La bonne cuisine française

9 juin 2012 à 23:30

 

Laissez-moi essayer de faire le calcul. Voyons, c’était quand la dernière fois que j’ai regardé toute une saison d’une série française ? Je me rappelle vaguement de m’être fai une intégrale en 1952… après… Bah après, un gros blanc ; pas mal de pilotes mais sans plus… et évidemment cette année, il y a eu les deux premières saisons du Visiteur du Futur et l’intégrale de Hénaut Président. A part ça… à part ça, pas des masses, non.
Mais je fais des efforts ! J’essaye vraiment de vivre « ma prochaine grande aventure » avec la télévision française ! Je me suis même cogné une demi-saison de Workingirls, ça veut dire quelque chose, non ?

Là, ça m’a pris quelques jours, et parfois un peu de courage, mais j’ai été au bout de la première saison de Kaboul Kitchen.

Avec les premiers épisodes, je l’avoue, j’ai eu un peu de mal. Principalement parce que j’ai été déçue : le sujet choisi par Kaboul Kitchen était bon, ainsi que le choix du format dramédie. Sauf que ce choix n’était pas trop assumé dans un premier temps, prenant un peu les choses à la rigolade et sans vraiment exploiter l’ambiguité du lieu. Le Kaboul Kitchen se présente avant tout comme un lieu de débauche où on peut tout prendre à la légère, où les locaux sont un peu faciles à manipuler, et où très franchement, seul un Français trouverait à râler dans de telles conditions. Il faut attendre une bonne moitié de saison, minimum, pour que le danger commence à être tangible. Or, ce n’est que dans la configuration d’un contexte angoissant que l’humour de Kaboul Kitchen peut réellement fonctionner, et sortir de la caricature.

Cette dernière est d’autant plus difficile à accepter qu’en-dehors du personnage (très) secondaire de Sayed, il n’existe pas vraiment d’Afghan qui se pose comme un protagoniste sérieux de l’histoire. Les autres sont soit complètement serviles et idiots (comme le petit Habib), soit des gros lourds qui ne pensent qu’avec les armes et l’argent (le général Amanullah, qui ironiquement sera le seul à pointer du doigt les a priori des Français : « Vous les Occidentaux, vous venez ici avec du folklore plein la tête ; vous vous dites que nous les Afghans, on est un peuple archaïque, fier, sanguinaire… et dés qu’il y a un problème, on sort le couteau dans la gorge, et deux balles dans la tête »… et qui sera l’exacte incarnation de cet archétype), ou bien simplement des personnes portées sur la religion mais dont les convictions sont toujours négociables (les gens du quartier, mais aussi le personnel du Kaboul Kitchen). Il y a donc quelques relents de colonialisme dans cette façon de mettre toujours les Blancs dans le rôle des gens finauds, et c’est un peu dérangeant ; même sous couvert de l’humour, il y a quand même des choses qui méritent de sortir du stéréotype.

Le bon côté, c’est que même si Jacky s’en met sans cesse plein les poches, son cynisme lui permet d’écorcher un peu l’Occidental convaincu d’être en pays conquis. C’est également le rôle de sa fille Sophie, qui débarque avec des idéaux plein la tête (et également la ferme intention de faire chier son paternel) et qui va découvrir le monde des ONG, c’est pas non plus la panacée. A Kaboul, tout le monde doit être prêt à faire de petits arrangements avec la vérité, à négocier pour vivre à peu près tranquille, et à accepter les concessions sur les grands principes.

La relation entre Jacky et Sophie met d’ailleurs du temps à prendre de la consistance ; ils passeront les premiers épisodes à se croiser uniquement pour croiser le fer vite fait, puis repartiront chacun de leur côté. Là encore, la première saison de Kaboul Kitchen met du temps avant d’exploiter correctement son tandem central. Elle parvient à le faire juste à temps pour ne pas totalement décrédibiliser son final, mais ça s’est vraiment joué de peu.
On a d’ailleurs l’impression que la série ne sait pas trop où elle va de son côté, et que finalement, lier les deux personnages l’un à l’autre aussi peu que possible l’arrange dans une certaine mesure. D’abord ils s’engueulent, ensuite font la trêve, pour que la mère de Sophie (et ex de Jacky) débarque tout d’un coup… on ne sait pas trop si c’est du lard ou du cochon, pardonnez-moi l’expression. Il manque peut-être quelques réelles scènes de tendresse, un peu de finesse en somme, dans ce monde de brutes. Mais l’émotion n’est pas le fort de Kaboul Kitchen, c’est net.

Il n’y a pas photo : le héros de Kaboul Kitchen, c’est Jacky, interprété par Gilbert Melki. Il incarne parfaitement l’expatrié français sûr de lui mais râleur quand même, peut-être même un peu par principe parfois. D’ailleurs, le jeu de Melki, c’est 90% de grognements, mais c’est à vrai dire ce qui donne aussi tout son sel au personnage. En dépit de l’omniprésence du personnage (et du charisme de l’acteur, difficile à ignorer), la série parvient progressivement à mettre en place un véritable ensemble, qui fonctionne plutôt bien, même si l’équilibre entre les personnages met un peu de temps à s’établir. Ainsi, le photographe Damien, qui au début semble n’être qu’un second rôle à vocation de comic relief, prend tardivement de la consistance, là où Axel ne prend jamais totalement l’essor qu’il aurait dû, de par sa place auprès des personnages de Jacky et de Sophie, mais aussi du général qui devient un véritable pilier de la série.

L’avant-dernier épisode est à mon avis le plus réussi. C’est celui qui tire le mieux parti du contexte de l’Afghanistan et qui, en même temps, propose de vraies scènes drôles, voire hilarantes, sans délaisser ses personnages. La fin de saison est en revanche un véritable chantage au renouvellement, avec quelques ficelles un peu grossières pour laisser le spectateur au bord de son siège.

La série a encore quelques défauts bien français, notamment dans les dialogues ou dans les crises d’hystérie ponctuelles, de véritables cancers pour la fiction frenchie pour lesquels, là non plus, on n’a pas trouvé de remède à l’heure actuelle. Il m’est encore difficile de regarder une série française comme une série tout court (et c’est un phénomène que je n’ai réussi à expérimenter qu’une seule fois avec un film français à ce jour), mais globalement, je me suis relativement amusée avec Kaboul Kitchen, dont la mission, offrir une véritable dramédie française avec un sujet culotté, se remplit donc tant bien que mal. Il m’a semblé clair que la série avait besoin de temps pour trouver la bonne tonalité, elle l’a pris, elle a parfois erré, mais j’ai bon espoir pour la saison 2 maintenant que ces expérimentations sont passées. Je serai au rendez-vous, et je pense même incorporer le DVD à mon planning d’acquisitions. De mon point de vue, ça en dit long…

Ce post étain programmé à l’avance, faites semblant de rien, on se retrouve demain pour un post de première fraîcheur.

par

, , , , , ,

Pin It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.