuelles…

Mais pour tous les autres : bienvenue. Si vous y mettez du vôtre, vous allez vraiment vous éclater. Et si vous avez envie d’en savoir plus sur quelque chose, que vous voulez découvrir l’inconnu ou poser des questions, sérieusement, du fond du cœur, je suis à votre disposition.

par

, , , ,

Pin It

4 commentaires

  1. thomas dit :

    Waw! Que je suis d’accord avec toi! c’est vrai que ces commentaires (dont j’espère ne pas faire partie en ce moment :p) ne sont pas toujours très intéressant et en plus, sont censé être irréprochable car la moindre remarque sur tel commentaire, énerve le dit auteur…

    Et je suis aussi d’accord sur le fait que des personnes vont voir 50 fois Les Experts ou autre Mentalist ; MAIS POURQUOI NE PAS REGARDER LES EXPERTS QUE 49 FOIS ET REGARDER AU MOINS UNE FOIS THE SHIELD (je donne cet exemple car c’est aussi du policier pour les accro aux experts mais il y a tellement de choix meilleurs!).

  2. Nakayomi dit :

    Allez, soit optimiste, peut-être que dans une dizaine d’années ces télambdas seront mieux éduqués… Ca prend parfois du temps… C’est vrai quoi… Internet, ça existait pas au moment où je regardais Xena sans avoir la moindre idée de ce qu’était une saison -et tous les termes associés-, mais peut-être que je l’aurai ouvert mon clapé et que j’aurai fait partie de cette terrifiante faune… Je dirais même que ça viendra peut-être au fil des générations ! (Heureusement qu’il n’y en a pas qu’une à chaque fois d’ailleurs, d’élue… dans la génération…)

    Patience, courage et diplomatie (même si on a envie d’utiliser la technique de pression de Xena !)

  3. Eclair dit :

    Encore une fois complètement d’accord.

    Dans le même temps personnellement je nuancerai un peu, parce qu’il y a toujours un risque de se croire « autorisé » à parler parce qu’on est un amateur éclairé. De l’élitisme à la suffisance, il n’y a qu’un pas.
    Pour le reste, les forums deviennent vite des nids à troll s’ils grandissent de trop. Pour ma part je préfère une communauté réduite.

  4. ladyteruki dit :

    C’est pour ça que j’encourage plutôt les néophytes à réfléchir avant de parler, plutôt qu’à se taire tout court.

    Moi-même je me demande régulièrement quand j’ai basculé dans l’élitisme (parce que c’est forcément déjà fait), c’est difficile à dater. Regarder une bonne merde de temps à autres me maintient les pieds sur terre un minimum, mais je ne me fais pas d’illusions et je pense que plus j’avance dans les séries méconnues de la planète, plus ma curiosité, paradoxalement, me rend élitiste. J’ai tendance à voir de plus en plus d’un mauvais œil le manque de curiosité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *