Adios Captain

5 mai 2008 à 19:18

Bon, ça faisait longtemps que je ne vous avais pas proposé de pilote dans la rubrique « La preuve par trois », laissez-moi donc réparer mon erreur avant que je ne me débarrasse de la série ici présente : Welcome to The Captain. Ma collectionnite aigüe ayant ses limites.

Voici donc les trois captures qui retiennent le plus l’attention dans ce pilote, et croyez-moi ç’a été difficile d’en trouver trois vu la qualité de la chose, mais ça fait aussi partie de l’exercice.


Le personnage est con, mais au moins le comédien a une bonne bouille. Et puis ça fonctionne toujours, ce genre de personnage qui est toujours victime des circonstances, des autres, etc… bref un bon dindon de la farce. Ce petit discours plein de bons sentiments finit évidemment en humiliation pour Josh, et s’il en avait été autrement, j’aurais été surprise.


Je vous présente ici en une seule capture la raison pour laquelle j’ai testé Welcome to The Captain, et la raison pour laquelle j’ai pas aimé. La radieuse Joanna Garcia, que j’avais appris à trouver délicieuse dans Reba, démontre ici que l’humour de la série va être pitoyable, si jamais ça vous avait échappé jusque là évidemment. En soi sa performance n’est pas très différente de ce qu’elle nous a offert précédemment dans la série sus-citée, mais en même temps pourquoi se donner du mal quand on a un gag aussi facile et miteux ? Rien ne me fait aussi peur rire qu’une blague éculée tournant autour d’une érection.


Rrrrrrraw, Raquel, toujours aussi sexy qu’il y a 10 20 30 40 ans !!! Raquel Welsh devrait probablement être la vétérante qui ramène du monde dans la série, mais quand on la voit on a plutôt envie de tourner les talons et aller se laver les yeux au savon (voire au détergent). Et je ne suis même pas sûre qu’il y ait du second degré dans son personnage…

Bon, vous l’avez compris, ce pilote n’est à tester que si vous avez 22 minutes de votre vie à perdre, et, chevillée au corps, l’envie de vous rappeler ce qu’est un très mauvais sitcom. Le pitch est miteux, et l’exploitation en est plus ras-des-pâquerettes encore, mais les amateurs de navet (et je sais qu’il y en a) trouveront là un bel énergumène dont dire du mal pendant une ou deux semaines… jusqu’à ce que tout naturellement vous ayez réussi à l’occulter de votre mémoire, bien entendu.

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture : la fiche Welcome to The Captain de SeriesLive.

par

, , ,

Pin It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *