You say you want a revolution

7 septembre 2012 à 0:55

Vous n’êtes évidemment pas sans savoir que whisperintherain et moi-même avons un défi en cette rentrée, regarder les pilotes de toutes les séries de la saison. Je dois dire que j’apprécie la façon dont graduellement on est en train d’augmenter le niveau du côté américain : tout a commencé avec un pilote de dramédie (Go On), puis plusieurs comédies-ou-à-peu-près, et là, on tient le pilote d’un des dramas les plus attendus de l’année. Ou en tous cas, avec un buzz monstre.
Difficile de résister bien longtemps à l’attrait du pilote diffusé en avant-première, et me voici donc ce soir à vous parler de Revolution ; sitôt que whisper aura écrit sa propre review de cet épisode, vous trouverez donc un lien au bas de ce post pour aller la consulter, et ainsi comparer nos deux points de vue.

Des quelques séries devant lesquelles j’avais envie de me caler les fesses cette saison aux USA, Revolution arrivait numéro 2 sur la liste, et je pense que pas mal d’autres téléphages doivent l’avoir dans leur ligne de mire.

Je n’en savais pourtant pas grand’chose : le pitch, et encore. Et j’avais aperçu une photo de promo, aussi, mais sans retenir aucun nom ni visage. Et évidemment je savais pour Abrams. Voilà, c’est tout.
Comme c’est désormais mon habitude, j’avais soigneusement évité les bande-annonces, les résumés, ne parlons même pas des reviews… écoutez je suis même pas certaine d’avoir lu une seule news sur Revolution depuis le SeriesLive Show où on avait causé projets. C’est vous dire.
Mais en fait, plus je prends garde à éviter le buzz autour d’une nouveauté américaine, plus en général ça veut dire que j’essaye d’intimer à l’univers entier l’ordre de ne surtout pas me gâcher la surprise. J’avoue que c’est encore pire pour la science-fiction, parce que c’est un genre tellement mal servi ces dernières années, que quand une série au concept original débarque, j’ai envie d’en déguster chaque minute du pilote pour m’imprègner de son ambiance.
A la limite, tomber sur une news ou une video portant sur, mettons, The Mob Doctor, c’est pas grave ; j’ai rien contre la série a priori, mais je m’en remettrai facilement. Par contre gâchez-moi le plaisir de la découverte du pilote de Revolution, et on va avoir un problème. Me ruiner l’effet de surprise d’un pilote de SF peut être très dangereux pour la santé.

Alors au final, me voilà, trépignant d’impatience devant le pilote de Revolution, m’installant sur mon fauteuil comme un gourmet se met à table, espérant faire un festin mais bien consciente qu’à partir du moment où je presse le bouton « play », il peut se passer n’importe quoi.

C’est donc très exactement ce que j’ai eu. N’importe quoi.

Laissez-moi résumer les principaux points de discorde avec le pilote de Revolution : une séquence d’introduction ayant la légèreté d’un pachyderme, des situations présentées brièvement comme pour se débarrasser, des personnages qui n’existent que par leur situation et pas par leur personnalité, des scènes de baston à vocation de pur remplissage, et pour finir, une fin bien agaçante juste pour essayer de t’attraper de justesse et t’obliger à revenir.
Je crois que je n’avais pas vu un tel défilé de bonnes idées très mal exécutées depuis… Falling Skies. Falling Skies ! On vit dans un monde où Falling Skies a l’air d’être le modèle à suivre de quelqu’un ! On marche sur la tête.

