Se remettre en question

24 novembre 2008 à 23:29

A plusieurs reprises, et en particulier ces dernières semaines dans ce blog, j’ai dit de Criminal Minds combien j’admirais sa capacité à aborder l’horreur dans le sens où je l’entends, mais que la forme, trop de fois, était trop conventionnelle et m’éloignait du fond.

Une fois encore, ça s’est produit. Pourquoi cette série est-elle si académique ? Alors que l’épisode North Mammon se termine, c’est ma question, et elle est presque douloureuse. L’intention est excellente, je n’ai rien à redire à l’esprit qui dirige les histoires. C’est leur aboutissement qui est épouvantablement convenu.

Dans North Mammon, on a droit à un huis clos angoissant, digne du meilleur des thrillers d’horreur. Mais hélas, l’épisode, d’une part, ne finit pas au moment où il aurait dû (on aurait dû juste voir les filles sortir de la voiture qui les ramenait chez elle, en parallèle avec les parents qui se prennent connement le bec, mais de façon révélatrice… un fondu au noir juste là, et chaque spectateur frissonnait jusqu’à demain matin). Et pire encore, les choses sont scolaires au possible même après ça, puisqu’apparemment il fallait vraiment aller chercher le coupable, voir la blondinette qui était dans Coeurs Rebelles exposer ses états d’âme… nan, sans rire, ça tue tout, absolument tout ! Ce n’est donc pas qu’une question de réalisation mais bien aussi d’écriture. Là où on pourrait jouir d’une glaciale imprévisibilité, on n’a qu’un tiède formalisme.

Semaine après semaine, les rediffusions continuent et j’ai l’impression de revoir par le menu tout ce qui à la fois m’attire et me répulse dans cette série.

Entre d’autres mains, Criminal Minds aurait tout simplement été l’une de mes séries favorites, probablement même en bonne place dans mon Top5 (tous les fantasmes sont permis après tout). Mais là, je suis condamnée à toujours avoir ce pincement au coeur, celui qui à la fois me fait revenir, retenter le coup, et repartir aussi sec, mortellement déçue. Je me remets en question à chaque fois que ça commence à être
intéressant, et j’en reviens aux mêmes conclusions à chaque fois que
l’épisode se vautre dans la banalité. Et ça me fatigue.

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture : la fiche Criminal Minds de SeriesLive.

par

, ,

Pin It

3 commentaires

  1. freescully dit :

    La raison de ce formalisme tient en trois lettres : CBS.

  2. Jérôme dit :

    Tu sais à quoi t’attendre et pourtant tu continues.

    Masochiste LadyHeather ?

  3. ladyteruki dit :

    Masochiste, oui, et je pense que ç’a été établi il y a un bail. Mais je crois que je n’arrive pas à faire le deuil de ce qui est, effectivement, le syndrome CBS.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *