A cœur ouvert et bien plus

10 février 2015 à 12:00

LittleViewersBIGTelephagy-650

Le concept d’Open Heart semble partir d’une question simple : quel genre pourrait-on bien tenter dans une série pour ados ? Pourrait-on par exemple… imaginer une série médicale pour ados ?
La réponse est oui, comme toujours quand on met des scénaristes au défi.

OpenHeart-650

Mais comment ? Comment proposer une série médicale à des adolescents ? YTV ne réitère pas l’erreur commise par The CW avec Emily Owens M.D., en se contentant d’ajouter au pitch de Grey’s Anatomy un ton plus badin… tout en conservant une héroïne adulte exerçant le métier de médecin. Au contraire, Open Heart a pour personnage central la jeune Dylan Blake : une adolescente qui, évidemment incapable d’être médecin (à moins d’être Dr Doogie !), pénètre le milieu médical différemment. La série décide de se mettre à son niveau pour arpenter les couloirs de l’Open Heart Memorial, d’utiliser son point de vue, ainsi que de miser sur l’authenticité de ses émotions.
Il manquait encore une explication à sa présence dans les murs de l’hôpital, et Open Heart va la chercher dans un autre genre que médical…

Ainsi le pilote s’ouvre-t-il sur une séquence comme tirée tout droit de The Bling Ring, dans laquelle Dylan s’introduit avec quelques amis dans une maison cossue. Hélas la virée tourne court quand, éméchée, sa copine s’écroule sur une table en verre et se taillade sévèrement le bras ; pour sauver sa vie, Dylan se précipite aux urgences… dans une voiture volée. Naturellement, qu’elle ait sauvé une vie ne l’empêche absolument pas d’acquérir un casier judiciaire flambant neuf ; mais sa sentence est simplement d’accomplir des travaux d’intérêt général aux côtés de jeunes volontaires de l’Open Heart Memorial.
L’hôpital en question n’est pas non plus choisi par hasard : les Blake sont une dynastie médicale de Toronto, et l’établissement abrite à présent trois générations de médecins : le grand-père, la mère, et maintenant la sœur de Dylan, qui y est résidente. Ce qui ne signifie absolument pas qu’un chaleureux comité d’accueil attend Dylan pour son premier jour ! Ses relations, on l’imagine, sont très tendues avec sa mère et ses grands-parents, et seule sa sœur la soutient un peu, mais déteste être prise entre deux feux.
La seule personne de sa famille avec laquelle Dylan s’entend est son père. Or, et c’est sûrement le plus grand soucis de l’adolescente : il a disparu depuis trois mois lorsqu’elle décide d’aller frayer avec Sofia Coppola…

C’est donc un mystère qui permet à Open Heart de situer ses intrigues dans le milieu médical, puisque, le temps ayant passé et l’investigation étant au point mort, désormais plus personne ne cherche le père de Dylan. La jeune fille doit donc prendre sur elle de mener elle-même sa petite enquête dans les couloirs de l’Open Heart Memorial, tout en se frottant à une famille de médecins qui la regardent comme le mouton noir du clan.
Open Heart a l’immense bonté, de surcroît, de ne pas faire de mystère sur le fait qu’il y ait un mystère. On sait assez rapidement que certains personnages en savent plus long que Dylan. On ignore ce qu’ils savent, bien-sûr (sinon il n’y a plus de série !), mais on ne nous fait pas mariner trop longtemps dans les non-dits. Au contraire, cela permet de mettre en place une nouvelle dynamique dans la famille : les deux grands-parents et la mère complotant entre eux, ils décident, pour garder à l’œil Dylan et sa sœur, de mettre en place… des dîners de famille hebdomadaires ! Oui, ça sent un peu le Gilmore Girls, mais avec une toute autre relation de pouvoir.

Tout cela sans oublier un peu d’humour : Dylan ne se prend pas nécessairement au sérieux dans ses tentatives de percer le mystère de la disparition de son père ; elle sait en outre s’entourer de deux autres volontaires de l’hôpital, qui apportent une touche plus légère aux dialogues.
Le résultat, c’est un teen drama qui fourmille d’idées, s’autorise les mélanges, et rive le spectateur à son écran comme rien. Impossible d’avoir le sentiment de pouvoir prédire d’entrée de jeu ce qui se passe vraiment dans Open Heart ; mais derrière le suspense, il y a véritablement une série médicale qui interroge ses personnages dans leurs réactions et leurs interactions, et c’est plutôt bien vu. La famille Blake, en outre, respire au rythme de l’hôpital mais dans différentes sphères (ce qui n’est pas sans rappeler Remedy), offrant la possibilité d’intrigues variées. Et puis, sans vouloir vous spoiler, on va aussi parler de santé du côté des patients… Oui je suis à jour de la diffusion, chut, je n’en dirai pas plus !

Open Heart a une ambition visible : passionner ses spectateurs avec des ingrédients mainstream, tout en offrant une combinaison inédite. Le résultat fonctionne d’autant mieux que son personnage central est agréable à suivre, intelligent et effronté sans jamais en faire des tonnes, et en phase avec ses émotions ce qui est au moins aussi important quand on parle de la disparition de son propre père.

Et du coup ce n’est pas étonnant que Teen Nick aux USA diffuse Open Heart en parallèle avec YTV au Canada : c’est du solide. Que voulez-vous que je vous dise ? Les Canadiens touchent leur bille en séries pour ados, voilà tout.

par

, , , , , , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.