La guigne

24 juillet 2011 à 15:39

A un moment je vais commencer à avoir peur de regarder des pilotes, cette saison.

Parce qu’entre Soredemo, Ikite Yuku (décevant), Bull Doctor (même pas je vais me fendre d’un post !) et maintenant Hanawake no Yon Shimai, c’est pas franchement brillant. Là ça fait depuis hier que j’ose même pas lancer le pilote de IS, parce que je suis sûre que ça va être décevant, alors que j’ai été étonnée de la bande-annonce qui était moins ridicule que je ne l’anticipais (en dépit de la présence de Saki Fukuda). Et IS n’est même pas sur la liste des séries que j’avais envie de découvrir cette saison. Et Piece Vote ? A ce stade j’ai même plus envie de surveiller s’il y a des sous-titres.
C’est vraiment la dèche. Si l’un de vous a déniché une série où les personnages ne sont pas a) hystériques b) caricaturaux, ou bien c) dénués de tout intérêt (les uns n’excluant malheureusement pas les autres), faut vraiment me le faire savoir fissa parce que je désespère comme rarement.

Bon. Parlons donc un peu de Hanawake no Yon Shimai, la série qui était supposée être ma dramédie nippone de l’été. Et qui a échoué lamentablement, vous l’aurez compris.

Il y avait plusieurs options, pourtant, et c’était pas si compliqué de faire un petit dorama sympa.
Première option, une série où chaque soeur avait ses problèmes de boulot et/ou de coeur, avec un peu de comédie pour pas rendre le tout trop sérieux, et hop, vogue la galère. De vous à moi c’est un peu pour ça que je signais. Deuxième option, qu’on découvre avec le début du pilote comme potentiellement réalisable, un dorama de la trempe de Seigi no Mikata, avec une grande soeur qui plait aux hommes mais réduit sa famille en esclavage (avec le petit twist que cette fois il s’agissait de 3 soeurs, et qu’elles étaient plus âgées). A un moment, j’ai cru à cette option parce qu’effectivement, les filles se plaignent beaucoup de leur aînée (plus précisément alors que celle-ci se marie pour la troisième fois, si vous me suivez), et parce que quand celle-ci revient vivre dans la maison familiale, elles sont paniquées. Je me suis dit : ok, c’est un peu du déjà vu, mais à la limite pourquoi pas, c’est pas comme si ça m’avait dérangée de regarder Seigi no Mikata jusqu’au bout !

Mais c’est pas ça non plus ! En fait je suis même pas certaine de pouvoir vous dire ce que c’est, parce que finalement, oui, chaque soeur a ses histoires de boulot et/ou de coeur, mais c’est tellement survolé que je ne peux pas dire qu’on a choisi la première option (en particulier, Michiko Kichise est laaaargement sous-exploitée, mais on va vite réaliser que de toute façon, elle n’est pas à sa place en comédie, ou bien tout simplement y est-elle allée de façon half-assed et dans ce cas je ne saurais la blâmer), et oui, les frangines ont peur de leur aînée, mais sans aucune raison parce que celle-ci n’est ni effrayante, ni un tyran, bon elle est un peu remuante et elle a trois enfants, mais c’est pas une mauvaise bête, quoi.

De vous à moi, la seule chose que je retiendrai du pilote de Hanawake no Yon Shimai, c’est… la maison de la famille Hanawa. J’ai une sérieuse envie de la transposer dans les Sims (comme je l’avais fait pour celle de Utsukushii Rinjin ; il avait fallu ruser d’ailleurs : je me suis rendue compte qu’une partie du rez-de-chaussée n’était pas du tout montrée dans la série), parce que primo j’adore le jeu sur les différents niveaux, et deuzio, ça fait une habitation super pratique pour jouer ensuite, rapport au côté « décor de théâtre » (ou de sitcom) de cet espace très ouvert, avec cependant ce détail amusant : la porte d’entrée est dans le couloir, sous les chambres des filles, et pas du tout à un bout ou un autre de la pièce comme on pourrait s’y attendre.

Pardonnez, hein. Mais bon, vous n’êtes pas sans savoir que je ne suis pas insensible à un logis bien agencé dans une série (fût-il invarablement décoré en bois-blanc-beige).

Donc voilà, pendant les trois quarts du pilote, je me suis raccrochée à ça (d’autant plus intriguée qu’il y a une porte à l’étage qui mène à quelque chose au-dessus de la cuisine, et que je n’ai pas encore déterminé si c’était la salle de bains, mais je ne saisis pas trop le concept d’une salle de bains avec une porte vitrée, ou bien oh mon Dieu, ça se trouve, c’est une petite terrasse !). C’est vous dire si mon esprit a eu le temps de vagabonder.
Pour faire plus clair : si vous comptiez regarder le pilote de Hanawake no Yon Shimai, et passer un bon moment : FUYEZ ! Je peux pas faire plus claire.

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture : la fiche Hanawake no Yon Shimai de SeriesLive.

par

, , , , , , ,

Pin It

1 commentaire

  1. natsumi dit :

    Bonjour,

    En parcourant ce site, j’ai été agréablement surprise par les commentaires concernant Utsukushii rinjin et Namae wo nakushita megami qui sont également les deux dramas de l’année ayant capté mon attention. (Bien sûr, Amami Yuuki, quoi qu’elle fasse, où qu’elle soit, me fait également faire « Hiii », donc, une petite faiblesse pour BOSS 2 dirons-nous).

    Tout cela pour dire qu’étant donné que nous avons apparemment des goûts sensiblement similaires, je te conseille de jeter un oeil à IS.

    Je m’attendais à une grosse blague, honnêtement, les premières scènes m’ont fait froncer les sourcils mais Saki Fukuda fait en fait un excellent travail d’interprétation. J’ai été très étonnée.
    Egalement, je suis ravie que pour l’instant le personnage principal ne sombre pas dans le cliché du gosse au parcours chaotique du fait de sa différence blabla. J’ai eu l’impression qu’une partie de la valeur ajoutée (de ce que j’en ai vu) réside dans le fait que l’ado est en fait très équilibré étant données les circonstances. Je ne dirais pas que j’attends ce drama avec impatience chaque semaine mais je l’attends en tout cas, ce qui n’est déjà pas si mal.

    En espérant t’avoir convaincue de tenter l’affaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *