Nomi Malone est… Déesse !

5 janvier 2009 à 21:59

J’y vais ou j’y vais pas ?
Proclamant solennellement que le 5 janvier restera dans les annales comme le jour où j’ai abandonné toute estime de moi-même, je vous livre exceptionnellement un post Comme au cinéma précipité, parce que je viens de m’apercevoir que vous pouvez voir le film dés ce soir sur M6 (c’est normal, ils le diffusent environ tous les ans, parfois même plus souvent).
Et que c’est un de mes préférés.

C’est quoi le nom du film ? Showgirls
C’est plutôt quel genre ? Prétexte
Qui on connaît là-dedans ? Kyle MacLachlan (Twin Peaks, Sex & the City, Desperate Housewives…), et Elizabeth Berkley (Sauvé par le gong), mais aussi Gina Gershon (Snoops et plus récemment un peu de  UglyBetty), Robert Davi (Profiler), Alan Rachins (L.A. Law, Dharma & Greg), ouh tant de monde, j’ai la tête qui tourne.
Ça date de quand ? 1995, à l’époque j’avais 13 ans, je me suis rattrapée depuis…
En résumé, de quoi ça parle ? D’une nana qui débarque à Las Vegas et qui se dit que c’est plus marrant de danser topless là plutôt que, mettons, en Alaska. Allez comprendre.

En moins résumé, de quoi ça parle ? Nomi Malone débarque à Las Vegas sans un radis et y entreprend une carrière de danseuse dans un nightclub sordide (où d’ailleurs elle entreprend les clients). Mais comme Nomi est avant tout danseuse et pas tapineuse (si elle le dit, pourquoi ne pas la croire ?), elle tente sa chance pour faire partie de la revue topless du fabuleux Stardust, chez qui son amie Molly travaille comme couturière. Comble de chance, elle est embauchée. Comble de chance, elle devient la doublure de la star du show. Comble de malchance pour celle-ci, Nomi est ambitieuse…
Et ça finit comment ? Avec du rouge à lèvres partout sur le menton.

Pourquoi c’est bien ? Vous m’avez lue ? J’ai dit Kyle MacLachlan, putain ! Merde, quoi ! Je vous le dis en quelle langue ? Bon, sinon il y a du téton frétillant, beaucoup de maquillage, de fringues et de musique cheap (l’adjectif s’accordant à tous les noms l’ayant précédé), et puis, voilà. Franchement, ça se raconte pas un film pareil. Je veux dire : on part d’un scénario qui, on le pense disons, ya des théories sur ce point en tous cas, voulait parler d’une histoire d’amour entre deux femmes, mais aussi une histoire d’ambition et d’arrivisme, sorte de métaphore sur le monde du showbusiness, bref qui voulait emprunter des thèmes intéressants et qui en a fait… bah, un porno soft, quoi.
Pourquoi c’est pas bien ? Profondeur des dialogues ? Bof. Complexité de l’intrigue ? Rebof. Développement des personnages ? Je vais me répéter, mais bof. On l’aura compris, c’est pas pour ses qualités cinématographiques qu’on regarde Showgirls. Et alors ?

Ah, les joies du cinéma ! Quand le film est sorti, Kyle MacLachlan assumait tellement qu’il a prétendu tout un tas de choses (c’était pas le même script que celui qu’on lui avait envoyé, le montage avait dénaturé ses scènes, etc…) et s’est désolidarisé du film, qu’il a soudainement jugé trop vulgaire. On parle d’un mec dont la principale scène est de fucker Elizabeth Berkeley dans une piscine (en-dehors de celle où elle lui fait un strip-tease intégral, évidemment). Que dire d’autre des joies du cinéma…?
La réplique qui tue : Une réplique, vous entendez ça ? Ils veulent des répliques ! Comme si les dialogues valaient quoi que ce soit non, soyons sérieux un instant.
La scène qui tue : Mais elles tuent toutes, les scènes ! Yen a pas une pour relever les autres et c’est en ça que c’est divin ! Allez, je vous mets une numéro du Stardust, même les non-anglophones comprendront tout ce qu’il y a à comprendre !

Une note ?
S’il ne devait y avoir qu’un seul guilty pleasure au monde, ce serait celui-là. Tout est naze, mais c’est ça qui en fait un des meilleurs films au monde.
Bilan : On le regarde pour de mauvaises raisons (le générique), on reste devant pour des raisons bien plus inavouables encore (les nichons), on le reregarde sous des prétextes fallacieux (c’est des billes en verre ou des perles de culture qu’on jette sur la scène, je me souviens plus ? je ferais mieux de vérifier…), mais inutile de dire que, de toutes façons, on regarde Showgirls, et en ce qui me concerne, quand je perds un disque dur qui le contient, c’est le premier truc que je récupère. Ouais, bas les masques, et vive feu le Stardust (j’étais en deuil quand ils l’ont démoli, ce casino, le rêve de toute ma vie était d’y aller !), les ongles ultra-peints et les piscines. Loana et Jean-Edouard ont tout appris de Showgirls, on ne me l’ôtera pas de l’idée. Et pis franchement tout est grand dans ce film, les décors, les costumes, le jeu des acteurs, les péripéties, le faux couple censé représenter l’image parentale dans le show business, on ne nous épargne rien, même pas une scène de viol en réunion où c’est réaliste jusque dans les bruitages… non, ce film est une jouissance de tous les instants, vraiment. Foncez.
Ah, et rappelons aussi le plus grand mystère de ce film : Pamela Anderson est créditée au générique et de toutes les fois où j’ai regardé ce film, pas une fois je ne l’y ai vue. Je vous laisse la chercher ce soir.

Allez, vite, ça va commencer !
Quand je pense que j’ai failli planifier de regarder Esprits Criminels ce soir, nan mais le délire quoi… hiiii, je l’ai pas encore vu ce film en 2009, chouette chouette chouette !!!

par

, , , , , , , , ,

Pin It

22 commentaires

  1. Jérôme dit :

    Scénario (?), acteurs (?), tout est fait pour tirer cette minable entreprise vers le bas !

    Mais qu’allait donc faire Verhoeven dans cette galère ?

    Je l’ai vu au cinéma l’année de sa sortie (j’étais encore à la fac) et refuse, depuis, de perdre à nouveau mon temps devant ce nanar…

  2. ladyteruki dit :

    Bordel, t’étais à la fac quand j’avais 13 ans ? Impossible, tu peux pas être si… euh, bref.

  3. Jérôme dit :

    Eh si, je suis si vieux que ça…

    J’ai 34 ans et ai donc connu l’époque où il n’y avait que 3 cahînes, dont une qui n’ouvrait pas ses programmes avant 19h 30 (FR3).

    Mes premiers disques étaient des vynils, ma première télévision était en noir & blanc et j’ai assisté aux débuts de GOLDORAK le 3 juillet 1978 et achetais TELE-SERIES quand j’étais adolescent !

    Tu m’as collé un de ces cafards…

  4. ladyteruki dit :

    Allons, les hommes c’est comme le bon whisky…

  5. Scarlatiine dit :

    One Tree Hill, Showgirl… Je crois qu’on est en train de perdre lady, les amis ^^

    (Mais non jérôme, 34 ans, c’est pas vieux, encore 1 an, et je pourrais penser m’intéresser à ton cas =))

  6. ladyteruki dit :

    Que la meilleure gagne, Scarlatiine !

  7. Nakayomi dit :

    Moi je veux bien juger sur pièce (comment ça il n’est pas intéressé ? Beh euuh…).

    Sinon, j’ai vu un bout du film et ça m’a fait fuir… Peu ou prou la même chose que la capture d’ailleurs… Si encore tu m’avais dit que Kyle McLachlan faisait un strip-tease intégrale, soit… -Et bien qu’il ne fusse pas forcément à mon goût-, mais là, non vraiment… Tu ne sais pas vendre !

  8. Jérôme dit :

    @ Lady et Scarlatine : vous méritez tellement mieux…

    @ Naka : Pas du tout intéressé, mais c’est gentil d’avoir demandé…

    Par contre, je crois avoir découvert ton identité : Xavier de Fontenay !

    C’est le « juger sur pièce » qui m’a éclairé…

  9. ladyteruki dit :

    Laisse-nous… juger sur pièces !

  10. Jérôme dit :

    Et si on en revenait à SHOWGIRLS ?

  11. Jérôme dit :

    Mais au fait : tu l’as revu ou pas hier soir ?

    Perso, j’ai choisi de regarder les épisodes de la saison 2 de CRIMINAL MINDS pour la 3ème fois en 2 ans 1/2 et celui de la saison 1 pour la 4ème fois en 3 ans 1/2…

    Ca m’a d’ailleurs fait plaisir de revoir ce bon vieux Black Jack Savage (ou capitaine Fuller).

  12. Jérôme dit :

    Désolé, en fait c’est 1 an 1/2 et 2 ans 1/2.

    Mea culpa…

  13. ladyteruki dit :

    Bien-sûr que je l’ai revu ! Et j’ai exulté !

