We’re just like you

26 janvier 2007 à 20:58

Ah, Greg the Bunny… combien j’ai aimé cette série dés le premier jour où je l’ai vue !
En fait, non. Ca a commencé avant cela, lorsque j’ai entendu le générique délirant de la série… En plus de piquer ma curiosité, il a résolument participé à mes recherches sur la série, et à mon envie de faire mon possible pour voir au moins un épisode.

D’aucuns tenteront peut-être de promouvoir la série comme une parabole sur la discrimination, le racisme, et ce que la société peut faire à quelqu’un qui vit en marge des critères de normalité communément admis.
Ces gens-là seraient capables de vous faire passer à côté du meilleur de la série !

Le plus important, dans Greg the Bunny, c’est avant tout l’humour complètement décalé, irrévérencieux et politiquement incorrect (sans chercher à tout prix à choquer le spectateur pour autant) des personnages, et notamment du tandem Jimmy/Greg. Avec, en guise de savoureux bonus, une belle caricature de ce qui se passe derrière nos shows préférés, qui n’est d’ailleurs pas très différente, dans le ton comme dans les moyens, de celle à laquelle on assistait dans Grosse Pointe.

On retrouve d’ailleurs cet humour (poussé bien plus loin, et ce n’est rien de le dire) mêlant univers enfantin et vitriolage aggressif de l’univers télévisuel dans Robot Chicken, série d’animation au générique de laquelle on retrouve, comme par hasard, Seth Green. Prendre des personnages a priori inoffensifs comme des peluches, et les transformer en caricatures bêtes, sales et méchantes de la race humaine, est la pierre angulaire de l’humour des deux séries ! Sauf que Greg le lapin ne milite pas pour le dépistage du cancer de la prostate, et que le comte Blah n’est pas un produit de la real tv bête et méchante… faut ptet pas pousser non plus.

D’un autre point de vue, Greg the Bunny offre une lecture alternative, si l’on décide de voir dans la série les déboires d’une petite chose pelucheuse qui chercher à se faire sa place dans le monde des adultes… le physique d’éternel adolescent de Seth Green joue beaucoup dans cette vision des choses.

Bref, quel que soit le regard que vous porterez sur Greg the Bunny, vous y trouverez votre compte (blah ?) assurément.

par

, , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *