Ne me quitte pas : Leaving L.A.

14 janvier 2007 à 18:55

Ca m’a prise hier soir : en farfouillant dans ma téléphage-o-thèque, j’ai retrouvé le pilote de Leaving L.A et ai été prise d’une envie subite de le regarder une fois de plus. Non sans attrapper au passage mon homme qui a été une fois de plus le cobaye de mes expérimentations de contagion.

Pourquoi regarder Leaving L.A. ? Bon, d’abord parce qu’il y a Christopher Meloni (avec des cheveux !) et que franchement, une série vaut toujours 100 sous de plus avec lui. C’est vrai ça, à bien y réfléchir, où je l’ai vu ? Brooklyn South : j’ai adoré ! Oz : j’ai encensé ! New York Unité Spéciale : je suis addict. Bon, de vous à moi, celui qui arrive à me citer une série navrante avec lui gagne la palme. Voilà, si ce n’est l’unique raison, au moins une excellente raison de se lancer dans Leaving L.A., d’autant qu’il y a véritablement le beau rôle : les meilleures répliques ? C’est pour bibi ! Le sourire charmeur ? C’est pour bibi ! En quelques épisodes il réussit à y être à la fois pleinement lui-même et à la fois un personnage bien à part de sa filmographie, attachant et sympathique. Et puis ce type est simplement un condensé de ce que les hormones mâles font de mieux en ce bas-monde… Il n’a pas besoin de se comporter d’une façon spéciale, ce mec est l’Homme, point barre. Meloni est certainement un de mes 5 acteurs préférés, toutes catégories confondues, si ça c’était pas remarqué.
Belle prouesse, mais c’est pas tout.
Parce que, merde, vous avez vu le reste du casting ? Melina Kanakaredes (pré-Providence), Ron Rifkin (pre-ALIAS), Hillary Swank (pre-Million Dollar Baby)…! Mais que demande le peuple ?!

Tant de talents dans une série ne suffit pas toujours à en remonter le niveau, mais heureusement Leaving L.A. est d’un immense optimisme, qui transparait dans chaque ligne de dialogue. Bien plus que la dépressive et névrotique Six Feet Under, elle est capable de parler de la vie grâce à la mort.

Pourquoi ? Parce que quels que soient les cas abordés (le pilote en effleure quelques uns à lui tout seul), il y a toujours une somme d’amour de l’humanité et de profonde envie de vivre qui se détache. Le dialogue entre Gallante et Simms en fin de pilote est formidable à cet égard :
« C’est un métier intéressant… Il fait réfléchir à plein de choses…
– Il nous fait réaliser à quel point on n’a pas envie de…
– De mourir ?
– D’arrêter de vivre. »
Franchement, des séries qui donnent envie de respirer à plein poumons (fusse-t-il l’air vicié de L.A.) et d’aller toujours de l’avant, il n’y en a pas tant que ça. Les personnages qui travaillent à la morgue sont une formidable force de vie, chacun à sa façon : que ce soit le Dr. Bernstein qui fait pousser des légumes sur le toit (ils sont immangeables mais ce n’est pas le sujet) de ce bâtiment-même qui est le dernier relai avant l’enterrement, la brancardière Tiffany qui est d’une patience, d’un amour et d’une compassion sans bornes et qui parle aux morts pour les rassurer, tout le monde semble tirer une incroyable capacité à faire naître la vie là où tout pourrait n’être que désolation. Jusqu’à l’un des personnages qui s’apprête à accoucher d’un épisode à l’autre !

Et cela sans parler du générique qui est une véritable merveille, chaleureuse et porteuse d’espoir (a contrario, j’insiste, de Six Feet Under ; je veux bien qu’il s’agisse d’une très bonne série mais franchement ya de quoi se flinguer avec tout ça !). D’ailleurs si quelqu’un l’a en en video, ne serait-ce qu’en basse qualité, je suis preneuse ! (c’est moyennement pratique de faire tourner en boucle ma VHS…)

Leaving L.A. fait sans aucun doute partie de ces séries trop peu connues (et avortées : 6 épisodes seulement…) qui pourtant marquent comme au fer blanc.

par

, , , , , , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.