Par élimination

5 octobre 2012 à 19:33

Devinez qui s’est lancé un défi avec whisperintherain sur les pilotes de la saison ? …Bah, comment vous avez su ? Place cette fois à un pilote sorti sur la toile quelques jours avant son lancement sur NBC, avec Chicago Fire.
Vous trouverez, évidemment, au bas de ce post, un lien vers le blog de whisper, qui sera complété sitôt que ce dernier aura publié sa review. L’occasion de comparer nos points de vue…

1996. C’est en 1996 que FOX avait lancé L.A. Firefighters, une série s’intéressant à des… pompiers de Los Angeles (on voit ceux qui suivent). On ne va pas se mentir : j’ai dû faire des recherches, je ne me souvenais plus du titre. En fait je ne me souvenais plus de grand’chose. Simplement, la série avait ensuite été diffusée par TFHein et c’est alors que je l’avais vue. Enfin, « série », c’est vite dit, vu le nombre d’épisodes tournés, mais je me souviens clairement de Christine Elise en pompier.
Pourquoi j’ai mémorisé Christine Elise ? Bah dans les années 90, tout le monde connaissait Christine Elise parce qu’elle se tapait Jason Priestley, voilà tout, c’est aussi simple que ça. Mais je trouvais que le rôle allait bien à cette nana aux airs de gros dur. Dans le milieu viril des pompiers, elle faisait illusion (un personnage qu’on retrouverait quelques années plus tard sous le nom d’Alex Taylor, à bien y réfléchir). Impossible de me souvenir de la teneur des épisodes, par contre je me revois, en train de grignoter devant un épisode ou deux. J’ai l’impression que c’était pendant les vacances d’été mais je n’en suis même pas certaine. Vraiment, il ne m’en est resté que Christine Elise, et peut-être un autre personnage féminin, plus vaguement.
En réalité, L.A. Firefighters n’apportait pas grand’chose sur la table, et son annulation prématurée était plutôt une évidence vu le peu d’empreinte que son contenu a laissé sur moi (et certainement la poignée d’autres personnes qui l’ont regardée à l’époque).

Il faut dire qu’à ce moment-là, j’étais prête à regarder tout et n’importe quoi pourvu de simplement pouvoir me mettre devant une série ou deux. J’ai regardé Pacific Blue assez assidument à peu près à la même période, par exemple, mais c’est un autre sujet, pour la confession honteuse d’un autre jour. Cela dit, ces séries répondaient un peu à la même intention : offrir du mouvement et du bruit, du spectacle et de l’action, pendant trois quarts d’heure, sans vraiment chercher la complication, ou approfondir cette histoire de « scénario » dont il se disait qu’on en trouvait dans d’autres séries.
Dans les années 90, on avait énormément de séries de ce genre, pas franchement futées, et TFHein se faisait un plaisir de les diffuser. A côté, les Experts, c’est du HBO ; vous vous rendez pas compte de ce que c’était que de regarder TFHein dans les années 90, la jeunesse téléphagique d’aujourd’hui ne connait pas sa chance.

A bien y réfléchir, des séries s’intéressant à une brigade de pompiers, il n’y en a pas eu des centaines, de toute façon. Autant les flics, ça ya pas de problème (quoique, la mode de suivre un commissariat entier n’a pas vraiment survécu à la fin des années 90 non plus… le cuisant échec de NYC 22 en est la preuve), autant les pompiers…
Mais c’est vrai que dans la dynamique d’alors, une série dramatique sur les pompiers, ça ne se concevait pas. Une série dramatique sur la police, oui, c’était envisageable. Mais sur les pompiers, ça impliquait nécessairement une série d’action. Il faudrait attendre Rescue Me pour innover dans le domaine.

2001. Ca par contre, pas de problème, je m’en souviens très clairement. Le pilote de New York 911 compte parmi mes plus intenses souvenirs de téléphagie. Mais vous allez me dire : dans New York 911, certes, on voyait des pompiers (surtout au début) mais aussi des ambulanciers et des flics, encore eux. Finalement la série mangeait à tous les râteliers. C’est peut-être justement pour ça : parce que rester centré sur les pompiers semble toujours être voué à ne présenter que des séries d’action. J’ai progressivement abandonné la série (c’est cruel à dire mais plus il y avait de poulet, plus je faisais une allergie) mais il me semble même qu’à un moment on avait aussi droit à des médecin du service des urgences.
Toujours est-il que l’ambiance dans une caserne de pompiers, j’avais eu le temps de connaitre : New York 911 était truffée de scènes de la vie quotidienne, dans une bonne ambiance de groupe où on regardait des matches ensemble et où on dînait entre deux interventions dans la cuisine de la caserne. C’était une ambiance de fraternité, un peu virile mais pas à l’excès, tout-à-fait ce que j’aime sur la façon dont tant de séries nous montrent les amitiés masculines. Il y avait des moments de friction mais, avant tout, c’étaient des conséquences de la vie en commun, en permanence les uns sur les autres, et c’était quelque chose de fort, cet esprit de cohésion, c’était vibrant.

Mais la plus grande qualité de New York 911, c’était sa capacité à nous faire trembler devant le danger. Beaucoup de séries mettent leurs protagonistes en danger de mort, mais la plupart du temps, les spectateurs sont plus que conscients que ce risque est cosmétique, et que les héros sont à peu de choses près invincibles (sinon il n’y a pas de série). Mais New York 911 capturait quelque chose de rare, le sentiment de risque. C’est justement ce qui m’avait rivée à mon écran devant ce fameux pilote, l’impression terrible de sentir la montée d’adrénaline, inhérente au « genre » comme on l’a dit, mais aussi de prendre le pouls de personnages qui risquent vraiment leur vie pour avoir transporté une civière ou éteint un feu. Et qui, à travers les risques physiques qu’ils encouraient au quotidien dans leur travail, couraient aussi un risque de blessure psychologique, de traumatisme. Leur vision du monde s’en trouvait altérée. Un personnage de New York 911, et à plus forte raison un pompier, n’était jamais un naïf. Mais malgré les séquelles d’interventions parfois réellement terrifiantes, ces mêmes personnages étaient capables de tout de même déconner dans la cuisine de la caserne. Rien n’était anodin, mais rien n’était jamais totalement insurmontable. Ce qui m’avait touché avec New York 911, dés le pilote, était le même genre de raisons qui font que j’aime les séries sur les flics en uniforme ou les militaires : un fragile équilibre entre la peur et l’assurance, la capacité de s’adapter à une vie passée dans la gestion des errances des autres, et une certaine gravité masquée sous un esprit de corps.

Une série sur une caserne de pompiers, quand c’est bien fait, ça fait vibrer. Sinon ça ressemble simplement à une campagne de recrutement, un peu dans le genre de Paramedicos en ce moment au Mexique.

Hm, je n’ai pas beaucoup parlé de Chicago Fire dans cette review. Mais est-ce réellement nécessaire, quand tout est déjà dit…?


par

, , , , , , , , , ,

Pin It

1 commentaire

  1. Toeman dit :

    T’es injuste avec les séries de TF1 dans les années 90, y avait Sunset Beach.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.