The Swedish Way of Life

21 août 2014 à 20:29

L’un des défis du dernier Ask a Telephage en date consistait à reviewer un pilote de série suédoise ; comme en plus des options m’étaient proposées par Gw3nd0ul, j’ai choisi de revisiter le pilote de Solsidan. Super occasion puisque je n’avais écrit sur la série que des bribes, au fil des divers articles et news !
Défi relevé, donc ; défi rempli, j’espère.

Solsidan-650

Plus classique que le pitch de Solsidan, ça va être difficile. Dans le pilote, Alex et sa compagne Anna, qui attendent leur premier enfant, quittent la ville pour aller s’embourber dans le petit patelin natal d’Alex. Ils ont racheté la maison familiale dans laquelle la mère d’Alex, veuve, vivait jusque récemment, et pensent fonder leur famille dans ce coin calme de Suède, presque trop calme.
C’est… à peu près tout. Niveau scénario, le pilote ne va guère plus loin : Alex, sa femme, sa mère, son copain d’enfance, son voisin, sa maison, ses tracas terribles genre First World Problems. Solsidan n’est pas exactement du high concept.

A partir de là, l’épisode va danser sur la ligne si fine qui sépare la comédie de la dramédie, le reste étant laissé à votre sensibilité à l’humour scandinave. En ce qui me concerne, si je suis facilement charmée par les dramas scandinaves et leur façon de gérer avec subtilité les émotions humaines sans tout-à-fait perdre de vue une certaine vision de l’absurdité de la vie, les comédies me passent généralement assez loin au-dessus du crâne. A un moment il faut tout simplement admettre que quand on ne partage pas l’humour, ça ne s’inventera pas même à force de persistance.

Pour ma part je suis frustrée par des personnages comme celui d’Alex, par exemple. Il est clairement le héros de la série : après tout, il est le seul dont on entend ponctuellement les pensées. Mais choisir un personnage transparent comme héros a de gros désavantages (je n’ai pas simplement dit mou, mais bien transparent). L’idée que ce sont les autres protagonistes qui vont donner du sel à la série est assez optimiste, car en l’occurrence, Solsidan joue tellement dans la sphère du pince-sans-rire que finalement il manque des temps forts à ce pilote. Sans compter que plusieurs scènes sont particulièrement prévisibles, de la réaction de la mère face à l’emménagement à la simple chute d’un arbre.
Soit, Solsidan n’est pas conçue pour se taper sur les cuisses ; je peux vivre avec cette réalité. J’ai plus de mal avec la perspective de se trouver dans une situation très conformiste, vécue par des personnages sans grand relief, et traitée avec austérité : à un moment je ne vois pas l’humour.

En revanche, et c’est la bonne nouvelle : ceux qui apprécient Welcome to Sweden mais trouvent les personnages trop stéréotypés seront ravis de tenter Solsidan ; au deuxième visionnage, je n’en démords pas, la seconde est bel et bien l’ancêtre de l’autre, le ton plus calme de Solsidan permet d’éviter certains clichés limite racistes, et une bonne dose d’hystérie (qui à la place se transforme en ennui ; on ne peut pas tout avoir). C’est la différence essentielle.
Mais les deux séries se déroulent dans un contexte extrêmement similaire, ont un personnage tête-de-turc central très voisin, et font la promotion d’un style de vie passablement proche. C’est bien la raison pour laquelle Solsidan, d’ailleurs, est l’une des séries les plus populaires de Suède, au point d’être le seul cas de série à avoir été renouvelée pour 3 saisons d’un coup par TV4 en 2011 (notez que la chaîne n’a toujours pas fini de diffuser la totalité de sa commande tellement elle a de quoi voir venir), et à avoir eu un semi-spin-off, Kontoret. Et c’est bien ce qui avait poussé TV4 à se lancer dans Welcome to Sweden, trop contente de voir les audiences se répliquer dans un premier temps, du moins, avant qu’elles ne chutent.
Et pendant je vous tiens, un rappel énervé : TV4 avait renouvelé Welcome to Sweden avant même que NBC ne la diffuse, donc, non, NBC n’a pas renouvelé Welcome to Sweden, même si les exécutifs ont pu été consultés avant que TV4 ne prenne sa décision. Yen a marre de ces chaînes US qui s’attribuent le mérite d’un renouvellement fait plusieurs mois avant l’ombre d’une diffusion de série étrangère ou co-produite, c’est le même cirque avec les séries canadiennes. Au nom du ciel, chers networks US, apprenez à vivre avec le concept d’acquisition et cessez de faire croire que vous avez pouvoir de vie et de mort sur les télévisions de la planète. Pardon, pet peeve. Ahem, je me reprends.

Pour le spectateur non-suédois, ce sera, je le répète, une question de sensibilité. Peut-être que dans le fond, il y a des gens qui se roulent par terre devant le pilote de Solsidan, tout est possible. Mais de mon côté je confirme que ce n’est pas ma tasse de thé.
Mais le défi n’était pas d’écrire une critique positive d’un pilote suédois, pas vrai Gw3nd0ul ?

par

, , , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

1 commentaire

  1. Gw3nd0ul dit :

    Je te rassure tout de suite, défi rempli. (bon, c’était plus un tour d’horizon de ce qui peut se faire de mieux en Suède dans ma requête de base, mais une review est amplement suffisant pour remplir ton défi)
    Je t’avoue que moi aussi j’ai eu beaucoup de mal à accrocher à cette série. Certes, j’ai pu le voir en présence de 2 amies suédoises, qui elles, adorent ce show et suivent la diffusion suédoise chez elles. Donc je partais avec un avantage, celui d’être poussé à le voir en y entendant du bien.
    Mais voilà, l’humour suédois, j’ai pas ri. Peut être 3-4 fois, grand maximum. Comme tu le dis si bien, pour les suédois, c’est hyper drôle ; pour les autres, c’est au feeling. Le mien est resté amer, une dramédie trop calme, avec quelques passages émouvants, quelques passages où je retrouve l’ambiance et l’humeur des suédois.
    Et pourtant, j’ai beaucoup aimé le pilote de Welcome to Sweden, avec des moments vraiment de bons gros rires non dissimulés. Va comprendre.
    Donc pour moi, Solsidan ne passera pas le 1er épisode. Surtout qu’il n’existe que des sous-titres pour le 1er. Ça n’aide pas. Ou alors je me mets au suédois… Affaire à suivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *