Capricorn One (12 Septembre 2015)

12 septembre 2015 à 23:09

CapricornOne

Un film qui s’est choisi un concept et qui part à fond dedans. C’est généralement l’apanage soit des productions de génie, soit de ce qu’on appellera avec un rien de condescendance un « guilty pleasure », mais Capricorn One parvient pendant une bonne partie de sa durée (2h et des poussières) à plutôt bien explorer son idée tordue de départ : se demander ce qu’aurait impliqué de prétendre que l’Homme a marché sur la Lune (ici en prenant comme exemple une mission imaginaire pour Mars, mais similaire en tous points). La première heure est brillante, pleine de bonnes idées et de détails politiques cinglants. La seconde l’est moins ; on s’y perd dans l’évasion des astronautes et leur survie, et tout ce qui faisait le sel de cette conspiration devient un thriller assez simpliste, mais bien porté. Elliot Gould est truculent, ses discussions avec des personnages féminins toujours pleines d’une grande énergie (les femmes de Capricorn One apprécient la franchise et sont toujours directes et sincères, une belle qualité vu la teneur du film), et du coup Capricorn One passe de « mais c’est génial ce truc » à « bon, c’est devenu un peu moyen, mais au moins on rigole ». Je me suis demandé si on pourrait toujours faire un film comme celui-là sans accroître ses défauts et gommer plus encore ses qualités ; à la grande rigueur, un remake en série permettrait d’achever la mission que Capricorn One s’était initialement donnée pendant sa première moitié. Nan, sérieux, on tient un truc, là.

RetourauSecretDiaryofaCinephile-650

par

Pin It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *