Funny woman

22 avril 2017 à 14:00

Miriam Maisel, dite Midge, est une jeune femme d’une indéboulonnable confiance en elle. C’est en grande partie ce à quoi elle doit sa vie réussie : un beau mariage, deux beaux enfants, un bel appartement dans l’Upper West Side… tout ce à quoi une belle jeune femme peut aspirer à la fin des années 50.
Avec son mari Joel, Midge a pris l’habitude de fréquenter régulièrement le Gaslight Café, un bar permettant chaque soir à de parfaits inconnus de monter sur scène et s’essayer à quelques blagues. Joel se rêve en effet en comédien, et l’allant naturel de Midge, ainsi que son sens de l’organisation inné (sans parler de son optimisme à toute épreuve) l’aident semaine après semaine, mois après mois, à continuer de monter sur scène.

Mais ce que Midge prenait pour une occupation annexe, un hobby innocent, une activité de couple, est en fait un projet très sérieux pour Joel. Suite à un ultime échec cuisant sur scène, ce dernier annonce à Midge qu’il la quitte (…en plus il la trompe avec sa secrétaire, Penny). Que va devenir la merveilleuse Mme Maisel ?!

themarvelosmrsmaisel-seriesmania-650

Série historique haute en couleurs (comme son personnage central), The Marvelous Mrs. Maisel est une intraveineuse d’énergie positive et de bonne humeur à se faire prescrire d’urgence. L’héroïne est tout ce dont on peut avoir désespérément besoin lorsqu’on a un peu le moral dans les baskets, par exemple parce qu’on est fatigué et/ou que notre festival de télévision favori touche à sa fin. L’enthousiasme de Midge Maisel, mais son sang-froid, son culot, ou encore sa gentillesse, font d’elle instantanément un personnage qu’on a envie de suivre dans une série, voire, mieux encore, dont on a envie qu’il nous suive. Ce qui émane de The Marvelous Mrs. Maisel, c’est tout simplement l’impression d’avoir trouvé une série qui nous remettra sur pied quoi qu’il arrive.

Pourtant, ce n’est pas tout, loin de là. Dans la continuité de la série I’m dying up here dont on parlait plus tôt cette semaine dans le cadre de Séries Mania (…quoiqu’en prenant garde de ne rien en dévoiler), The Marvelous Mrs. Maisel est une série sur le stand-up. Elle se prend de toute évidence beaucoup moins au sérieux, mais elle aborde à sa façon des thèmes similaires, notamment l’impérative nécessité pour un ou une humoriste de trouver sa propre voix, son propre style, son propre humour.
Bon, en l’occurrence, il n’y a pas des masses de mystère : dans The Marvelous Mrs. Maisel, cet humour est celui d’Amy Sherman-Palladino (créatrice de Gilmore Girls puis Bunheads ; des visages très familiers du Palladinoverse jalonnent d’ailleurs ce pilote), qui s’exprime ici dans une liberté des plus totales puisque cette nouvelle série lui en donne l’occasion parfaite. Quelle meilleure excuse pour être drôle et débiter 712 punchlines à la minute que d’écrire sur un personnage drôle et qui travaille à le devenir plus encore ? A se demander ce qui a pris tant de temps à Amy Sherman-Palladino avant de songer à créer cette série si parfaitement faite pour son talent inné pour les dialogues ciselés.

The Marvelous Mrs. Maisel promet aussi, bien entendu, de lier son intrigue (une femme se découvre un talent qu’elle pensait jusque là réservé à son mari) à l’époque au cours de laquelle celle-ci se déroule (rien que d’autres séries portant sur une époque proche n’aient déjà abordé, mais qu’importe). Midge trouvera-t-elle l’indépendance qui lui revient de droit ? Sa relation avec Suzie la barmaid lui permettra-t-elle se trouver ailleurs, et en particulier une figure féminine, le soutien qu’elle mérite ?
Ces thématiques sont prévisibles de bout en bout, mais qui s’en soucie, au juste, quand on voit l’énergie pure qui se dégage de The Marvelous Mrs. Maisel, et son don pour inspirer. Ce serait mieux sans les gags grossophobes, mais en-dehors de ça, ce premier épisode est un sans faute dans sa catégorie. A se demander pourquoi Amazon n’a commandé que 2 saisons suite à sa mise en ligne : The Marvelous Mrs. Maisel est le genre de série qui mérite, si elle maintient sa qualité et son entrain, de traverser les âges et parvenir aux prochaines générations de femmes drôles pour leur insuffler une confiance indestructible en elles-mêmes.

par

, , , , , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *