Silence… Moteur…

18 août 2008 à 6:35

Parce qu’en ce moment ma vie est pleine de bouleversements (tenez, par exemple maintenant je regarde mes séries sur un écran LCD !), je me suis lancée dans des fouilles archéologiques, il y a quelques jours, et je suis retombée sur mon cahier vert.
Ah, je ne vous ai pas encore parlé de mon cahier vert, et pourtant cette brave bête me suit depuis 2001, et c’est mon petit trésor à moi.
Mon cahier vert, je l’ai commencé quelque part pendant le premier semestre 2001, et de déménagement en déménagement, il m’a accompagnée, m’a fait rire, m’a un peu émue aussi, et puis très souvent, il m’a donné envie de revoir de bons vieux épisodes que j’avais un peu laissés de côté, ce qui, vous êtes d’accord, est plutôt bête lorsqu’on a une copieuse téléphage-o-thèque comme la mienne qui ne demande qu’à être vue, revue, et rerevue. Et rererevue.
Je crois qu’il n’y a pas une personne de mon entourage, parmi les non-téléphages, qui n’ait pas eu droit à mon cahier vert lors d’une conversation. Quand je sors mon cahier vert, c’est que la contagion a déjà commencé, mais vous ne le savez pas encore ; ça fait longtemps d’ailleurs, que j’ai pas eu à contaminer quelqu’un… c’en est presque triste de m’entourer de toujours plus de téléphages.

Bref, mon cahier vert, c’est mon cahier à citations de séries télé.
Il y a des citations courtes. Celles-là, permettez que je les garde dans ma manche, si ça ne vous fait rien, je pense que nombre d’entre elles trouveront leur utilité… quelque part. Nan, j’ai pas envie d’en
dire plus pour le moment ! Et puis il y a les citations longues… et il faut bien le dire, en ce qui me concerne, il en va dans les citations de séries télé comme du sexe : plus c’est long plus c’est bon (c’est vrai des éclairs au chocolat, également).

Bon, tous les téléphages en ont un, donc je ne vous fais pas un dessin.

Hein ?! Vous n’en avez pas ? Mes pauvres amis, je ne sais plus que faire de vous. Je veux bien essayer de vous éduquer mais on part de loin, quand même.
Bon, ça tombe bien, aujourd’hui j’ai décidé de vous inculquer les mauvaises manières à propos d’une série qui me tient à cœur depuis un peu moins de 10 ans maintenant. Pour tout dire, je n’aurais jamais osé rêver qu’elle pourrait sortir un jour en DVD, ni en France ni ailleurs, et pourtant c’est bel et bien le cas.

Donc comme vous m’êtes sympathiques, que j’ai passé deux bonnes heures à rigoler nostalgiquement dans mon coin (en attendant le mec des urgences vétérinaires… mais je sens que ça vous intéresse pas, hein) et que j’aime bien partager (si mes diverses activités sur le net ne l’avaient pas encore démontré), j’ai décidé de choisir UNE citation de cette série, et de vous l’offrir pour le plaisir des yeux.
Mais rien qu’une, parce que je sais pas si vous en avez mérité plus. Avec la participation déclinante à la Pitchenette, laquelle ne passera pas le cap de la rentrée comme c’est parti, je ne suis pas vraiment convaincue de votre enthousiasme… Hm ? Vous me suivez ?

La citation que j’ai choisie est idéale, parce qu’elle peut se prendre tout-à-fait hors contexte, mais qu’elle donne envie de s’intéresser à la série quand même. Enfin c’est mon opinion biaisée mais elle n’est pas moins valable qu’une autre, après tout.

Et puis ça me donne, ENFIN, l’occasion de parler d’une série que je cherche à aborder depuis plusieurs semaines (en l’espace d’environ deux mois, je me suis tapé l’unique saison deux fois…), et que, comme je n’arrivais pas à venir à bout du DVD (qui a un petit bug) pour vous offrir l’épisode en section La preuve par trois (et pourtant mes collègues de Teruki Paradise qui m’ont aidée sur l’aspect technique des choses m’en sont témoins, j’ai vraiment essayé), je vais quand même pouvoir partager ma séquence préférée de toute la série… j’ai nommée : Action!.

Nan parce que, Action!, comment vous dire ? C’est un peu la série que si tu lui dis de faire un truc, elle va forcément le prendre par le bout auquel tu ne pensais pas (un peu comme le génie dans l’épisode Je souhaite de X-Files).
Exemple : tu lui dis qu’il faut que ça se passe à Hollywood, alors du coup, la série se lance dans un portrait au vitriol de l’industrie du film. Tu lui dis qu’un des personnages principaux doit être une pute, alors du coup ça devient le personnage le plus intelligent de la série. Tu lui dis de rester légère, alors du coup ça frise la satire politique par moments…
Une seule constante rassurante : l’humour trash.
Parce que le bon goût, on laisse ça aux autres, vous comprenez ? Non monsieur, nous ne mangeons pas de ce pain-là !

Donc avec des persos ni aimables ni détestables, des intrigues à la mords-moi-le-nœud, des répliques au hachoir et une bonne louche de mauvais esprit par-dessus, je ne peux qu’être fan, forcément.
Oh, et ai-je mentionné Jay Mohr ? (qui depuis, et c’est l’un des drames de ma vie, s’est commis à se marier avec ça ; les sacs en papier sont sous vos sièges… et comme si Ghost Whisperer n’était pas une série suffisamment navrante où aller compromettre son don, il a fallu qu’il y ramène son épouse pour que le musée de horreurs soit à son comble… mais passons vite sur cette page sombre, une de plus, de l’histoire de la télévision)
Sans Jay Mohr, ce serait déjà drôle, mais avec Jay Mohr et son sourire de requin, la série vaut cent sous de plus. Je crois que peu d’acteurs parviennent à dégager la même dose équilibrée d’antipathique sympathie. Et cela en sachant parfaitement se montrer d’un cynisme ravageur, tout en ayant l’air tellement pitoyable qu’on n’a qu’une envie, c’est entretenir une relation d’amour-haine avec ce type. Si je devais le rencontrer un jour dans la rue, je ne sais pas encore si je commencerais par me pendre à son cou ou par le gifler. Espérons que si un jour ça arrive, je serai suffisamment habile pour faire les deux à la fois, et résoudre ainsi mon dilemme !

Ah, je pourrais aussi mentionner les seconds couteaux, les guests, et tout et tout, mais franchement non, je suis de ceux qui trouvent que ça fait partie des petits plaisirs de la vie que de reconnaître tel acteur (avec des cheveux !) ou telle actrice (avec trois répliques !).
Mais comme personne d’autre ne vous le dira, et que vu votre cas, vous ne le verrez pas vous-même, je vais quand même vous confier qu’on y retrouve Jack Plotnick, dans un rôle assez proche de celui qu’il tenait dans Rude Awakening… en pire, évidemment, puisque tout est pire dans Action!.

Le dialogue que je vais vous livrer, évidemment, ne s’apprécie pleinement que devant la série.
On sait tous ici que sans l’intonation, le jeu des acteurs, et bien-sûr les compétences techniques du staff de la série (cadrage, éclairage, montage, photographiage… plein de mots en -age, quoi), on n’a que la moitié de l’intérêt d’un dialogue… mais comme ce fichu DVD ne me permet pas de vous offrir l’épisode en vrai, hein, faudra faire avec ce que je peux vous donner.
Bon, dernier point de détail, en 2001, j’avais pris le dialogue directement à partir des sous-titres de la VO sous-titrée, mais j’ai pas le courage d’aller vous rechercher les dialogues en VO pour essayer de voir si je peux faire une traduction plus meilleure… pas pousser non plus.

[Intérieur jour. Le producteur Peter Dragon, ainsi que ses deux assistants Wendy et Stuart, sont convoqués par une commission du Sénat pour s’expliquer quant à la teneur des films des productions Dragon, devant un parterre de journalistes.]
Peter Dragon (finissant son témoignage) : Je dirai pour conclure, Monsieur le Sénateur, qu’en montrant la violence brute, Hollywood espère promouvoir la tolérance. On peut ne pas aimer mes films, mais leur droit d’exister fait la grandeur de cette nation.
Le Sénateur : Beau ramassis d’âneries, Monsieur Dragon. Vous osez, dans un costume à 3000$, affirmer devant ce comité que la violence n’y est pas excessive ?
Dragon : Mes films ne font que refléter la culture dominante… Je n’incite pas à la violence, je ne fais que décrire la réalité quotidienne de ce pays.
Le Sénateur : Oh, vraiment ? Dans votre film intitulé « Mère de sang », vous présentez l’histoire d’une jeune femme qui couche avec ses domestiques, avant de les assassiner et de les dévorer ! Est-ce le genre de choses que les Américains vivent à longueur de journée ?
Dragon : Chez mon ex-femme, oui… Héhé !
Le Sénateur : . . .
Dragon : Un peu d’humour ! Les journalistes se marr- ah non, pardon.
Le Sénateur : Vous ne devriez pas prendre ça à la légère ! Votre industrie toute entière est également accusée de discrimination raciale.
Dragon : Hollywood est très sensible à ce problème. Stuart ! [Stuart lui tend un document en tremblant] Relax ! …Ecoutez-moi ces chiffres : en 1987, Monsieur le Sénateur, 95% des tueurs maniaques à l’écran étaient des hommes blancs, et déjà l’an dernier, 50% de ces mêmes tueurs étaient des Noirs, des femmes ou des Porto-Ricains. C’est un progrès dont je me réjouis !
Le Sénateur : Vous êtes papa d’une petite fille, non ?
Dragon : Ça n’a rien à voir.
Le Sénateur : Elle s’appelle Georgia. Elle a 10 ans, je crois…?
Dragon (entre ses dents) : Ne faites pas ça.
Le Sénateur : A-t-elle vu votre film intitulé « S.O.S. Paras » ?
Dragon : Il est interdit aux enfants !
Le Sénateur : Il contient 357 actes violents, 175 mots grossiers et 4 scènes d’amour entre lesbiennes. Est-elle fière de son papa ?
Wendy (à l’oreille de Dragon) : On ferait mieux de partir…
Le Sénateur : Comment pouvez-vous la regarder en face ?!
Dragon : Je m’arrange. Je ne subventionne pas la culture du tabac au détriment du Fonds contre la Faim. Je ne suis pas pro-armes. Toutes les miennes sont fausses, Sénateur ! Je ne défends pas le pétrole koweïtien tout en ignorant le génocide en Afrique dont se foutent les groupes pétroliers qui me financent. Les voilà vos productions ! A vous tous !
Le Sénateur : Vous frisez dangereusement l’outrage !
Dragon : Moi, je suis outragé par vous, vieilles putes hypocrites ! Moi, je contente le public !
Le Sénateur : Et que croyez-vous qu’il veuille, exactement ?!
Dragon : Je vais vous dire ce qu’il veut. Il veut des poursuites, des carambolages, des nichons et des latinos sexys. Des cow-boys virils et muets, des flics qui contournent la loi, des happy ends, des extraterrestres zigouillés, sauf s’ils sont mignons, des héros qui gagnent, des méchants pulvérisés dans une explosion, et surtout, Sénateur, ils veulent aller au cinéma pendant une heure et demie pour oublier le bordel que vous foutez.

Laissez-moi prendre un instant pour terminer de jouir, voulez-vous ? La première fois que j’ai vu cette scène, j’ai eu un orgasme téléphagique.
Les cinquante fois suivantes, aussi.

Donc maintenant, la seule chose que je peux ajouter, c’est : Action!, l’unique saison en DVD, 20€ bien dépensés, dans toutes les bonnes crèmeries.

par

, , , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

4 commentaires

  1. Scarlatiine dit :

    « Dragon : Je m’arrange. Je ne subventionne pas la culture du tabac au détriment du Fonds contre la Faim. Je ne suis pas pro-armes. Toutes les miennes sont fausses, Sénateur ! Je ne défends pas le pétrole koweïtien tout en ignorant le génocide en Afrique dont se foutent les groupes pétroliers qui me financent. Les voilà vos productions ! A vous tous ! »

    Miam. *envisage sérieusement l’achat du dit-DVD*

    Quant au cahier vert, quelle bonne idée ! (si bonne que je me demande comment je ne l’ai pas eu avant…) Enfin, il n’est jamais trop tard, non ?

  2. Nakayomi dit :

    Un cahier vert éviterait bien des trous de mémoires… En même temps, tant qu’à retranscrire, autant le faire consciencieusement et là… Bah là, faut avoir le courage… Euh… Mouais, j’aime bien les approximations finalement… Si, si…

    Sinon… Hum… Autant la présentation même de la série me laisse perplexe, autant le dialogue est effectivement sympa tel quel… Mais faut voir quoi… (En tout cas, une illustre inconnue cette série… Jusqu’à maintenant).

  3. ladyteruki dit :

    Miss ScarLatiine, tu es consciente que maintenant, si tu l’achètes, je vais te demander de venir me donner ton avis après visionnage ? Cela dit, si j’ai pu te donner envie, alors ma mission sur terre est accomplie !

  4. Scarlatiine dit :

    JE suis faible, je l’ai acheté Je viendrais donc, promis, donner mon avis ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.