Over my undead body

21 mai 2014 à 22:42

J’ai un système. En tant que froussarde patentée, j’exerce une surveillance accrue de ce qui passe sur mon écran et, je vous assure, je suis d’une redoutable vigilance. En admettant que j’ignore qu’une série fantastique soit capable de me faire peur, et soyons clairs, je suis extrêmement méfiante à ce sujet quand les séries sont commandées ou, au pire, quand leur diffusion est annoncée, rien que les premières secondes me permettent de jauger ce qui m’attend, et généralement je fais prestement demi-tour. Pas de masochisme ici, oh oh oh non. L’instinct de préservation prime toujours.

Non, rien au monde ne me fera regarder une série avec des vampires, et pour ça je m’assure scrupuleusement de ce que je me mets sous les yeux.

PennyDreadful-650

Mais voilà, ce soir, j’étais nerveusement épuisée après l’éprouvant pilote de Happy Valley, et je me suis dit que, oh, allez, plus rien ne peut m’atteindre à ce stade. Je suis invincible. Et puis dans le fond je ne savais pas vraiment de quoi parlait Penny Dreadful, parce que j’évite toujours les trailers comme la peste, et que j’avais juste vu passer quelques posters promotionnels, quasiment par accident. Ouais, allez, admettons, on va jouer à se faire peur avec une ambiance un peu glauque. Ça va sûrement être un peu gore, après tout c’est la mode. M’en fiche, j’ai aucun problème avec le sang qui gicle, les entrailles qui pendent ou les têtes qui exécutent une rotation à 360°. Le seul truc qui peut me gêner, c’est les dents, et par extension les vampires et les zombies, et ya aucune chance qu’une série avec un personnage qui s’appelle Dorian Gray ait des vampires ou des zombies, pas vrai ? Ha ha ha, je me gausse, même pas peur.

Vous savez quoi ? En vrai j’ai pas de système. Je fais juste comme je peux pour pas dormir avec la lumière allumée pendant dix jours, voilà ce qu’il y a. Et parfois je laisse passer des trucs.
Et la vérité, c’est que j’étais mal renseignée sur Penny Dreadful. Qu’il y a des vampires, dans Penny Dreadful. Avec plein de dents. Deux rangées seulement, certes, mais elles sont pointues, ça donne une impression de nombre. J’ai encore l’empreinte de mes doigts dans les accoudoirs si vous ne me croyez pas.

Mais le pire dans tout ça, c’est sûrement que tout le reste dans Penny Dreadful me plaît. Le recyclage de personnages littéraires majeurs (même si ça vient sûrement d’une question pécuniaire triviale), les différents thèmes qui se mêlent, le regard de Timothy Dalton qui est toujours aussi incroyable, la musique qui en fait des tonnes (ça m’a permis de garder mes vêtements secs au moins), l’univers londonien un peu cliché, l’orage, tout. Je me suis éclatée. Le coup des hyéroglyphes, j’étais quasiment en train de sautiller d’excitation sur ma chaise.
Ce qui veut dire que je vais probablement regarder une série avec des vampires. Des dents. Sûrement dans chaque épisode. Telle que je me connais je vais sûrement faire des cauchemars, je suis impressionnable comme ça. Ça va être atroce.
Je peux déjà prédire que je vais tenir bon pendant quelques semaines. Avec de fortes chances pour que je me pense éminemment brave et que je tente même une autre série similaire, en me pensant guérie de ma poltronnerie ; je le sais parce que cycliquement je me fais le coup. J’en suis encore à faire des cauchemars à base du plan final de Jekyll, quand même. C’est dire le niveau. Je regarde un peu plus d’une saison de The Walking Dead et après je viens me plaindre. Après quoi mes chats trouvent que je les regarde d’un air bizarre quand l’un ou l’autre baille et que j’ai une lime à ongles sur le bureau à portée de main. C’est pitoyable.
Et puis au bout d’un temps, je vais me trouver des excuses. Si possible un nouveau coup de cœur. Le démarrage officiel des inédits de Halt and Catch Fire, tiens. Ou bien un très gros article qui requiert toute mon énergie. Ou peut-être même une maladie, avec un peu de bol même hors-saison je peux sûrement choper une gastro. Bref je vais renâcler à voir la fin de la saison de Penny Dreadful, et l’éventuelle suite n’en parlons même pas. Ça me servira de leçon pendant quelques mois. Mais je finirai par retomber dans le panneau à nouveau.
Bon sang, je me connais pourtant ! Tout ça aurait pu être évité.

…Vous ne comprenez pas, ce genre de chose n’est pas supposé se produire ! J’AI UN SYSTÈME !

par

, , , , , , , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.