You can take the girl out of the country…

3 novembre 2012 à 22:37

On est très officiellement en novembre, ce qui veut dire que le plus gros des pilotes américains est derrière nous… jusqu’à la mid-season, en tous cas. Ca va nous laisser le temps, à whisperintherain et moi, de revenir sur les pilotes qu’on n’a pas eu le temps d’aborder dans le cadre de notre défi. Mais curieusement, il y en a un pour lequel je n’ai pas eu besoin de tableau Excel pour me souvenir de le regarder…

Bon alors, on est tous conscients que ce post ne comportera pas la plus petite once d’objectivité, n’est-ce pas ? On sait tous que j’adore Reba McEntire, que j’ai vu Reba deux ou trois fois en intégralité (et le pilote au moins le double), et que je suis capable de mettre tout esprit critique de côté quand l’affectif s’en mêle ? Qu’en plus j’adore la country music ? On le sait tous, hein, j’ai pas besoin de vous le rappeler ? Bien.
Non parce que ce pourraient être des informations que vous souhaiteriez garder en tête en lisant la review qui va suivre. Pour vous éviter la crise d’apoplexie. Pour vous retenir de me lyncher.
Mais je m’en fous. C’est un tel plaisir de retrouver Reba ! De retrouver son accent délicieux et son caractère de cochon ! Et sa crinière rousse ! Ce qui ne gâche rien.

Il y a quelques bonnes idées, en plus, pour accompagner ce retour : le personnage du jeune voisin qui aurait pu être la caution gay mais qui se retrouve à lécher la glotte de la fille de Reba avant la fin du pilote, la grand’mère (Lily Tomlin, dont la présence est précieuse) qui se découvre fort opportunément un état anxieux nécessitant la prescription de marijuana, ou encore la belle voisine (Sara Rue, méconnaissable pour ceux qui ont vu Popular ou même Eastwick) qui est peut-être un peu allumée, mais pas totalement stupide… et dont Reba pourrait bien apprendre quelque chose, en dépit de ce qu’elle pense. J’ai hâte de voir ce que cette amitié contre nature va donner, même si j’ai ma petite idée sur ce que je peux en attendre.

Avec Malibu Country, on est en effet très clairement en terrain connu, et ce pas uniquement parce que le talent d’actrice de Reba consiste à interpréter toujours le même personnage avec la même carapace et la même façon de juger son entourage.
Certaines thématiques ont la vie dure, qu’on connaissait déjà de Reba : le divorce, les enfants, la volonté d’aller de l’avant… Certains personnages rappellent aussi un peu leurs équivalents de Reba : Cash est aussi peu futé que Van (je souhaite au premier de devenir aussi hilarant que le second), et Kim est un parfait faire-valoir comme l’était Barbra Jean (là encore, on ne peut qu’espérer que les deux personnages se vaillent). D’autres choses promettent un peu plus que la simple redite, à l’instar de l’assistant du producteur, qui offre d’ailleurs l’une des meilleures scènes du pilote. Seul le personnage de la fille, pour l’instant, est un peu difficile à situer… mais il a clairement des atouts prometteurs.

Le pilote de Malibu Country n’est pas, soyons quand même honnête, l’épisode inaugural annonçant la meilleure série de la saison.
Mais dans une saison qui compte si peu de franches réussites, ça fait plaisir, un peu comme avec Partners, de retrouver une formule qui fonctionne, à défaut de surprendre. Une fiction « confortable » à regarder une fois par semaine, ça fait aussi du bien… surtout si c’est sur fond de country.
Tiens d’ailleurs, j’ai pas encore regardé le Nashville de cette semaine, c’est parfait, je sens bien arriver le combo Nashville + Malibu Country chaque weekend.


par

, , , , , , , ,

Pin It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.