En fait, mon contentieux avec le pilote de Revolution est en deux parties.
D’une part, il y a le fait que, comme c’était d’ailleurs le cas pour Terra Nova (qui appartient également à la grande famille des déceptions de SF récentes), j’ai ressenti presque comme une insulte que l’introduction serve plus de prétexte que d’autre chose. Punaise, rendez-vous compte : tout est coupé, le monde tel qu’on le connaît s’est totalement affaissé en quelques minutes, des avions tombent du ciel au nom de Dieu ! et pendant ce temps les personnages se regardent dans le blanc des yeux, ou mangent des glaces. Des glaces, quand même, m’enfin mais c’est pas possible de voir ça ! Pourquoi pas offrir un skateboard à un enfant aussi ? Ah, oops, déjà fait. Où est le sentiment de désolation ? Où est la terreur de la perte du monde connu ? Où est la désorientation qui a forcément suivi parce que tout ce qui semblait pouvoir se présenter à partir de là ne serait que chaos pendant un bon moment ? Non-non, les mecs ils regardent leur congel dégivrer. Laissez-moi vous dire que c’est pourri, voilà. Parce que même si vous n’avez pas l’intention d’utiliser cette époque (et/ou la plupart de ces personnages) par la suite, c’est quand même important d’être capable de saisir l’émotion d’une séquence pareille. Si la civilisation s’arrête brutalement, que des avions tombent du ciel sur la gueule des Américains, et que vous n’arrivez qu’à écrire « mange ta glace avant qu’elle ne fonde, ce sera la dernière », je sais pas, je suggère de devenir chauffeur de taxi ou courtier en assurances, faut arrêter l’écriture.
Donc ça c’est une chose. Mais la seconde, je crois que c’est l’absence totale de foi que Kripke semble avoir en son histoire. On a droit à tout : le retour à la terre (oh bah oui, tiens, un ptit arrière-goût écologique dans une histoire pareille, on n’allait pas le laisser s’échapper comme ça), l’héroïne orpheline qui doit se battre seule contre tous, le vilain méchant qui bosse pour un encore plus vilain méchant… On croirait que le scénario a été écrit en suivant des pointillés, un peu comme un enfant colorie un dessin sans dépasser les traits. Alors oui, hein, c’est bien propre. Mais qu’est-ce qu’on s’emmerde. Rien n’existe par soi-même dans ce monde-là, tout n’est que clichés sans âme mis bout à bout. Et le pire c’est que le scénariste n’est même pas pris de remords, on a l’impression de le sentir ; moi en tous cas je l’ai vraiment perçu comme ça : l’acte rassurant d’un scénariste qui se complait dans les facilités.
Je dis ça aussi un peu par jalousie, parce qu’être payé à écrire ça, c’est quand même un peu le job de rêve, et puis ça laisse du temps pour les loisirs.

Alors oui, peut-être que finalement, le plus beau cadeau qu’aurait pu me faire Revolution (outre avoir un autre scénariste, voire même aussi un autre producteur parce qu’Abrams et moi on n’a jamais été franchement potes), ç’aurait finalement été de ne pas faire ce bond en avant de 15 ans, pas tout de suite, peut-être en saison 2 qui sait, mais en tous cas de profiter un peu de cette superbe opportunité de faire une vraie série post-apocalyptique et pas une espèce de série de fantasy sans ambition, où comme par hasard on est revenus à l’âge de pierre, sauf ceux qui ont des super-pouvoirs.
Le seul truc qui ne m’a pas donné des envies de meurtre, c’est que le cast, bien que souvent transparent, n’est pas totalement miteux. Et par cast je veux dire l’héroïne centrale, incarnée par Tracy Spiridakos, qui a même réussi à m’émouvoir un peu à un moment. Ce qui n’était pas gagné, osons le dire.

Des quelques séries devant lesquelles j’avais envie de me caler les fesses cette saison aux USA, Revolution est donc, c’est le moins qu’on puisse dire, une déception. Je n’ose même pas vous dire ce qui est en première position, je commence déjà à angoisser.

par

, , , , , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

3 commentaires

  1. Mystical dit :

    Amusant, je n’ai pas vu le pilote, seulement la BA il y a quelques mois et j’en suis arrivé au même ressenti et conclusion, c’est à dire, nous montrer une intrigue placée directement après le black out énergétique sur fond de survie et désespoir… Je n’avais déjà pas envie de voir le pilote, mais ton article me confirme mes à prioris

  2. Elvire dit :

    Pour l’impression de « WTF le monde s’écroule et ils mangent de la glace », on peut les défendre en disant qu’ils s’y attendaient donc on perd de la surprise. J’aurais aimé être dans une famille lambda et là on aurait eu plus d’impressions. Mais je reste assez déçue tout comme toi. Même si on va avoir des flashback, le  » 15 ans plus tard » ne passe pas chez moi. Comment ils survivent, je m’en tape un peu, c’est le pourquoi qui m’intéresse et je suis sûre que je n’aurais jamais de réponse !

  3. Toeman dit :

    « Peut-être que finalement, le plus beau cadeau qu’aurait pu me faire Revolution, ç’aurait finalement été de ne pas faire ce bond en avant de 15 ans, pas tout de suite, peut-être en saison 2 qui sait, mais en tous cas de profiter un peu de cette superbe opportunité de faire une vraie série post-apocalyptique et pas une espèce de série de fantasy sans ambition, où comme par hasard on est revenus à l’âge de pierre, sauf ceux qui ont des super-pouvoirs. »

    Mais oui, oui, oui.

    Je me suis dit pareil, j’aurais tellement aimé voir un peu l’après black out au lieu de passer directement 15 après. Je crois que c’est ma plus grosse déception dans ce pilote. Peut-être que si j’avais ne serait-ce que regardé les affiches promo, j’aurais pu éviter ça… Il semblerait que ce soit écrit noir sur blanc… Mais quand même !

    Et puis le fils a un sacré tête à claques.

    Quel ennui, ce pilote…

    Bon, heureusement, je n’en attendais pas grand-chose.

    J’ai mis mon petit scribouillage perso en lien, si jamais ça t’intéresse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *