Dream of Californication

25 juillet 2007 à 18:38

On a tous été pris, à un moment ou un autre, par la tentation de renouer avec un ex. Me voici aujourd’hui devant vous avec ce difficile aveu : j’ai succombé. David Duchovny, me revoilà !

Autant le dire, Californication, en dépit de son titre particulièrement accrocheur ne se présentait pas exactement sous l’angle le plus alléchant. Retrouver un acteur qui n’a jamais réussi à surmonter son rôle de Fox Mulder et se reconvertir, vieux de 10 à 15 ans de plus, et interprétant un gars lui aussi paumé dans une série de Showtime, ça rend à la fois curieux et méfiant… Et puis, par réflexe sans doute, au vu du synopsis, je m’attendais un peu à une version masculine de Rude Awakening, et je savais que je serais déçue (et sur ce point je l’ai été, comme prévu ; Billie Frank est unique et je sais pas pourquoi j’espère encore).

Ajoutons tout de même que le générique de la série est alléchant derrière David : Natasha McElhone, Evan Handler, et OH MY GOD ! Madeline Zima (et ça pousse vite ces petites bêtes) ! Une raison de plus de céder au vice et cagouler tout ça dés que je l’ai eu dans ma ligne de mire (je devrais avoir honte mais bizarrement, vous avez du mal à vous sentir honteux de quoi que ce soit lorsque vous regardez Californication).

Du sexe, de l’alcool, un peu de vulgarité et… un petit twist sur la fin pour enfin donner un peu d’intérêt à la chose… Passée l’excitation de voir les fesses de Duchovny (et encore, seulement dans la scène d’ouverture, après c’est sans intérêt ya que des nichons), on se demande un peu si tout ça n’est pas un peu creux.

C’est ce seul retournement de situation qui donne de l’intérêt à Californication, je ne vous en dis rien, je suis pas si vache que ça, mais je peux en tous cas vous dire qu’il permet de vraiment lancer une intrigue, et parallèlement de lancer aussi l’implication du spectateur dans la série : immédiatement, on se dit que ce n’est pas légal mais que le pauvre vieux ne pouvait pas le deviner (surtout que connaissant un peu la miss, j’étais à cent lieues de penser à ça), que c’est pas très moral tout ça et que c’est même pas Hank le plus fautif dans l’histoire, qu’il va y avoir du chantage, des entourloupes, de grosses emmerdes en perspectives, qu’on n’arrive même pas vraiment à plaindre le héros puisque d’une certaine façon, il a bien cherché ce qui lui arrive… Bref on ne peut que réagir à la fameuse situation qui vient de se retourner, et c’est finalement un joli coup de la part de la série, parce que forcément ça donne envie de savoir quelle tournure tout ça va prendre.

Cela dit, l’épave David ayant fait naufrage, l’ex-femme étant un peu trop rigide (qui a dit frigide ?), l’ado étant une ado de séries pur jus (c’est Julie Mayer mais en pseudo-rebelle)… on ne s’attend pas tellement par être surpris par les personnages, et à peine par l’intrigue. D’une certaine façon, j’ai eu l’impression que ce retournement de situation était un peu soapesque… non, pas exactement, c’est pas ça, non disons plutôt, voilà j’ai trouvé : Heroesque !!! Un grand coup dans la tronche en fin d’épisode parce qu’on connait son job, mais au final, plus une démonstration d’habileté qu’une preuve que la série va être vraiment bonne. J’attends donc, un peu sceptique. Il me faudra voir plus de fess… d’épisodes pour être définitivement convaincue sur Californication. Et dans l’intervalle, ya encore les Red Hot.

par

, , , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.