If it ain’t broke, don’t fix it

28 septembre 2011 à 18:38

Il est rare que j’écrive sur un season premiere ; d’abord parce que mon suivi de la reprise des séries est très fluctuant (j’ai souvent, ces dernières années, et sans vraiment y penser, pris le pli de ne pas forcément revenir pour la saison 2 même quand j’avais suivi avec plaisir la 1e), et ensuite parce que comme je ne fais pas de review par épisode, ça ne sert pas à grand’chose de parler du lancement de la saison quand il y a relativement peu de chances que je traite de la suite. Mais là je suis trop en colère, et comme, d’après le peu de choses que j’ai lues sur Twitter en dépit de la finalisation de mon déménagement cette semaine, j’ai l’impression que je suis la seule, j’ai décidé de quand même vous en toucher deux mots.


La première saison de Harry’s Law avait des défauts. Là tout de suite je ne saurais plus trop les citer parce que, bon, déjà ça fait un bail, et surtout j’ai essentiellement retenu les qualités. C’est une bonne chose, n’est-ce pas ? Je me rappelle surtout l’impression assez persistante d’une grande irrégularité dans la qualité des épisodes : certains pouvaient être très puissants et d’autres relativement anecdotiques. Mon soucis était plutôt dans la façon de traiter les sujets que dans les sujets eux-mêmes, parce qu’à vrai dire, j’étais contente de ce qu’essayait de faire Harry’s Law avec son personnage retors, son milieu peu sexy, ses avocats pas vraiment impressionnants en apparence, mais étrangement soudés, ses bureaux moches, même, bref, son postulat anti-Ally McBeal. J’en avais touché deux mots à la mi-saison. C’était pas toujours bon, mais c’était courageux, pour du Kelley, parce que quand un type qui a quasiment fait de sa pratique un genre télévisuel commence à varier de la recette qui fonctionne si bien pour lui et prend des risques, même à tâtons, eh bah ça fait plaisir.

Reprise il y a quelques jours. Grosse déception. Un ascenseur a poussé dans la boutique de chaussures, non attendez, un étage rempli de juristes a poussé au-desssus de la boutique de chaussures, et en fait, maintenant, à quelques nuances près (Harry n’a pas perdu 80kg… et vu que c’est une série Kelley, elle aurait même dû en avoir perdu une bonne centaine), on a perdu tout ce qui faisait le charme de la série initialement.

La connivence entre Harry et Tommy ? Pfiout, fini. Ils emménagent ensemble (pourquoi d’ailleurs ?) pour partager des bureaux où ils ne se parlent plus. Harry n’a plus de réplique qui fait mouche en dépit de sa faculté à mécomprendre ses affaires parce qu’elle vient d’un autre monde, d’ailleurs ptet que finalement elle était plus vive quand elle n’était pas si à l’aise et sûre d’elle, étrangement, et Adam, quelqu’un s’intéresse à Adam, non personne, et puis un personnage ne vient que pour donner l’heure, un autre a été Kelleyrisé (mais je pensais qu’il reviendrait en guest ?!), et une autre apparait et on l’aime pas parce qu’elle ne fait rien pour ça et qu’elle a une intrigue à la con, et euh au fait, pourquoi le bureau ressemble autant au cabinet Cage & Fish déjà ? Même le générique semble avoir subi un changement « mineur mais significatif » avec la disparition du flingue.
Je regardais l’épisode et j’étais larguée. Je suis vraiment en train de regarder une série que j’aimais bien ? Là tout de suite je ne suis plus très sûre. Suis-je revenue à une série que j’avais commencé à suivre, ou en ai-je entamé une autre ? Un spin-off, éventuellement, mais guère plus.

La première saison était inégale ? Jamais elle ne m’a semblé être aussi décevante même dans ses moins bons passages. Désormais, on fait comme si Harry’s Law était une série légale ordinaire, dans un cabinet cossu (d’où vient tout cet argent, Tommy seulement ?), une série comme n’importe quelle autre, une série que je ne voulais pas suivre. Je voulais Harry’s Law. Je me sens trahie.
J’accepte les changements quand ils sont une évolution. Pas quand ils sont une remise en cause de tout ce qui faisait la particularité de la série. Si le deuxième épisode poursuit sur cette lancée, je considèrerai que Harry’s Law s’est elle-même Kelleyrisée, et je passerai la main.

par

, , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

5 commentaires

  1. UglyFrenchBoy dit :

    Ma chère Lady je vous trouve bien pessimiste !
    La relation entre Harry et Tommy sera exploitée. La bière partagée dans le bureau en témoigne. Je ne me fais aucun soucis là-dessus. Et le fin du pilote avec la réaction de celui-ci laissent penser que le meilleur est devant nous.

    Ce season premiere corrige tous les défauts de la première saison. Terminée les histoires de gangs, le Cincinnati présenté en introduction de chaque séquence (et parfois entre) ressemble aux premières secondes du pilote, mais montre un environnement légèrement moins hostile. Le cadre de la première salve était quand même légèrement anxiogène. Britany Snow, ou du moins son personnage, ne sera bientôt plus et les nouveaux protagonistes ont l’air intéressant. Surtout, il manquait à Harry un(e) ennemi(e) de taille et c’est là où Jean Smart fait une arrivée très remarquée. Leur rivalité est presque jouissive à ce stade. Et autre changement : les musiques. Fini les enregistrements cheap dont même AB Productions ne voudrait pas pour ses fictions. L’équilibre son/image est ici beaucoup plus intéressant et de qualité, sans marquer une rupture avec les épisodes précédents.

    Ne soyez pas hermétique à tout changement, surtout que ceux-ci sont/étaient nécessaires.

  2. ladyteruki dit :

    Mais peut-être que je trouvais justement que les histoires de gangs et l’environnement hostile, c’était plus original. Peut-être que je recherche un côté un peu anxiogène, parce que la source du drama est là. Peut-être que je ne trouve pas que ce soit une bonne idée d’avoir UN(E) ennemi(e) mais une variété de gens rencontrés au fil des procès. Je n’ai rien contre certains nouveaux persos ; le beau blond de Boston Legal n’a pas un poil qui dépasse, il est lisse au possible, mais justement pour cette même raison je n’ai rien à lui reprocher, et j’aime la dynamique avec Jean Smart mais j’espère bien qu’on n’aura pas affaire qu’à elle pendant la saison, ça serait insupportable. C’est pas Titi et Grosminet, je ne veux pas les regarder se courir après à chaque épisode !

    Peut-être que ce que toi tu vois comme un mieux, je le vois comme un abandon de ce qui me plaisait dans la série. Et dans ce cas conviens avec moi que ce n’est pas être pessimiste, c’est être forcée de faire le « deuil » de ce qui m’attirait à la base. J’étais contente que Kelley sorte un peu de sa tour d’ivoire et aille se mêler des problèmes des quartiers défavorisés qu’il ne comprend pas bien, mais qu’il traite justement en parfaite conscience de ses limites, je trouvais ça plus courageux que les petits meurtres entre époux qu’on a vus et revus cent fois. Et le procès de ce pilote qui n’est même pas fini ! Quelle barbe.

  3. Shoone dit :

    Pour ma part, j’accueille plutôt bien toutes ces modifications introduites dans le premiere. C’est vrai que c’est un peu dommage de perdre cette sorte de simplicité, proximité qui se dégageait du petit bureau improvisé d’Harry mais le nouveau cabinet permet aussi de respirer un peu et pas mal de nouvelles possibilités, même si du coup, ce cadre est plus classique. Et puis, même si Harry change de locaux, elle reste à Cincinnati, dans le même quartier, donc elle devrait toujours pouvoir défendre des affaires similaires à celles de la saison 1, même si la fusion avec Tommy lui offre une clientèle plus riche.
    Enfin, en parlant de Tommy justement, je ne doute pas que son duo avec Harry sera approfondi cette saison, même si dans ce premiere, effectivement malgré la fusion, ils interagissement peu. Reste qu’ils ont tout de même quelques scènes ensemble et qu’à chaque fois, elles sont réussies, ce qui pour moi augure du bon pour la suite. Si on évite d’isoler Tommy…

  4. UglyFrenchBoy dit :

    « des problèmes des quartiers défavorisés qu’il ne comprend pas bien, mais qu’il traite justement en parfaite conscience de ses limites »

    Ça allait loin dans la guerre des gangs avec ce côté cliché des habitants: « Les forces de l’ordre sont absentes car nous faisons notre propre loi ». Vraiment certains épisodes pourraient presque être sortis tout droit d’un film avec Denzel Washington. Quitte à avoir des « problèmes de quartiers » autant traiter de chose peut-être plus accessible, moins anxiogène et, surtout, plus crédible.

    Après c’est juste un environnement. J’ai conscience que l’on obtient du Kelley « de base » et que la proximité est moins présente MAIS Harry’s est restée la même comme le souligne Shonne.

    A ce stade de la saison 2 appréciez-vous toujours la série ?

  5. ladyteruki dit :

    Mais je n’ai pas envie de plus accessible, de plus anxiogène ni même de plus crédible… ça parait difficile à comprendre mais c’est comme ça.

    Je n’ai pas regardé l’épisode de cette semaine pour le moment, mais j’avoue avoir énormément aimé l’épisode du cyberbully qui me semblait plus en phase avec l’identité originelle de la série telle que je l’avais perçue (comme quoi ce n’était pas forcément une question de gangs mais de sincérité et de choix des affaires). D’ailleurs c’est le premier épisode de la saison qui m’a semblé honnête avec lui-même, et j’espère que ce n’est pas le dernier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *