Et puis, il y a les bons jours

15 février 2008 à 11:47

La journée a commencé formidablement bien ! Quand je suis arrivée, un croissant et un chausson aux pommes attendaient sur mon bureau : Monsieur Patron prenant le petit déjeuner avec des voisins de bureaux (pour leur rendre la politesse, apparemment), il avait eu la délicate attention de nous apporter une petite douceur à chacune.

Ca ne s’est pas arrêté là puisqu’il a été adorable pendant tout le temps qu’a ensuite duré notre point, faisant des plaisanteries et m’expliquant plein de choses qu’en réalité, du strict point de vue professionnel, je n’ai pas absolument besoin de savoir. Il aime bien faire ça quand il en a le temps et j’apprécie qu’il ne nous voit pas comme des outils mais bien des gens qui peuvent progresser et apprendre des choses de notre boulot.

A la suite de quoi je lui ai demandé de signer ma feuille de congés pour mardi, puisque je passe un concours, et il a dit qu’ile ne la signerait pas pour qu’on ne me prenne pas un jour de congé annuel, que c’était un dédommagement pour le mal que je me donnais et qu’il fallait encourager les initiatives de progression professionnelle.

Un amour, vous dis-je.

Il était environ 10h30 quand on a eu fini, et je suis retournée à mon bureau le coeur léger. DOM THOM était là. Je n’ai aucune idée de l’heure à laquelle elle était arrivée. Elle faisait simplement des papiers persos, avec éparpillés devant elles des courriers, des factures, des prescriptions médicales et des arrêts de travail… Elle m’a murmuré qu’elle devait régulariser des « absences injustifiées » (aha, bon courage !) et a ensuite expliqué qu’elle n’avait pas de voix aujourd’hui.

Ce qui est curieux parce que hier elle causait bien.

Elle m’a vue commencer à bosser sur un dossier, elle n’a rien dit, elle a continué ses affaires, a été prendre son café… Elle s’est réveillée quand j’ai raccroché d’un appel perso (eh ouais, je commence à prendre de mauvaises habitudes moi aussi), et là elle m’a dit « bon, je vais faire l’agenda hebdomadaire ». Trop contente, je lui ai passé mes notes prises pendant le point de ce matin et zoooou !

Du coup la matinée est chargée mais elle se passe le coeur léger.

En discutant un peu, je lui dis que l’une de mes chanteuses japonaises préférées est à Paris en ce moment, et que puisque mon PC m’a lâchée, je pourrais bien aller voir du côté de son hôtel, après tout, ce week end ! Elle m’a demandé de qui il s’agissait… et en plus elle la connaissait !

Donc franchement, en ce vendredi gris, il fait beau temps dans le bureau du secrétariat ! Après tant de mesquinerie, de filoutage et de glandage, je suis contente de voir qu’on peut aussi passer des journées comme ça.

par

Pin It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *