Ratées

8 novembre 2007 à 19:35

Nous sommes le premier jeudi du mois et… ah bah tiens, c’est l’heure du podcast ! Comme le temps passe vite quand même, je suis même pas sûre d’être déjà remise de certaines révélations sur KYLE XY

Pour vous faire patienter jusqu’à la mise en ligne, j’ai décidé de ce soir de vous parler de femmes. De nanas. De gonzesses. Non désolée yaura pas de photo à l’appui. Je me demande si par féminisme, ou peur du féminisme je ne sais pas, il ne manque pas un type de personnage féminin à la télé, en matière de rôle principal : la nana-looser ou au moins, sacrément marginale.

En cette saison où les geeks ont plus de temps d’antenne que jamais, après le succès remporté par My name is Earl par exemple, je me demande sincèrement où est l’équivalent féminin de tels personnages. Les femmes ont finalement toujours le beau rôle. Si elles ont des problèmes dans la vie, c’est parce qu’elles sont torturées par leurs démons intérieurs, pas parce qu’elles ont clairement fait les mauvais choix. Si elles sont dans la panade, c’est parce que si, ou parce que ça… J’étais frappée par la condescendance de Saving Grace vis-à-vis de son personnage principal, par exemple, même alcoolique le regard reste complaisant (elle a buté un mec nom d’un chien !). Je cherche les femmes ratées. Je ne comprends pas qu’aucun exemple ne me vienne à l’esprit d’une femme qui, franchement, ne serait un exemple pour personne, tandis que j’en vois au rayon hommes.

Pourquoi trouver des circonstances atténuantes à ces femmes ? Pourquoi tenter de les comprendre quand on peut condamner sans retenue plusieurs personnages masculins. Pourquoi cette sorte de… discrimination positive ?

Les femmes ne sont pas vouées à s’en sortir mieux dans la vie que les hommes. Il n’est pas dit qu’elles trouvent plus facilement leur place dans la société. Pourquoi le fait d’être une femme nous garantit, au moins à la télé en tous cas, un regard plus complaisant sur nos agissements, les conséquences de nos actes, et notre mode de vie ? Pourquoi ces femmes se retrouvent-elles excusées soit par des tragédies antérieures, ou des amis qui la soutiennent tout de même ?

Eh bien non, je refuse ces personnages féminins auxquels on trouve des circonstances atténuantes ou des personnes pour les aimer malgré tout ! Je revendique le droit au néant intellectuel, à la moralité zéro et la marginalisation totale !!! Vous faites ce que vous voulez, mais à la saison prochaine, entre deux grèves, messieurs les scénaristes, trouvez donc le moyen d’écrire un rôle du genre d’une terrorriste et infanticide ! Merde à la fin, nous aussi on a le droit au ratage complet, quoi !

Et pour ceux qui manquent cruellement de son :

par

, , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *