Baron de la drague

5 juin 2009 à 22:57

« Mark ! Eh, mon pote, comment va ? Mais ça fait une éternité ! Depuis quand ? Naaaan, Conrad Bloom, déjà ? Je le crois pas, on s’est forcément vus depuis… mais si, rappelle-toi, Sex & the City ! T’étais nul au pieu mais t’étais mignon comme tout. Alors, mais qu’est-ce que tu deviens ? Héros d’une nouvelle série médicale ? Cool ! Eh, avant que j’oublie, j’adore tes pattes d’oie, elles s’améliorent d’année en année. Ok, on s’appelle et on se fait une bouffe ? Génial, à bientôt alors… »

Si vous allez sortir ce soir et que vous vouliez savoir ce que je pense de Royal Pains avant de partir, c’est en essence tout ce que vous avez besoin de savoir. Si comme moi vous êtes exténués par votre boulot et que vous ne bougez pas de votre sofa avant demain, alors voilà la revue de détail…

Outre les charmantes retrouvailles avec ce bon vieux Mark Feuerstein, qui fait partie de ces gars qu’on suit du coin de l’oeil sans qu’ils ne nous manquent vraiment lorsqu’ils sortent de notre champs de vision, jusqu’à ce qu’on les retrouve par hasard et avec joie, Royal Pains, l’une des nouveautés de l’été, est une non-surprise amusante.
Non-surprise parce que, non, la série n’a rien inventé. Le coup de recycler à la fois le concept de Privileged en l’adaptant à la disparition fort opportune d’Urgences (qui laisse un vide dans les séries médicales que beaucoup vont tenter de combler dans les mois à venir) sans toutefois chercher à remplacer la défunte série en copiant sa recette trait pour trait, ce n’était pas très original mais ça a le mérite d’être finaud, et surtout suffisant en la saison. Mais amusante tout de même : on peut donc considérer l’objectif atteint.

Les premiers souffles de vie de Royal Pains sont pourtant irréguliers. Après une embolie scénaristique où le valeureux médecin tente un sauvetage en milieu improbable (ici un terrain de basket… il y en aura d’autres ensuite), volant au secours du patient le moins riche quitte à sous-évaluer le risque du patient le plus riche et VIP, j’ai bien cru que je ne tiendrais pas le coup, mais j’ai eu raison d’attendre. L’acte suivant s’ouvrait sur une très drôle séquence en appartement, avec un Mark plus téléphage que nature, qui orientait plus la série sur un ton qu’elle avait snobé les premières minutes : la comédie. Stats instables pendant un long moment. Le doigt sur le bouton d’arrêt, je songeais sérieusement à l’euthanasie de ce pilote dont j’entendais tant de bien depuis ce matin.

Et puis les choses se sont progressivement débloquées. Les scènes médicales ont commencé à être moins lourdes de clichés. Les personnages ont pris leur envol. Mark a probablement avalé quelques déconstipants, aussi. Le sexe faible a fait preuve d’une persuasion indéniable, et notamment la délicieuse Divya qui DOIT absolument prendre plus d’ampleur. Les décors ont parachevé le boulot. On pouvait extuber officiellement après 25 minutes bancales, Royal Pains était alors hors de danger. Deux pupilles vertes m’avaient aidée à patienter, j’avoue…

La variété de cas rencontrés, la technique MacGyver (assumée ensuite) de Mark/Hank, les personnages secondaires épatants d’énergie, la prod soignée, tout cela permet de passer un bon moment, puis de commencer à franchement rire, et même avoir une larmouchette à l’œil lorsque Mark/Hank réalise devant l’océan qu’il va s’établir ici et commencer une nouvelle vie (les histoires de nouveau départ ça me fait toujours ça, si vous n’aviez pas encore compris l’objet principal de ma passion pour Life), bref, à adopter Royal Pains, qui n’a peut-être pas forcément quelque chose de royal mais n’a rien de douloureux en tous cas.

Je souscris donc plus ou moins à la tendance générale : Royal Pains est une très honorable série d’été, un divertissement pas abrutissant à la fois léger et bien troussé, qui n’évite pas les poncifs du genre sans s’y embourber, bref, quelque chose qui se laisse regarder même s’il n’y a pas de quoi devenir accro à la série comme à de la morphine. Si j’en loupe un épisode, je ne pense pas en mourir et sans doute même pas ressentir d’effet de manque, mais c’est suffisamment agréable pour que je ne me plaigne pas de cette nouvelle addition à mon palmarès.
Et de 100.

par

, , , , , , , ,

Pin It

1 commentaire

  1. Nakayomi dit :

    A ranger dans ma catégorie « si un jour ça passe et que j’y pense » (oui, en plus, je ne connais pas Mark truc-muche… Haaan ! ^_^; Ou peut-être… Ou j’sais pas trop en fait…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *