The new center of weirdness

19 décembre 2016 à 20:10

Par le passé, j’ai eu l’occasion de vous dire tous les espoirs que je place dans les services de VOD pour révolutionner la fiction pour la jeunesse. Amazon Video s’est révélé être particulièrement entreprenant dans le domaine, y compris en-dehors de l’animation ; chose pour laquelle le service ne reçoit sûrement pas de copieux éloges dans la sphère téléphagique, laquelle méprise autant que faire se peut la fiction pour préados (ou, pire, le public plus jeune encore).
Et pourtant ils sont là, ces efforts, et ils commencent à payer. Ce ne sont pas de simples plans sur la comète, ni de simples pilotes laissés en suspens (à l’instar hélas de la sympathique Table 58).

Cet été, à la faveur de mes ennuis de santé, j’ai décidé de tenter l’une de leurs séries, qui venait alors d’achever sa seconde saison : Gortimer Gibbon’s Life on Normal Street, une série fantastique pleine de charme comme je pensais que les Américains n’en feraient plus.

gortimergibbonslifeonnormalstreet-650

Gortimer et ses deux amis Mel et Ranger vivent sur Normal Street, donc… qui ne porte pas nécessairement bien son nom. Présentant des ressemblances troublantes avec Eerie, Indiana, cette rue est au contraire le théâtre d’évènements étranges.
Hasard du timing, le premier épisode commence lui aussi au plein cœur de l’été. Gortimer, Mel et Ranger sont accablés par la chaleur qui étouffe Normal Street mais, par un concours de circonstances, ils croisent la route d’une vieille voisine qui sort rarement de chez elle, l’énigmatique Mademoiselle Hudspith, en train de faire des courses plus qu’atypiques à l’épicerie du quartier. De fil en aiguille, la vieille dame demande à Gortimer de la débarrasser d’une grenouille qui vit sous sa maison.

Bon, a priori, pas la fin du monde. Sauf qu’il ne s’agit pas de n’importe quelle grenouille mais de la « Frog of Eternal Doom » ! C’est cette grenouille qui a ruiné la vie de Mademoiselle Hudspith et l’a rendue aveugle ! Car cette grenouille magique est capable d’exaucer des souhaits, mais chaque souhait a son terrible prix…
Alors oui, tout de suite, les trois copains font moins les braves.

De fil en aiguille il apparaît que la chaleur caniculaire n’est pas la conséquence de la destruction de la forêt tropicale ou de l’utilisation d’énergies fossiles (c’était la théorie de Ranger à l’origine), mais une punition de la grenouille, qui a condamné Normal Street à un été sans fin. Plus que sauver la voisine, c’est désormais d’une mission suprêmement importante que le trio est investi.

Mêlant une aventure en single camera et décors naturels plutôt bien troussée (avec quelques moments plutôt inventifs, surtout pour une série américaine du genre, vu que le pays s’est essentiellement distingué ces dernières années par ses sitcoms en studio) à des passages beaucoup plus surprenants dont un passage entièrement réalisé en stop motion, Gortimer Gibbon’s Life on Normal Street produit un effort visible pour fournir à ses jeunes spectateurs une série rafraîchissante et jamais bêtifiante. L’humour est plutôt fin, les acteurs réellement recrutés pour leur talent (Sloane Morgan, qui incarne le rôle-titre, est plein de surprises), et il y a même un peu de poésie dans le résultat final, bref ça fait un bien fou.
La douce fantaisie de la série est parfaitement exploitée, et quand bien même on présuppose qu’un happy end attend le spectateur à la fin de l’épisode, bien malin celui qui devinera comment cette conclusion positive sera obtenue.

Bien conçue, Gortimer Gibbon’s Life on Normal Street s’avère être la série qu’on a vraiment envie de montrer à sa marmaille, et pas juste pour avoir la paix un mercredi après-midi, mais bien parce que, pour une fois, une série étasunienne faite pour elle ne la prend pas pour plus bête qu’elle n’est. Et dire que j’ai failli ne pas publier ma review, et laisser cette bonne action rester impunie !

par

, , , , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

2 commentaires

  1. mabo dit :

    Ca m’a l’air sympa je la rajoute sur ma liste !

  2. maxwell39 dit :

    Tu as super bien fait de publier ta review, je doute que j’en aurait entendu parler sans ça, ça m’a lair cool. Je vais sans doute me laisser tenter l’été prochain, je suis toujours à la recherche de série légère à cette période 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *