Go back to your life, I dare you

8 décembre 2011 à 12:16

Vous est-il déjà arrivé de trouver un pilote trop bon ? Au point de sincèrement vous demander si vous allez regarder le deuxième épisode ?
Je ne vous parle pas d’une sensation de délice et de perfection telle que vous vous dites que jamais la suite ne pourra faire encore mieux que l’épisode que vous avez vu. Je vous parle d’un pilote dont la forme est impeccablement aboutie et pensée, permettant au fond de s’exprimer parfaitement… sauf que le message de l’épisode vous rend physiquement malade. C’est le cas pour le pilote de Black Mirror. Le commentaire est sans appel, la forme est implacable, la sensation de malaise est authentique. Une fois que vous l’avez vu, vous n’avez envie que de l’oublier ; il a été trop efficace.

Un drama qui vous prend aux tripes, pourtant, ça n’a rien de nouveau. Plus tôt en cette saison, Homeland ou Boss ont su y parvenir. Mais nous sentons-nous concerné par Homeland ou Boss ? Non. Parce que leur intrigue ne nous touche que parce que nous nous lions aux personnages et que nous nous plongeons dans l’intrigue. Mais combien des spectateurs de ces séries que j’ai prises en exemple travaillent réellement sur des questions de terrorisme ou une campagne électorale ? Une fois l’écran éteint, nous retournons à nos vies.
C’est une chose bien difficile à faire après avoir vu le pilote de Black Mirror. Parce que les héros du pilote de Black Mirror… c’est nous.


A la fin de cet épisode, allumer une chaîne d’information, ou aller sur Twitter, n’a plus rien d’innocent (si tant est que…). Vous le faites uniquement avec la conscience aigue de votre part de curiosité malsaine, de voyeurisme, d’exhibitionnisme ; avec la douloureuse sensation que rien de ce que vous lirez ou verrez alors ne vous touchera plus vraiment parce que vous n’aurez fait que consommer une information, au mieux, ou des flux sans le moindre intérêt, la plupart du temps. Des mots, des sons, des gestes, que vous allez lire, écouter, observer, mais dont soudainement, à cause de Black Mirror, vous saisissez la vacuité.
A la fin de cet épisode, vous vous détestez parce que vous aussi vous auriez regardé la première video, twitté à son sujet, guetté les informations, et peut-être même regardé la deuxième video. Vous ne pouvez pas dire le contraire après avoir suivi plusieurs autres évènements de cette façon, l’expérience parle pour vous en tant que spectateur et utilisateur des réseaux sociaux et, à travers cela, en tant qu’être humain.

Il vous faut plusieurs heures pour admettre d’aller en faire un post sur un blog ; vous les passez à relativiser, à vous dire que ce n’est qu’une série, qu’un seul épisode de cette série d’ailleurs, qu’il serait ridicule de plaquer tout ce que vous aimez (découvrir des choses, partager ensuite, écrire…) simplement parce qu’un scénario a réussi à vous remettre en question. Et de toute façon, quelle est l’alternative ? Tout arrêter simplement parce que le pilote de Black Mirror a vu juste sur vous et les millions d’autres internautes de la planète ? Peut-on échapper à notre propre époque et tourner le dos à la société d’information ? Ou ne nous reste-t-il plus qu’à rejoindre les rangs de ceux qui consomment sans plus jamais prendre de recul, pris dans les flux de mots, de sons, de gestes, et accepter que nous sommes devenu cela, non pas à titre individuel mais en tant que civilisation ?

Miroirs obscurs, assurément. Mais quand c’était Martin qui en parlait, on le vivait quand même mieux.

par

, , , , ,

Pin It

2 commentaires

  1. Louis3000 dit :

    « Parce que les héros du pilote de Black Mirror… c’est nous »

    C’est peut être toi mais définitivement pas moi. J’ai trouvé ça consternant, à tel point que j’ai ragé pendant tout l’épisode, que j’ai cherché le nom du créateur par ce qu’après l’incroyablement vide Deadset, je veux boycotter l’œuvre de ce Monsieur.
    Côté positif : jamais deux séries ne m’avaient provoqué quelque chose comme ça.

  2. Watcher dit :

    Je suis restée sceptique personnellement.
    Du choc pour un propos trop généralisé, une vision noire qui manque justement de cette nuance « individuelle » (c’est après tout là que se situe le dernier sursaut possible de liberté, et j’ai l’impression que dès qu’on s’attaque à ce sujet, on se contente toujours d’une vision de société, pour nous réduire à cela via ces nouveaux médias omniprésents.)

    Et puis bon, on se demande un peu « et moi, qu’est-ce que je ferais ? » et je trouve très déplaisant que l’épisode veuille nous imposer un « je regarderais ». Bref, l’exagération générale m’a gênée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.