Psycho-couac

26 juin 2009 à 23:16

Les plus anciens parmi vous se rappelleront peut-être des interrogations qui avaient précédé la création de la rubrique Dorama Chick. J’ai en effet longtemps pensé que, hors la fiction américaine, point de salut. Pourtant j’ai toujours regardé des séries venant d’autres contrées (et au début, souvent sans même le savoir, puisque petite je regardais aussi bien du canadien que de l’australien sans même m’en émouvoir), mais plus la téléphagie progressait, plus j’étais devenue un brin obsédée par la fiction américaine. En regardant en arrière, je pense que c’était surtout une réaction allergique à la ficton française.
Sur ce blog et ailleurs, depuis des années, on m’encourage à dépasser ce stade et m’ouvrir à la fiction d’autres pays, et je m’y emploie, comme vous avez pu le voir avec mes posts sur Benidorm, Diplomatic Immunity ou Arslaan. J’ai pas chômé, franchement. Une fois de temps en temps, je fais la rencontre d’un Jekyll, et je me dis que ça valait le coup. Alors je poursuis mes découvertes, encouragée.

Mais là, je suis tombée sur un os.
Comme vous commencez à le savoir, rien n’est plus exotique à mes oreilles que l’accent british, dont je suis finalement très peu familière. Quand je m’attaque à une série britannique, c’est que j’attends d’être récompensée de mon effort. Ici, j’ai surtout envie de me rouler en boule dans un coin en marmonant qu’on ne m’y reprendra plus.

L’objet du délit ? Psychoville. 28 minutes partagées entre l’ennui, l’attente, la stupeur et le dégoût (et quelques tagliatelles à la crème, repoussées au bord de l’assiette, en ont fait les frais).

A l’origine de Psychoville, il y a pourtant un pitch original (c’est comme ça que j’ai été piégée, d’ailleurs), mêlant mystère et burlesque : plusieurs étranges personnages sans lien apparent reçoivent tous la même lettre d’un personnage morbide qui semble ne pas leur vouloir du bien. Et là je dis : « ah bah au moins, ça nous change du poulet ».

Sauf que le mystère peine à s’installer en 28 minutes, qu’on n’en peut plus d’essayer d’installer les personnages, et qu’en plus, c’est particulièrement glauque. Souvent juste pathétique, mais globalement salement glauque. A un moment, j’ai même failli gerber (ceux qui ont vu sauront nécessairement de quel passage je parle).
Du coup ce n’est pas mystérieux ou burlesque, c’est juste de mauvais goût, et pis encore, mal écrit, trainant artificiellement en longueur afin de jouer sur l’ambiance, et ne finissant que par barber le spectateur.

Et bien-sûr, tout ça avec un accent british à couper au couteau (ou plutôt à la machette, retenez-moi, je vais faire un malheur), ce qui n’arrange pas mes affaires.

Après ça on s’étonnera que SeriesLive ne se soit pas fendu d’une fiche, eh bah je peux pas les en blâmer.

par

, , , , , , ,

Pin It

2 commentaires

  1. freescully dit :

    C’est sûr que Psychoville n’est pas vraiment évident à apprécier d’emblée sans avoir vu The League of Gentlemen. Personnellement, j’ai retrouvé cet univers crade avec cette galerie de complete freaks qui, une fois passé le visuel peu ragoûtant, est très drôle (enfin moi je trouve… mais je conçois que ce soit très très particulier).

  2. Nakayomi dit :

    Mais personne ne t’a recommandé Psychoville dans les séries britanniques ! Si tu n’en fais qu’à ta tête, forcément ! ^_^; (En tout cas, je suis presque curieux maintenant, c’est malin. Surtout que c’est la première fois que je lis quelque chose).

    Mais bon, la fiction britannique, c’est comme la fiction américaine, y’a pas que des perles ! (Je ne conseillerais pas The Palace par exemple).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.