Une souris et des hommes

16 janvier 2016 à 15:38

Seol Hong s’apprête à commencer une nouvelle année à l’université, mais l’envie n’y est pas. L’an passé, elle a fait la rencontre d’un étudiant bien sous tous rapports, le très populaire Jung Yoo, mais elle le trouve louche et estime qu’il lui a créé des ennuis. Alors qu’elle songe à prendre un semestre sabbatique, ce qui serait d’autant plus faisable qu’elle pourrait travailler et mettre de l’argent de côté pour reprendre ensuite sa scolarité au lieu de bosser à mi-temps pendant les cours, la voilà qui décroche une bourse à laquelle elle n’avait même pas postulé. Bien obligée de rester en classe maintenant que ses frais de scolarité sont couverts, elle va devoir supporter pour quelques mois de plus la présence de Jung Yoo…
Problème : il semble y avoir toujours de la part de celui-ci des comportements pas très nets à son égard. Derrière ses airs affables, est-il en fait en train de lui nuire ?

CheeseintheTrap-650

Cheese in the Trap est une série de la chaîne câblée tvN qui essaye de nous faire croire fort, très fort, qu’on ne va pas assister à une bête romcom classique. Vous savez, cette histoire vue et revue 712 fois, dans laquelle les deux héros n’ont rien en commun, vont s’éviter et/ou se chamailler pendant des semaines… jusqu’à finalement tomber amoureux. C’est déployer beaucoup d’efforts pour pas grand’chose vu le tour que prend son premier épisode, qui justement tend à indiquer que oui, Seol Hong et Jung Yoo vont probablement se tourner autour une saine période de temps avant de se rapprocher.
Sauf que dans le fond ça n’a pas vraiment d’importance. Que Cheese in the Trap assume d’emblée être une comédie romantique ou non, elle est une romcom, point barre. Et lorsqu’on observe ce qu’elle met en place, il y a, ma foi, du bon comme du mauvais.

Au rayon fromage frais, il faut admettre que la vie estudiantine de Cheese in the Trap est vraiment chouette à suivre. Je me faisais la réflexion récemment que j’avais vu peu de séries asiatiques se déroulant à la fac depuis Orange Days (j’avais jeté un oeil à Hachimitsu to Clover, par exemple, mais n’avais pas accroché… et depuis il y a peut-être eu quelques autres pilotes, mais rien dont j’arrive à me souvenir dans l’immédiat : tout ce qui me revient à l’esprit se déroule au lycée). Donc ça fait du bien de changer un peu de décor, et de se pencher sur des amourettes qui ne concernent pas des lycéens rougissants. Cheese in the Trap dépeint bien le quotidien universitaire de tout ce petit monde, en intercalant dans son intrigue des moments sympathiques à l’instar du choix de matières et d’emploi du temps de début de semestre. Seol Hong n’est d’ailleurs pas seule à vivre tout cela : sa meilleure amie, et le garçon qui suit celle-ci comme un petit chien obéissant, l’accompagnent dans ces petits rituels de l’âge estudiantin, et ça rend ces scènes de la vie quotidienne vibrantes, pleines d’énergie, de rires, de bêtises diverses. Ça se regarde sans faim, quoi.
Il faut aussi admettre que le personnage de Seol Hong n’est pas exactement un stéréotype de romcom sud-coréenne. Oui, il lui arrive d’hésiter. Oui, il lui arrive d’être gaffeuse. Oui, il lui arrive de s’énerver et partir au quart de tour. Oui, elle passe énormément de temps à penser uniquement aux agissements d’un type et a du mal à nous montrer qu’elle songe à autre chose. Pour autant, et j’ai l’impression que c’est au moins autant une question d’interprétation que d’écriture, Seol Hong semble avoir aussi des moments plus introspectifs, plus réfléchis, plus retenus. Contrairement à tant de ses équivalents, elle ne me fait pas soupirer d’agacement de par son petit manège. Il ressort de ses actions quelque chose qui passe pour naturel ; c’est sur de tels détails que, d’ailleurs, Cheese in the Trap peut faire mine de changer un peu du « business as usual » des séries coréennes, en détournant un peu les recettes classiques du genre pour offrir une véritable variation, et pas un simple recyclage. Et avec, qui plus est, assez peu de surjeu, ce qui fait du bien aux oreilles.

…Et pourtant, il y a quand même des choses dans Cheese in the Trap qui puent le munster éventé. Le premier épisode montre à deux reprises des évènements qui ont des répercussions négatives sur Seol Hong, et où celle-ci soupçonne de Jung Yoo ait eu la main pour influer sur son destin (il y a également une troisième occurrence où, bien que Seol Hong ne pense pas qu’il soit directement responsable, c’est une proche de Jung Yoo qui a causé du tort à notre héroïne).
Tout l’épisode va tourner autour de cela : le populaire Jung Yoo a peut-être fait un truc pas clair, sauf que personne ne semble se douter de rien, et seule Seol Hong perçoit que quelque chose cloche peut-être dans le comportement du héros local. A-t-elle raison ? N’a-t-elle pas raison ? Elle ne sait pas, et nous non plus pendant l’essentiel du temps. Elle va continuer d’observer Jung Yoo qui lui fait des sourires, l’approche sous divers prétextes, et lui témoigne de l’attention que tous jugent positive ; tous, sauf Seol Hong qui ne le sent vraiment pas, ce type. Lui fait-il des avances, ou essaye-t-il au contraire de se rapprocher pour mieux lui nuire ? Mystère et boule de tomme.
Sauf que sur la fin de l’épisode, le spectateur (pas l’héroïne) obtient une réponse qui dédouane Jung Yoo d’au moins l’un des horribles méfaits dont Seol Hong l’accusait. Peut-être bien que dans le fond, Jung Yoo est vraiment bien intentionné, et que les circonstances jouent contre lui. Ça se trouve (qui peut dire ?!), il est même attiré par elle, et pendant ce temps elle l’imagine faire les pire trucs et l’envoie bouler dés qu’il l’invite à déjeuner, à dîner, à n’importe quoi. Il tente vraiment tout, le pauvre !

CheeseintheTrap-Trap-300Et ça, ça me dérange, parce qu’on se retrouve un peu dans la situation qui me faisait peur dans Sangsokjadeul : on a d’une part un type collant comme c’est pas permis, qui est, quand même, sur son chemin toutes les deux minutes (…Stalkie Stalker♪), qui a abandonné un cours super prisé juste pour la suivre dans un cours détestable de seconde zone, qui lui achète des boissons et passe son temps à vouloir la nourrir alors qu’elle passe son temps à refuser ; et on a d’autre part une jeune femme qui ne perçoit pas, et très franchement n’a aucune envie de percevoir, ses avances. Or Cheese in the Trap s’accorde à dire qu’elle a tort de ressentir cette méfiance ; de son propre aveu, Seol Hong ne sait pas si elle s’imagine des trucs, mais quand bien même elle a tort, il n’empêche que ce type qui la suit partout, eh bien elle le trouve pas très clair. Et ça devrait suffire. Mais non : la série, elle, est bien décidée à innocenter Jung Yoo quoique l’héroïne en pense, sous-entendu : pour la pousser dans ses bras.
Sauf que ce n’est pas parce que Jong Yoo n’a pas commis les actions qui nuisent à Seol Hong, que son comportement de stalker est excusable pour autant. Et ça me dérange un peu que finalement, de la même façon que le harcèlement permanent de Sangsokjadeul était supposé être une preuve d’amour, celui de Cheese in the Trap tende à envoyer le message que, quoi qu’en pense la jeune femme, dans le fond, elle devrait donner une chance à ce type. Qu’elle le trouve mega creepy ne devrait pas surtout pas l’arrêter !

Après on est d’accord que ce n’est que le premier épisode, et que mes prédictions peuvent être erronées. Je n’y crois pas vraiment, mais ça n’est quand même pas impossible. Peut-être qu’après tout Seol Hong se fiera à son instinct, et refusera malgré tout les avances de Jung Yoo même quand elle sera sûre qu’il n’a jamais cherché à lui faire de tort. Elle n’a pas envie de vivre une romance avec lui, et ce sera peut-être un argument suffisant. Moi j’aimerais bien que ce soit un argument suffisant, en tous cas.
Mais autre chose m’agace, c’est l’introduction en fin d’épisode d’un second personnage masculin. Et ça, si ça ne nous annonce pas au moins un triangle amoureux (voire un quadrilatère amoureux, vu que c’est une structure que les romcoms coréennes adoooorent), ça me surprendrait franchement. Vu les éléments donnés par le trailer de fin d’épisode, je crains de ce fait qu’il s’agisse d’un prétexte supplémentaire à brouiller les pistes au sujet des intentions de Jung Yoo, au lieu d’étudier le comportement de celui-ci pour ce qu’il est vis-à-vis de Seol Hong. Prise entre deux feux, l’héroïne va ainsi sûrement être perdue, désorientée, encore plus incapable de décider qui est « gentil » ou « méchant » et sommée de faire des choix quand même… au lieu de simplement continuer sa vie sans se préoccuper de ces hommes, lesquels s’introduisent dans sa vie alors qu’elle n’a rien demandé à personne.
Pas certain que Cheese in the Trap admette que son héroïne a cette option.

par

, , , , , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *