Dress for success

24 janvier 2021 à 19:48

On a toutes besoin de douceur en ce moment, et par là je veux dire que c’est mon cas. Vous faites bien comme vous voulez. J’ai donc décidé qu’en ce dimanche, j’allais pas me compliquer la vie avec une série abordant des thèmes complexes ou requérant une à deux heures de recherches complémentaires, et mon choix s’est tout naturellement porté vers une charmante petite comédie égyptienne du nom de Ana Sherry dot com (soit I’m Sherry dot com de son titre international). Rien qu’à voir le matériel promotionnel, on se sent déjà bien.
Qu’est-ce qu’on fait, on se lance ? Allez, on se lance.

L’héroïne de cette série proposée par la plateforme Viu est Sherry Al Qadi, et elle a 25 ans… ce qui commence un peu à être longuet pour une célibataire. Sauf que si elle est célibataire, c’est en grande partie parce qu’elle le veut bien : elle trouve toujours une bonne raison de rompre avec ses petits amis successifs. Heureusement elle peut compter sur ses amies : Ramzi, un gosse de riche sans ambition qui travaille dans le café Shining où Sherry scelle la plupart de ses ruptures ; Noura, une employée de sécurité au tempérament explosif ; et Mai, la plus âgée du groupe, une conseillère matrimoniale dont le seul conseil est de préconiser un divorce à ses couples de clients.
Tout ce petit monde a assisté aux échecs amoureux successifs de Sherry, mais aussi à ses échecs professionnels. La jeune femme n’a en effet pas vraiment de profession, juste des espoirs de succès qu’elle n’a pas encore réussi à matérialiser. Dans le premier épisode, sa dernière trouvaille en date est d’organiser des soirées de speed dating, financées par de l’argent que Sherry emprunte à son père, Mahmoud. En dépit du soin que met notre héroïne à essayer d’organiser une soirée parfaite, les choses ne fonctionnent cependant pas du tout, et une fois de plus, Sherry se retrouve à essayer de trouver quelque chose à faire. Quelque chose qui marche, si possible.

L’exposition de cet épisode inaugural est extrêmement simple : un narrateur omniscient (dont certaines répliques m’ont parfois un peu évoqué le Narrateur de Jane the Virgin) présente les protagonistes principales, et explicite autant de détails que possible à leur sujet. Il y a quelques notes d’humour (généralement quand un personnage s’énerve), mais en toile de fond, on note dans Ana Sherry dot com une pointe de défaitisme. Quel que soit le domaine, Sherry ne trouve jamais quelque chose qui la satisfasse, et on comprend que cela lui pèse, quand bien même, telle une girouette, elle se lance dans un autre projet rapidement.
Ce n’est qu’à la fin de ce premier épisode que l’on comprend ce vers quoi la série veut s’orienter : on nous révèle que la défunte mère de Sherry était une styliste dans l’industrie du cinéma avant de se marier, et qu’elle a habillé les plus grandes stars de son époque. Lorsqu’elle s’est retirée du monde du travail, elle a emmené avec elle de nombreuses robes célèbres, qui aujourd’hui prennent la poussière chez les Al Qadi…

Ana Sherry dot com veut-elle tenter un Girlboss ? On dirait bien, et son goût pour le vintage colle plutôt pas mal avec ce qu’elle inspire de désillusions quant au présent, ou la nostalgie distillée parfois au détour de ses dialogues. En outre je trouve ça plutôt intéressant que ces robes soient liées au cinéma égyptien ; ça se trouve, la série va foisonner de références !
Sherry trouvera-t-elle le succès grâce à l’héritage de sa mère ? Probablement, pourvu de ne pas reproduire les mêmes erreurs. Trouvera-t-elle aussi l’amour ? Pour l’instant je ne vois pas beaucoup de choses lancées dans cette direction (à moins qu’elle soit vouée à se découvrir des sentiments pour l’ami de toujours, Ramzi), mais vu le ton de la série, je ne doute pas qu’elle rencontrera encore quelques échecs avant de pouvoir trouver la sérénité.
Et dans tous les cas, ce premier épisode sans prétention aura illuminé mon dimanche, ce qui est tout ce que je lui demandais.

par

, , , , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

1 commentaire

  1. Tiadeets dit :

    Les séries sympas et pas prises de tête, c’est vraiment bien. Je regarde une série philippine en ce moment et c’est pas très bon, mais c’est parfait pour regarder en préparant à manger ou en mangeant et c’est aussi bien tout ce que je lui demande.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.