Reba-pas-rbatif

14 janvier 2007 à 21:34

Depuis le temps que je voulais la tester ! J’ai enfin trouvé le temps de faire main basse sur Reba, ce sitcom dont il y a des lustres, j’avais fait la fiche sur SeriesLive (oui, sans jamais l’avoir vu, mais on fait ce qu’on peut… dans le fond c’est pas ma faute si les chaînes hertziennes françaises ne connaissent que 10 sitcoms à rediffuser en boucle !)

Premier constat : l’accent de Reba McEntire n’est pas… disons, comment dire ? C’est un accent du Sud, quoi. Vraiment. Le genre qu’on n’entend pas trop à la télé en général (les acteurs américains sont bien dressés, leurs accents locaux s’entendent peu). Bon, même pour moi qui en général n’ai pas trop de mal avec l’accent américain dans son immense généralité, j’ai atteint mes limites… mais ce n’était qu’un petit obstacle, insignifiant au regard de la drôlerie du pilote.

Du coup, j’ai pu constater qu’effectivement, Reba est un personnage (et de facto, une série, puisque tout repose sur les épaules de son héroïne éponyme) plein de bonne humeur et de positivisme. Car quoi qu’il arrive, Reba prend les choses avec le sourire et fait contre mauvaise fortune bon coeur.
Reba, c’est pas la nana qui va piquer une crise et s’énerver parce que les choses ne vont pas comme prévu. Mais contrairement à certaines héroïnes qui ressentent profondément le besoin d’aller de l’avant (je pense à Billie de Rude Awakening ou Fran d’Une Nounou d’Enfer, entre autres), elle a juste atteint une sorte de maturité et de sagesse. Son humour, elle le doit plus à sa lucidité que sa combativité.

Comme dans la plupart des sitcoms, Reba est entourée de personnages plus hauts en couleur qu’elle, histoire de la mettre en valeur et ainsi lui donner divers prétextes à sortir des bons mots (en plus d’être la seule à pouvoir gérer avec bon sens les diverses situations dont ils sont à l’origine). Notons plus particulièrement Barbara Jean, la nouvelle copine de son époux, et son futur genre Van, incoutournable benêt, et superbe faire-valoir à sa fille. S’en tire aussi plutôt bien : l’ex-mari de Reba, toujours légèrement piteux, et complètement hors du coup. A eux seuls ces trois personnages valent bien de regarder la série et de rire des ennuis de notre héroïne.

Du coup me voilà prête à regarder un second épisode, pour confirmer le diagnostic. C’est qu’on se laisserait prendre à ce genre de séries assez facilement ! Reba partage avec un certain nombre de sitcoms récents (comme 8 Simple Rules par exemple) ce goût prononcé pour la découverte d’une vie de famille qui ne reposerait pas que sur des gags faciles mais aussi sur des véritables préoccupations de parent.

La note pour la fin, c’est le décor : de toute évidence, Living with Fran a entièrement pompé le set de Reba, si ce n’est intégralement réutilisé avec à peine deux coups de peinture pour toute différence ! La ressemblance est frappante et, pour tout dire, elle ne s’arrête pas là… mais ça, ce sera sans doute l’affaire d’un nouveau post !

par

, , , , , , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.