Il était une fois…

25 juillet 2007 à 18:20

C’est à l’âge de 25 ans, 6 mois, 29 jours, 20 heures et 6 minutes que j’ai pu découvrir Pushing Daisies et, bon, d’accord, je partais avec un a priori plus que positif (j’étais déjà complètement acquise, oui ! vous aviez vu ces merveilleux trailers ???) mais je suis vraiment aux anges. En fait c’est à un tel point que je prépare déjà mon matériel pour la saison prochaine -ah ça, je vous prie de me croire, ça va cagouler !

C’est l’ambiance de la série qui tranche avec ce qu’on a l’habitude de voir : c’est bien simple, depuis le premier jour ça me faisait penser à Big Fish, eh bien c’est exactement ça ! Un univers coloré, légèrement désuet, enfantin, envoûtant, légèrement magique… Pas tant le don du héros mais surtout le point de vue que la série offre sur le monde, à un tel point qu’on se demande à quelle époque ça se passe par moments. La narration fait également son oeuvre. Les voix off, je commençais à en souper personnellement (j’ai atteint mes limites avec Burn Notice qui cumule tout ce que les voix off ont de ronflant et irritant ces dernières saisons), mais là, ça participe pleinement à l’ambiance, parce que cette narration donne l’impression d’entrer dans un conte, bon, d’acord, un conte un peu malsain par moments (ya quand même des gens qui crèvent… parfois plusieurs fois) mais un conte tout de même. D’ailleurs si vous vous souvenez bien, les contes sont souvent malsains (demandez un peu à la reine de Blanche-Neige qui bouffe des coeurs, hein ?)… mais toujours avec un aspect merveilleux pour faire travailler l’imaginaire et se retrouver dans un autre monde. Pushing Daisies, c’est exactement ce type d’univers, un pur délice.

Si vous cherchez de la « valeur ajoutée », alors elle est principalement là : dans cet univers un peu baroque et vieillot (mention spéciale aux tantes de Chuck), du jamais vu sauf au cinéma (il parait que ça sens le Barry Sonnenfeld, moi je trouve que ça fleure bon le Tim Burton, vous me direz où vous vous situez dans ce débat…), et c’est d’ailleurs assez étonnant de voir une série avec une si forte identité visuelle (surtout qu’il faut bien le dire, elles ne sont pas légion ces derniers temps à oser l’originalité). Visuellement on en prend plein les yeux, et dans le bon sens du terme, le meilleur sens du terme. Les couleurs vives, notamment, sont un véritable régal. Meilleur qu’une bonne tarte aux fraises…

Côté intrigue, bon, faut dire ce qui est, sur le coup on se réjouit de ce qu’on voit, mais après coup il faut bien admettre qu’on a du mal à savoir où ça nous mène. Notre amateur de tartes et héros sauve son amour d’enfance d’une mort certaine (vraiment certaine puisqu’elle était déjà morte), au mépris de tout ce qu’il a appris sur son don (à savoir qu’épargner une vie en ressucitant quelqu’un, c’est prendre celle de quelqu’un d’autre), parce que son coeur est pur et qu’ils s’aiment, ces deux-là, comme lorsqu’ils avaient 10 ans… C’est mignon mais on se demande bien jusqu’où les chassés-croisés peuvent bien nous mener. L’alternative à éviter l’ennui, ce serait que Ned découvre alors d’autres choses sur son don : il sait déjà qu’en ressucitant quelqu’un plus d’une minute, cela prend la vie d’un autre, mais peut-être qu’au-delà d’une semaine, un mois, un an… ça a aussi des effets. Est-ce qu’il a déjà tenté, après tout ? Bon, par là ce pourrait être intéressant. Ou bien qu’il finisse quand même par se demander d’où lui vient ce don (mais ce serait alors difficile de préserver l’ambiance magique de la série). Enfin il y a plein de possibilités mais pour le moment, j’attends sans trop réussir à m’en faire une idée… Après tout, ça a aussi son charme de ne pas être capable de prédire l’orientation d’une série !

Enfin, un petit mot sur le cast et les personnages : Ned est le gars qu’on aurait pensé être super réglo, mais qui en fait n’est pas aussi psycho-rigide qu’on le penserait (il s’accomode fort bien de ses petits arrangements avec la mort), et son interprète, sans être extrêment expansif, arrive à être expressif et touchant. Cette sobriété est tout à son honneur mais elle participe aussi à l’impact de la narration puisqu’alors il n’y a pas redite avec ce qu’explique la voix off (ou très peu). Chuck est pétillante, un peu barge mais très sympathique, on n’a aucun mal à s’approprier le personnage, même si le contexte peut paraître vraiment tordu de prime abord (cela vient aussi peut-être du fait que le jeu de l’actrice m’évoque Amy/Mary-Lousie Parker dans A la Maison Blanche). Et puis enfin, il y a Chi McBride (je fais des efforts mais je n’arrive jamais à détester une série où il se trouve !), un peu à contre-emploi de ses récents rôles plutôt sérieux où son personnage est pince sans rire, et même si pour le moment il a plutôt l’air d’un alibi (l’alibi « je-lance-l’intrigue-principale » et l’alibi « je-vais-donner-du-contenu-aux-intrigues-des-épidoes-à-venir », plus évidemment l’alibi de couleur, hélas…) son rôle me plaît vraiment, c’est un cynique dans un monde magique !!!

Bref, sitôt qu’on se laisse emporter dans l’ambiance décalée de la série, le reste devient complètement secondaire. Pour un pilote, c’est un délice, c’est merveilleux… je l’ai déjà dit mais ya pas de mal à répéter. Là où effectivement on peut avoir quelques doutes, c’est sur la façon dont tout ça va scénaristiquement se tenir par la suite… il ne faudrait pas que la forme l’emporte sur le fond. Mais si l’écueil parvient à être évité, j’ai trouvé ma série de l’année.

par

, , , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

1 commentaire

  1. Nakayomi dit :

    Pour le côté du débat Tim Burton ou l’autre (que je connais pas donc, j’ai pas retenu son nom, hein… Comment ça il est marqué juste au-dessus ? Ben et alors… *boude* ), je verrais au visuel… Mais je crois que si je devais tenter de suivre une série en sortie d’usine (je me limite, j’ai une réputation à tenir tout de même, déjà que Reaper me tente… -_- Finalement, heureusement qu’il n’y a pas -encore- Football Wives…), je crois que celle-ci figure en bonne place et la review me donne très envie de voir le rendu final… ^_^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *