Latina par nécessité

16 mai 2014 à 12:32

Avec les annonces des Upfronts cette semaine, je suis un tantinet agacée. C’est sûrement rien, ça va me passer, mais comme ça faisait un bout de temps que je ne m’étais pas épanchée dans la rubrique Point Unpleasant, on est partis pour un petit billet d’humeur.
Prêts ? Go.

Alors, quelqu’un peut-il lever la main et expliquer à la classe pourquoi les adaptations de séries sud-américaines aboutissent quasi-systématiquement à caser des personnages latinos, aux USA ? C’est pourtant ce qui semble se dessiner comme tendance.

Nan, ok, alors, oui, je sais ce que vous allez me dire : les networks américains ont cruellement besoin de latinos dans leurs programmes (je ne vous refais pas le cours de démographie dont je vous avais gratifiés dans le 1er numéro de More TV !). Certes. Mais ça n’explique pas le rapport de cause à conséquence entre, d’une part, adapter une série sud-américaine, et, d’autre part, avoir un ou plusieurs personnages principaux qui soient eux-mêmes sud-américains.
Par exemple, quand un network adapte une série britannique, imaginons qu’on parle de The Office ou The Tomorrow People, personne ne se pointe avec un accent londonien. Autre exemple, quand un network adapte une série néerlandaise, mettons dans le cas de Red Widow ou Betrayal, les protagonistes ne deviennent pas brutalement néerlandais. Ou encore, quand un network adapte une série israélienne, comme disons pour Homeland ou Hostages, tous les personnages n’en sont pas de confession juive pour si peu (et israéliens moins encore). Mais adaptez une série venant d’Amérique du Sud… et soudain, il y a des latinos partout.

Or, ça n’a pas de sens en soi, pour deux raisons essentielles… même en mettant volontairement de côté la qualité intrinsèque des séries en question (ce qui est un problème à part, on en conviendra tous).

JanetheVirgin-650

D’abord parce que c’est un raccourci léééégèrement raciste que de penser qu’une série, parce que son pitch vient d’Amérique du Sud (et généralement d’Amérique latine, d’ailleurs, les remakes de séries brésiliennes ne courant pas les rues, de mémoire), va forcément parler au public latino.
Vous savez pourquoi les séries sud-américaines plaisent au public sud-américain ? Parce que la plupart des spectateurs de la planète donnent leur préférence aux séries nationales, qui leur parlent de leur culture, leur quotidien, leur réalité. Ce n’est pas une simple question de couleur de peau ou d’accent ! Et d’ailleurs, si la série sud-américaine rate son coup, ne s’inscrit pas dans la société à laquelle elle s’adresse d’une façon ou d’une autre, eh bien la série se plante. Quand bien même ses acteurs sont aussi sud-américains que les spectateurs. Mais vaillamment, les networks américains semblent persister à ignorer ce fait.

La seconde, c’est que les personnages latinos (…ou devrais-je dire, les latinas, car pour le moment le problème est circonscrit essentiellement aux personnages féminins) n’ont pas de plus-value scénaristique avec cette identité.
Concrètement, qu’est-ce qui justifie que les femmes de ménage de Devious Maids soient toutes d’origine sud-américaines ? Oui, en-dehors, vous savez, du cliché léééégèrement raciste que toutes les femmes de ménage aux USA sont sud-américaines, évidemment… Rien. Rien ne le justifie, et pas même dans le pilote où, comme j’ai eu l’occasion de vous le dire, les patrons, eux, sont comme par hasard souvent blancs. J’avoue ne pas m’être étendue au-delà du pilote, je me flagellerai avant d’aller dormir, promis.
Dans le cas d’Ugly Betty, qui était naturellement le précurseur aux États-Unis en matière d’adaptations de séries sud-américaines, l’origine culturelle et/ou ethnique de la famille Suarez amplifiait le fossé avec les autres protagonistes au sein du magazine Mode. Cela avait été intégralement intégré à ce que la série voulait mettre en place, et ce bien que cela lui soit totalement propre  : les autres versions de Yo soy Betty, la fea mettaient en scène la différence de statut social par d’autres moyens, Ugly Betty étant la seule adaptations à intégrer le thème de l’immigration dans sa dynamique.
Et justement, les Américains sont les seuls à faire ce genre de choses ; et comme je l’ai dit, ils ne semblent le faire qu’avec les séries sud-américaines. En Pologne, par exemple, j’ai déjà eu l’occasion de vous parler de la telenovela Majka, elle aussi adaptée de Juana la Virgen exactement comme Jane the Virgin qui commencera à la rentrée prochaine sur The CW. L’héroïne de Juana la Virgen est latina par défaut : c’est une série vénézuélienne. Celle de Majka est en revanche polonaise : c’est une série polonaise. Rien ne justifie particulièrement que Jane, poussée à rester vierge jusqu’au mariage par sa famille (…jusqu’à ce que surprise, elle ne tombe enceinte !), n’ait des origines sud-américaines ; à l’heure des bals de pureté, ce genre de valeurs n’est pas spécialement latino. Parenthèse : Majka fonctionnait parce que la Pologne est également un pays très catholique où l’idée d’avorter d’un embryon inséminé par erreur et par accident serait, pardon, inconcevable ; c’est le cas pour la majorité des adaptations de Juana la Virgen, toutes vendues à des pays généralement conservateurs, même pas forcément catholiques. Aux USA ça fait un peu rétrograde comme pitch, sans même parler de la chaîne, mais on aura tout le loisir d’en discuter dans quelques mois.
Je me rappelle encore du pilote de Killer Women (il va me falloir des années de thérapie pour me débarrasser de ça), qui comme par hasard se déroule dans une ville à forte dominante latino, avec une héroïne certes blanche (hey, bonus points for that, mais d’un autre côté une latina au FBI on sait tous que ça n’arrive pas) mais dont la première affaire porte sur une latina dont la famille est menacée par un cartel de drogues. Peut-on faire plus cliché ? OUI, on peut : la jeune femme va appeler l’héroïne une « chiquita » et l’invectiver en espagnol. Forcément. J’ai vu le pilote des deux versions de Mujeres Asesinas et je ne comprends toujours pas d’où vient cette intrigue. Des années de thérapie, je vous dis. Sans parler des officiers de police sexistes dans une des scènes (à la décharge de Killer Women, l’un des protagonistes à l’accent du Texas profond est sexiste aussi, de mémoire).
Mais en persistant à faire en sorte qu’une latina soit femme de ménage, victime du trafic de drogues, ou adolescente très croyante poussée à la virginité, ces séries ne font que pérenniser des stéréotypes.

Or la raison pour laquelle ces séries devraient fonctionner, c’est leur universalité ou à tout le moins, leur capacité à parler à tous les Américains qui vont les regarder. En particulier dans le cas d’une adaptation ! C’est, euh, pardon hein, mais un peu le but d’une adaptation que de faire en sorte que la série soit, ahem, adaptée à son public de destination ! Je sais, ce que je dis est totalement tiré par les cheveux, désolée.

Il ne s’agit pas de dire qu’il faut moins de personnages latinos dans les séries US, évidemment. Bien au contraire ! Le point de départ de la logique (plus de spectateurs latinos => plus de personnages latinos) n’est pas erroné, il est pertinent de vouloir faire en sorte de parler de, et aux États-uniens, dans toute leur diversité. D’ailleurs, et les networks ont démontré qu’ils l’avaient compris pendant les Upfronts : les séries avec un cast plus diversifié (mais aussi une writers’ room !) font de meilleures audiences, c’est prouvé. Il ne s’agit pas de blanchir à tout prix de toute façon, quand bien même les audiences n’en dépendraient pas.
Mais il est plus logique de créer des personnages latinos parce que cela contribue à leur identité d’une façon globale, ou à leur rôle dans la série en particulier. Ugly Betty est à ce jour la seule adaptation de série sud-américaine qui l’ait compris (et dont le succès n’a toujours pas été répliqué par un network). Et c’est encore plus vital dans une adaptation d’une série… elle-même venue d’Amérique latine. Je répète : en Amérique latine, il y a des latinos par définition, ça ne définit pas les personnages !

Enfin bref, tout ça pour dire que le seul trailer que j’ai regardé cette année, celui de Jane the Virgin, m’a profondément agacée.
Oh oh oh, mais promis, on aura l’occasion de reparler de Jane the Virgin, n’en doutez pas…! C’est le genre de série qu’on a TOUS une raison d’attendre au tournant.

par

, , , , , , , , , , , , , , , , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.