Pardon ?!

5 octobre 2004 à 3:50

Pardonner, pardonner, pardonner. Aujourd’hui on ne vous demande plus que ça. Les termes se sont mêmes insinués dans notre langage courant. On vous demande pardon pour tout : parce qu’on vous a bousculée dans le bus, parce qu’on veut vous obliger à laisser passer quelqu’un, parce qu’on veut vous demander quelque chose, parce qu’on se sent pas bien, pour excuser son comportement, enfin bref, pardonner est, si l’on en croit nos contemporains, une joie de tous les instants.

Sans déconner ?!

Pardonner me semble requérir un peu plus de moi-même chaque jour. Je suis sensée pardonner depuis toujours, pour ainsi dire.

En premier lieu, il fallait pardonner à mon père son comportement. C’est vrai, ce n’est pas sa faute. D’abord la vie était injuste avec lui, et ensuite je le poussais à bout. Enfin, c’est ce que me répétait ma mère. Il fallait lui pardonner à elle aussi, d’ailleurs, de toujours prendre la défense de celui qui était déjà en position de supériorité et qui en abusait sitôt que le reste de sa vie l’écoeurait. Pardonner à ma soeur, ensuite. Elle est petite, elle se rend pas compte. Ensuite on pardonne, dans la lancée, à tout un tas d’autres gens. Ceux qui vous piétinent, ceux qui vous ignorent, ceux qui veulent partir, ceux qui vous promettent un avenir et volent votre présent.

Et sans s’en rendre compte, on prend le pli de pardonner à tout le monde la moindre chose. Tout écart se trouve expliqué : oui mais la journée a été dure, oui mais la vie a été dure, oui mais son caractère fait qu’il est perdu, oui mais, oui mais, oui mais. Et en fin de course, me voilà qui m’aperçois que j’ai passé le plus clair de ces 22 années à pardonner à tout le monde, excepté moi.

Les gens n’ont vraiment aucune honte, n’est-ce pas ? Vous déployez des trésors dans votre coeur, pour être ce que vous pensez une bonne personne, et vous voilà couronné roi des dindons. Vous culpabilisez de n’avoir pas pardonné.

Le pardon est une valeur à la mode. Films, séries, livres, tout vous rappelle qu’il faut pardonner. Tout cela est pétri de croyances chrétiennes qui s’obstinnent à vous faire croire que pardonner à un autre, c’est lui donner une chance, et tuer dans l’oeuf toute velléité de méchanceté et de rancoeur en vous. Mais en réalité, si tout cela avait du bon ?

Pardonner, oui, mais si au moins les gens autour de vous voyaient que vous en avez fait l’effort ! Nenni ! En fait, il voient que vous en êtes capables et ne se figurent pas un instant que vous ne saurez pas le refaire. Et les gens commencent à abuser de votre patience et de votre bonté.

Ce soir, une fois de plus, j’ai puisé en moi la force de pardonner. Bon gré, mal gré. Après une haine si forte qui m’a possédée tout l’après-midi, me voilà face à une part de moi-même qui réclame la Paix, et qui n’a rien trouvé de mieux que pardonner à celui qui m’a tant blessée, et de revenir à lui, gaie, pimpante, plaisantant et l’embrassant. Cette part de moi, je ne suis pas dupe, réclame une paix que je ne peux apporter à moi toute seule. Il ne dépend pas de mon pardon que nous nous entendions bien, il dépend de ce que je ne sois pas la seule à râcler les dernières bonnes volontés qui pourraient traîner ça et là en moi.

Mais je l’ai encore fait. Et je me demande si je ne prépare pas ainsi le terrain d’une haine encore plus farouche. C’est vrai, quand je n’avais pas encore pardonné à mon père (ça fait à peine 3 mois l’exploit a été accompli, tout de même), je ne m’en portais pas plus mal. Je lui en voulais tant que je me défiais de lui comme la peste. Certes, mes barrières étaient trop élevées, d’un autre côté elles me protégeaient très bien (sur la fin. Mais vous n’imaginez pas le temps qu’il a fallu pour les dresser). Je n’ai jamais eu à m’en plaindre. Et puis un jour j’ai touché en moi de quoi le pardonner, ça m’a semblé naturel, et également utile pour tourner cette page de ma vie. Mais aujourd’hui, si ma soeur me rapporte quelque chose sur lui, je souffre à nouveau.

En fait, le pardon évite la souffrance à celui qui le reçoit, pas celui qui le donne.

par

Pin It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *