Famille nucléaire

6 janvier 2015 à 23:19

La fin du monde est prévue pour dans 20 minutes. Que faites-vous des dernières minutes de votre vie ?
…Et que faites-vous lorsque vous découvrez que vous y avez survécu ?

Cockroaches-650

Dix années après la guerre nucléaire qui aurait dû les éradiquer, avec une bonne partie du reste de l’humanité, Tom et Suze se posent toujours la question. Et surtout, ils paient les choix faits pendant ces 20 minutes fatidiques : ce soir-là, ils avaient décidé de coucher ensemble, ignorant qu’ils allaient survivre. La conséquence s’appelle Laura, et est une gamine éveillée mais un peu difficile à élever étant donné les circonstances.
Reprenant un peu le concept de The Road, Cockroaches se veut beaucoup moins pesant : la comédie veut interroger la relation de couple entre ces deux personnes qui ont fait un choix un peu irrationnel lorsqu’ils avaient 19 ans, et qui maintenant doivent composer avec, quoiqu’il arrive. Tom, Suze et Laura ont qui plus est quitté la maison familiale de Suze, où ils avaient passé quelques années après l’apocalypse, et désormais ils traînent ce qui leur tient lieu de guêtres à travers un paysage désolé. Leur soucis majeur, après le manque de nourriture (ils ont de vieilles conserves, mais le fait que Suze allaite encore Laura leur rend la tâche plus facile), est que des gangs de cannibales traînent dans les parages et peuvent leur tomber dessus à n’importe quel moment. Ce qui relativise les problèmes de couple, ne nous le cachons pas.
Fort heureusement pour eux (ou bien ?), Tom et Suze tombent sur un campement un peu étrange, dirigé par… l’ex de Suze, sinon c’est pas drôle.

Le concept de Cockroaches est plutôt sympa, et l’exécution n’est pas mauvais non plus. La série s’appuie beaucoup sur ses dialogues, avec un mélange d’humour absurde et de petites vannes. En particulier, Tom est doué pour marmonner des piques à sa « femme » toutes les 2 minutes ! Par certains aspects, la série m’a un peu rappelé l’humour du Visiteur du Futur, sans chercher à avoir, en tous cas au stade du pilote, le même potentiel mythologique (mais d’un autre côté, même le Visiteur du Futur avait peu de potentiel mythologique dés son pilote). Le budget ne doit pas être très éloigné, non plus.
Je suis un peu déçue, en revanche, que la série se trouve un point d’attache, ce fameux campement de survivants, au lieu de continuer à être itinérante comme je l’aurais préféré. Mais, à défaut d’avoir eu Zombieland, peut-être que The Last Man on Earth me donnera satisfaction sur ce point.

Cockroaches prouve qu’il y a certaines choses qui peuvent survivre à tout : la mauvaise foi, la bêtise et la bière. Peut-être l’amour, aussi ; on verra au bout des 6 épisodes.

par

, , , , , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *