Vroum vroum

23 novembre 2008 à 23:32

Allez, ne nous laissons pas abattre. C’est pas parce que je cogite que je dois ruiner le moral de tout le monde, pas vrai ?
En plus je vous l’avais promis : voici aujourd’hui le pilote d’une vieille série dont vous aviez deviné le générique lors du jeu des génériques la semaine dernière. J’ajoute que d’ordinaire, la rubrique La preuve par trois vous oblige à bosser votre anglais, eh bien pas cette fois, figurez-vous. Oui, petits non-anglophones, j’ai pensé à vous !

Donc on est partis pour un pilote qui va tirer une petite larme à pas mal de nostalgiques : Tonnerre Mécanique, dont je suis de toutes façons certaine que pas la moitié d’entre vous se souvient, si tant est que vous l’ayez vu. Je vous aurais bien proposé Espion Modèle mais ça m’a hélas été impossible… mais à la rigueur, je pourrais vous offrir la possibilité de voir d’autres pilotes dont nous avons parlé lors du dernier jeu des génériques. Pas tous, mais plusieurs. Vous savez ce qu’il vous reste à faire…


Vous souveniez-vous de la vie de Jesse avant l’accident ? Moi, pas du tout. Eh bien c’était un sacré petit rigolo, pour un flic. Totalement inconséquent, indiscipliné et tête brûlée, mais en même temps on aurait pu s’en douter. C’est typique de la structure de ce type de séries, non ? Et surtout, il était ami-ami avec Robert Beltran, lequel ne s’en sort pas, lui. Vous imaginez si ç’avait été Robert le pilote de Tonnerre Mécanique ? J’en ai des frissons.


Non, vous pensez, je n’ai pas choisi cette capture pour vous donner des frissons… ni pour vendre ma camelote… non, allez, ce n’est pas le genre de la maison. En tous cas on peut apprécier dans cette scène tout le génie de celui qui est probablement l’un des premiers personnages geek de la télévision : Norman Tuttle. Mon Dieu, rien que son nom… Ils ne parlent pas la même langue, ces deux-là, mais en même temps le duo fonctionne parfaitement. Enfin, des fois je me dis que je pense ça uniquement parce que je les ai toujours vus ensemble. C’est toujours une question difficile sitôt qu’on revoit une vieille série comme celle-là…


Au final, difficile de ne pas penser à l’âge de la série quand on la regarde. Avec son quota de petites plaisanteries sans grande conséquence, ses effets spéciaux quasiment aussi vieux que nous (moi en tous cas, c’est à trois ans près), sa structure très propre et son univers sans grande surprise (sans parler de Céline Monsarrat qui a dû doubler toutes les séries de l’époque et qui à elle seule permet de dater une série), Tonnerre Mécanique accuse le coup, mais bon, ça reste très largement regardable. On peut aussi se dire qu’en matière de séries popcorn, ça tient quand même encore bien… la route.
J’attire aussi votre attention sur le final quelque peu précipité de ce pilote… On sent qu’ils ont essayé de faire quelque chose dans la dernière minute, mais justement, ils n’avaient plus qu’une minute !

Bon, l’un dans l’autre, c’est surtout par nostalgie (ou envie de s’éduquer) qu’on regardera ce pilote, et pas parce qu’il est incroyablement bon. Evidemment, c’est agréable, mais irions-nouis pour autant raconter que c’était extraordinaire ? Souvent, quand on regarde de vieilles séries, on a tendance à verser dans le passéisme, sur l’air de c’était mieux avant (prononcez à la Cabrel si vous connaissez vos classiques), et se dire qu’aujourd’hui, ça n’a plus rien à voir. Il faudra être très aigri pour penser pareille énormité après le pilote de Tonnerre Mécanique, car il n’a pas révolutionné la face de l’écran. Des divertissements charmants comme celui-ci, il y en a toujours eu, et il y en aura toujours. Ce qui ne veut pas dire qu’on ne doive pas leur accorder 1h12 d’attention, juste qu’il faut savoir à quoi s’attendre !

par

, , , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

8 commentaires

  1. freescully dit :

    Ah la magie des années 1980 !!! Toutes les voix de l’époque, des effets spéciaux spectaculaires (hum, hum…), des synthés qui rythment tout l’épisode et ce final, on a pas du tout l’impression que ça coupe au milieu d’une scène
    C’est vrai que ce pilote n’a rien de révolutionnaire pour l’époque (en plus c’était la mode des super véhicules) mais ça se laisse regarder.

  2. Jérôme dit :

    2 ans avant Norman Tuttle, il y a eu Matthew Laborteaux (Albert Ingalls) dans LES PETITS GENIES !

    Courte série de 1983, avec, entre autres, A. Martinez (SANTA BARBARA)et Andrea Elson (ALF)…

  3. ladyteruki dit :

    Vrai ? Eh bien maintenant je vais avoir envie d’aller fouiller… Merci, Jérôme !

  4. freescully dit :

    Oh oui je me rappelle de cette série, Les petits Génies… Jérôme, tu es une véritable encyclopédie, c’est fantastique

  5. ladyteruki dit :

    C’est mérité, Jérôme ! (mais qu’il est long ce générique !)

    Et pour ceux qui etc… : http://www.tv.com/whiz-kids/show/1312/summary.html

  6. Jérôme dit :

    Au fait, 1ère diffusion française : 1984, le dimanche sur Antenne 2.

    Seuls 13 des 18 épisodes ont été doublés (c’était la « grande » époque où les séries étaient proposées par blocs de 13…).

    La seule autre chaîne à avoir programmé la série est France 3 (quelques épisodes durant les fêtes, en 1991 et 1995).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.