TES mensonges

10 octobre 2005 à 21:23

J’ai beau le savoir, je ne m’y fais simplement pas. Les années passent et j’espère soit me tromper, soit que tu vas changer.

Je me dis toujours que ce que tu vas faire la prochaine fois ne me fera pas de mal. Ne fera de mal à aucun de nous. Ne détruira rien.

D’une certaine façon toi et moi ne jouons pas dans la même équipe. Je veux que cette famille se comporte de façon saine et normale, que chacun accepte les défauts des autres et vive en Paix, tandis que tout ce que tu veux c’est avoir de l’emprise sur chacun d’entre nous, et que tout le monde tourne autour de toi. Tu aimes que nous dépendions de tes manigances, des vérités que tu balances précautionneusement et stratégiquement. Cette famille est un RISK grandeur nature pour toi.

Je ne sais pas d’où tu tires cette force qui, depuis tant d’années maintenant, te permet de nous détruire les uns après les autres. Tu nous ravages tous un peu. Le temps passe et on dirait que tu as une espèce de plan où chaque rouage s’est mis en place lentements ces dernières années par tes soins.

Rien de nouveau pour moi que tu mentes. Rien de nouveau pour moi que tu fasses des prétendues confidences au moment opportun. Ce n’est même pas nouveau que je te prenne en flagrant délit de double ou triple mensonge.

Ce qui est nouveau c’est que ça me rend malade à ce point. D’ordinaire je suis écoeurée, et dans les minutes qui suivent, les choses deviennent comme implicites. Elles ne ressortent plus. Ca ne fait plus mal. C’est juste un état de fait. Et au bout de quelques mois c’est oublié.

Mais cette fois-ci, peut-être bien que la limite a été atteinte. Peut-être que tu as tapé un trop grand coup. Cette fois-ci tu m’écoeures. Et même physiquement. J’ai envie de vomir quand je pense à toi. J’ai le coeur lourd de penser à ce que tu es et ce que tu fais. Depuis hier soir je n’ai presque pas cessé de pleurer et de te haïr tout à la fois.

J’espère que tout ça ne se tarira pas. Que je sècherai extérieurement mes larmes de dégoût et d’humiliation, mais que le souvenir ne se défraîchira pas. Que je te regarderai toujours avec mes lunettes spéciales pour se rappeler que tu mens, mes rayons X à moi.

Moi aussi je vais commencer à faire des plans. Des plans d’avenir où chacun joue son rôle.

Mon plan à moi c’est de ne jamais contraindre qui que ce soit par le mensonge. Mon plan à moi c’est de ne mentir que sur le goût d’un plat ou l’intérêt d’une série. Mon plan à moi c’est de trouver la force de n’avoir jamais peur de dire la vérité pourl es choses importantes, et de trouver un moyen de les dire au moment où ça ne fera pas mal. Mon plan à moi c’est de te regarder dans quelques années avec mépris et t’annoncer que ton plan à toi, t’aura permis de perdre ta fille, de la même façon que tu as fait perdre sa fille à mon père.

Et quand tout ça sera loin derrière, quand je n’aurai plus cette boule de haine en moi, quand j’aurai l’impression d’avoir accompli le contraire de ce que tu cherches à faire de moi, alors je deviendrai moi-même une mère et/ou une tante et je donnerai tout ce que tu m’as retiré ces dernières années. Et il ne me viendra même plus à l’idée d’avoir fait mieux que toi, ce sera si bon de ne même plus me rappeler que tu existes !

Tu veux détruire cette famille ? Ton oeuvre est prête d’être achevée et je ne peux rien faire contre. Mais je ne jouerai plus à ça.

Tu es ma némésis et je te hais plus cordialement que tu ne m’as fait haïr ton mari.

Tout le monde peut se tromper ! Je me suis trompée sur toi quand j’espérais que tu voulais le bien de quelqu’un d’autre que toi.

Tu n’es pas faible, tu es juste ignoble.

par

Pin It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.