    Ah et finalement j’ai trouvé la réplique culte de ce film : à Nomi qui danse maintenant au Stardust au lieu d’être stripteaseuse au Cheetah, son ex-maquereau lui lance « ça doit te faire bizarre qu’on t’éjacule plus dessus ».

  14. Jérôme dit :

    La classe…

    Toujours pas de Pamela Anderson ?

  15. ladyteruki dit :

    Toujours pas. J’ai trouvé un site qui prétend qu’elle tient un rôle de chanteuse… bon, déjà, le chant, dans ce film, c’est pas tellement la branche où on attend Pam, mais bref, mais alors surtout, ya une seule chanteuse, à la fin du film (pendant la scène de viol en réunion, pour ceux qui suivent), et elle est black. Je suis perplexe.

    Autre possibilité : c’est une autre Pam Anderson. Mais ce serait un putain de hasard quand même, vu le genre du film, la date et tout ça.

  16. Jérôme dit :

    Le plus étonnant, c’est que le SHOWGIRLS date de 1996 et que cette année-là, Pam tournait la 7ème saison de BAYWATCH (sa dernière) et le film (?) BARB WIRE…

    Peut-être que la scène a été coupée ?

  17. Jérôme dit :

    Autre chose, à cette époque, son nom de scène était Pamela Anderson Lee, donc c’est peut-être bien un homonyme.

  18. Cole dit :

    Tu n’es pas la seule ! Moi même j’adore ce film et il est l’un de mes guilty pleasure préféré sans nul doute.

    Comme tu l’as expliqué dans ton post, oui c’est kitsh (et encore que…) mais c’est jubilatoire. Je trouve le film complet, aboutie. C’est finalement l’ancetre des Coyote Girls et autres Save the Last Dance, en bien plus chaud evidemment.

    Elizabeth Berkley est d’une beauté sidérante tandis que Gina Gerhson est resplendissante. C’est vrai que les dialogues sont moyens mais le scénario est trés réussie. Entre rire, choc, sexe et rebondissements, ça ne s’arrete pas.

    Et puis surtout ShowGirls, ce sont des numéros de danses juste fantastique. L’espace de deux heures, on s’évade, on se croit transporter à Las Vegas tant les numéros sont plus que réussies.

    Quand à ma réplique préférée du film, c’est quand la grosse avec les seins qui sortent (qui me fait toujours mourrir de rire au passage) revient voir Nomi et lui dit qu’elle est encore plus belle qu’une bite de 20 centimetres. J’avoue, j’étais mort de rire.

    ShowGirls restera en tout cas l’un des principaux films dont je ne comprendrais jamais les critiques, trop coincées et trop frileuses.

  19. Jérôme dit :

    @ Cole : je ne suis pas coincé, ni frileux, mais je n’arrive pas à trouver la moindre qualité à SHOWGIRLS.

    Pour moi, ce film n’est que du vent et même si la plastique de certaines filles de la distribution est plus qu’agréable à regarder, ça ne fait pas un film.

    (D’autant que je déteste la danse…)

    Par contre, je suis bien obligé de reconnaître que tu as raison, c’est plus assumé que COYOTE GIRLS, tant dans le sexe que la vulgarité…

  20. ladyteruki dit :

    @Cole : Oh oui, la bite de 20cm !!! (ça va encore être mal interprété u_u )

    @Jérôme : je pense qu’à partir du moment où on est conscient qu’on regarde une bouse (cf. définition du guilty pleasure), on est d’accord avec toi, en fait. En l’occurrence, entendons-nous bien : Showgirls n’est PAS un bon film. C’est une merde racoleuse, mais on est tellement allé au bout de la logique que c’en devient un festival et c’est là que c’est bon, en fait. J’ajoute que de toutes façons, j’ai jamais vu les films de Verhoeven comme autre chose (qui a dit Starship Troopers ?!). Et puis, s’il y a un coupable de toute cette surenchère d’âneries, c’est quand même bien lui.

    Quoique, il faut rendre à César (celui qui chante) ce qui est à César, Berkley s’est vraiment défoncée pour ce rôle, elle s’est donnée à 200%… je ne sais pas si elle pensait que ce film ferait pour sa carrière ce que Basic Instinct avait fait pour celle de Sharon Stone mais il faut quand même reconnaître que dans tout ce bordel, c’est elle qui a l’air la plus convaincue.

  21. Jérôme dit :

    @ Lady : je m’incline et avous que je n’aurais pas du le prendre au premier degré !

    Par contre, je ne suis pas d’accord avec toi au sujet de Verhoeven, au moins pour ROBOCOP et BLACK BOOK…

  22. Jérôme dit :

    En fait, je crois que je devrais le revoir…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.