Embrassez qui vous voudrez

7 juin 2008 à 13:34

Vous savez ce que c’est que l’ironie ? C’est quand, dans une rubrique nommée Review vers le futur, je vous parle d’une série qui se déroule dans les années 70…

Evidemment, on ne regarde pas Swingtown sans quelques idées préconçues : si ce n’est sur le postulat de départ de la série, au moins est-ce sur l’époque à laquelle la série se déroule.
Comme je pense vous l’avoir dit récemment à propos de Three’s company, les séries se déroulant à une autre période que celle où elles ont été tournées ont un inconvénient à mes yeux, c’est que ce même passé est travesti, car idéalisé, et nécessairement traité avec du recul. C’est encore pire avec les 70s qui sont certainement l’une des périodes déchaînant le plus de fantasmes dans la conscience collective. Parfois il y a des séries qui s’en sortent bien, mais en général, simuler le passé ne me convainc pas.
Du coup, quand on me parle de révolution sexuelle, de libération de la femme et tout ça, je ne peux que soulever un sourcil dubitatif.

Et pourtant, Swingtown, en dépit de ses nombreuses lenteurs (très nombreuses, très, très nombreuses…) a su éveiller ma curiosité. Les chemises odieuses, les papiers peints maronnasses (tiens !) et les coiffures masculines ridicules sont là et bien là, mais il ne s’agit pas simplement de montrer qu’on a su donner le look seventies, et c’est quand même rassurant que la série ait su dépasser ce stade, car la tentation est forte !

En fait de libération effreinée, la série est largement plus réservée, et nous offre une lecture un peu moins caricaturale qu’attendue de ladite période. Les personnages sont là où on les attend dans leur immense majorité, tout le monde est bien à sa place afin de conserver l’équilibre le plus parfait entre les différents points de vue… mais chacun semble aussi un peu hésitant et tâtonnant, et ça, ça fait du bien. Autant de nuances qu’on ne doit pas tant aux dialogues qu’aux acteurs, qui évitent dans leur grande majorité (chacun à l’aune de son talent, sans doute… Grant Show étant par exemple plutôt bidimensionnel, quand la sublimissime Lana Parilla apporte immédiatement de la densité à son personnage) de tomber dans le stéréotype.

Libération sexuelle de la femme ? Ha, je rigole doucement ! Les deux personnages féminins principaux sont plus dans l’exploration que dans la libération. Elles semblent plutôt se chercher, et chercher un équilibre, qu’autre chose. Et pas uniquement sexuel, notez bien. Chaque fois que la camera s’attarde un peu sur elles, et que les dialogues leurs sont épargnés… on voit dans un regard, dans un silence, dans une larme, qu’en réalité leurs frustrations sont autres. La libération sexuelle serait… un moyen ? Un moyen d’essayer d’atteindre autre chose ? Les expérimentations trépidantes de la génération des 70s aurait-elle été, finalement, comme nous, à essayer de chercher le bonheur comme elle pouvait ?

Si Swingtown a quelques qualités (plein de personnages, plein d’intrigues secondaires…), la seule qui compte vraiment, et dont on se souvient une fois parvenu à la fin du pilote, c’est bel et bien que la liberté, ce n’est pas si simple de l’acquérir… et ce n’est pas si simple de s’en contenter. C’est que, voyez-vous, les femmes c’est très compliqué. Et que ça ne devait probablement pas être plus simple à une époque où ladite « libération sexuelle » ouvrait des portes qu’on ne savait pas forcément comment explorer. C’est cette amertume que j’ai appréciée dans cette série.

Cependant, voilà vraiment une série dont je sens que la plupart des intrigues vont puissamment m’ennuyer : oui, il y a plusieurs intrigues secondaires, mais pour l’instant elles semblent passablement banales et on ne voit pas bien en quoi elles sont spécifiques à la période en question. Oui, il y a plusieurs personnages, mais peut-être trop pour qu’on puisse vraiment s’attarder sur les tribulations de chacun. Et surtout, je ne sais pas vraiment comment une série peut montrer sur toute une saison, et sans être rébarbative, les doutes, frustrations et ajustements de femmes qui se cherchent, sans finir par être cruellement ennuyeuse. D’autant que mes amis, j’ai oublié de vous le signaler, mais c’est pas du Californication, hein, vous ne verrez pas un bout de fesse, rien, j’espère bien que vous ne comptiez pas là-dessus.

En fait, Swingtown n’est pas une mauvaise série, simplement ç’aurait été mieux en téléfilm.

par

, , , , ,

Pin It

1 commentaire

  1. Miss L. dit :

    Comme toi, j’ai été assez peu emballée par ce pilote … c’est tellement lent, que j’ai vraiment eu du mal à tenir jusqu’à la fin de l’épisode.

    Et comme tu l’écris dans ton autre post, la scène d’ouverture est d’un ridicule …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.