Ensemble

29 novembre 2019 à 18:28

Tipeee

Lorsque je me sens seule et que j’ai l’impression qu’en plus mon célibat est désormais définitif, ce qui me manque le plus, ce n’est pas les papillons dans le ventre des débuts, l’excitation du sexe ou les promesses d’avenir. Pas du tout. Ce dont je manque le plus, c’est de la complicité propre au moment présent.

Little Things, initialement créée sous la forme d’une websérie pour Dice Media, et depuis rachetée puis renouvelée par Netflix (la saison 3 est sortie le mois dernier), matérialise parfaitement cela. Ces instants fugaces, sans importance, sans enjeu, sans conséquence… mais qui raconte là où une relation amoureuse existe vraiment : dans les petits choses.

C’est samedi soir. Kavya (dite « Kavu ») et Dhruv sont dans leur chambre, ils ne font rien de spécial, ils attendent surtout dimanche. Kavu essaie des saris en prévision d’un mariage auquel ils doivent bientôt assister, et Dhruv veut surtout aller se coucher pour pouvoir se lever tôt et aller déguster un plat qui le fait saliver, mais n’est servi que pendant 3h et à deux heures de route de chez eux. Kavu n’est pas très satisfaite des tenues qu’elle a, les essaie toutes… et finalement les deux amoureux vont se coucher quelques heures à peine avant de prendre la route.
Inutile de préciser qu’ils ne vont jamais se lever le lendemain matin, et ce n’est qu’au terme d’une grasse matinée prolongée qu’ils vont enfin émerger. Leur dimanche est-il maintenant foutu ?

Le premier épisode de Little Things n’est clairement pas là pour en mettre plein la vue narrativement. L’idée est ailleurs : il s’agit de raconter les interactions de ce couple, aussi banales soient-elles.
Sauf que c’est précisément ça qui marche : les taquineries, les bisbilles, et la tendresse. Ils ont leurs petites habitudes, auxquelles nous sommes introduites implicitement (lorsqu’ils regardent un film, ils alterne celui qui choisit lequel). Ils se connaissent par cœur l’un l’autre (ce qui explique que Dhruv soit capable de prédire que Kavu va pleurer si elle regarde Inside Out). Ils se surprennent encore parfois (…comme quand Dhruv finit par sangloter devant Inside Out). Ils nous arrivent avec une complicité qui survit à l’agacement et à l’ennui.

Ce premier épisode, qui dure environ un quart d’heure, va suivre ce dimanche qui ne se déroule pas comme prévu. Chacun observe sur son portable comment les amis du couple semblent vivre une vie tellement passionnante, qui à la plage et qui à un fabuleux concert, tandis qu’ils n’arrivent même pas à s’arranger pour aller jouer à la salle d’arcade pendant une petite heure. Intitulé « FOMO », ce premier épisode nous raconte à quel point tous deux ne rêvent que d’essayer de faire quelque chose d’exceptionnel à pouvoir raconter ensuite sur les réseaux sociaux… chaque échec prouvant, naturellement, que quelque chose d’autre se joue.
Kavu et Dhruv ont cet exact petit quelque chose qui me manque tant, qu’ils s’asticotent, aient honte l’une de l’autre, ou essaient de trouver un énième plan de secours pour sauver leur dimanche. Ils ont cette complicité tendre qui fait que rien n’est plus important que de passer ce dimanche ensemble. N’importe qui peut voir la conclusion de l’épisode se profiler, et pourtant elle donne le sourire, parce que bon sang, nous aussi on a de la tendresse pour eux. Et surtout on a de la tendresse pour ces petits riens qui ont constitué leur journée.

J’ai fini l’épisode de Little Things parfaitement charmée… puis ai éteint mon ordinateur et, avec un terrifiant FOMO me serrant le ventre, suis partie me coucher.
Seule.

Tipeee

par

, , , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *