Bon bah ça, c’est fait

27 septembre 2009 à 11:19

On est dimanche matin, j’ai une journée pour regarder les pilotes de la semaine passée, et pourtant j’ai le cerveau un peu en panne (à votre place je m’attendrais à ce que le post d’hier disparaisse très vite de la page d’accueil, d’ailleurs, donc lisez-le maintenant avant d’oublier !). Alors je me dis quoi ? Bah je me dis que je vais commencer par quelque chose qui ne va surtout pas trop solliciter mon intellect dés le matin.

Tout naturellement, mon choix s’est porté sur Brothers, une des rares séries dont je m’étais autorisée à regarder le trailer.

Que dire ? Que le post va être très bref, ça c’est clair.

Je n’étais pas fan d’UPN et ses comédies « prépositions blacks » : qui s’adressent à des noirs, qui sont écrites par des noirs, qui sont filmées avec des noirs… et Brothers est, c’est évident, l’héritier de ces séries.
Ce genre de série me brille les nerfs parce que les personnages y ont toujours un accent intenable (c’est bizarre parce que dans les autres séries ils parlent tout-à-fait normalement, mais quand on regarde ces sitcoms ils forcent toujours le trait) et s’énervent de façon quasi-hystérique à intervalles réguliers, sans compter qu’étrangement les personnages blancs (ou si on a de la chance, hispanos) y sont en minorité numérique et souvent affublés des personnalités les plus miteuses. Je ne sais pas si ça fait plaisir au public noir, s’il peut s’identifier dans ces recettes, mais une chose est sûre, c’est tout le contraire de la série ouvrant ses bras à la totalité du public de la chaîne avec bienveillance. Des séries comme Friends ont été taxées d’être trop blanches, mais au moins ça ne donnait pas l’impression d’être fait exprès pour qu’une partie des spectateurs se sente exclue.

Mais à la limite, ce que je vous dis là, je le dis avec Brothers comme j’aurais pu le dire quelques années en arrière avec d’autres, c’est même sans doute l’un des drames de cette série : elle n’a vraiment rien apporté de neuf, pour un peu on croirait qu’elle a toujours été là, cachée dans une grille, peut-être depuis plusieurs saisons. Un coup d’oeil au nom de ma cagoule ? « Brothers – 1×01 ». Ah non c’est bien le pilote. Je suis rassurée.

Pour le reste, il n’y pas grand’chose d’excitant : une superbe maison dans laquelle vit une famille tout-à-fait normale et où plusieurs des protagonistes vont se jeter des vannes à la tête jusqu’à ce que le générique de fin nous délivre… C’est du déjà vu.

Le point fort de Brothers aurait pu résider dans le fait que l’un de ses personnages soit handicapé, mais c’était oublier un peu vite combien les scénaristes de la série manquaient d’imagination. Pour que ce pilote soit convaincant, il aurait fallu que le frère qui a perdu l’usage de ses jambes soit traité comme il se doit, soit comme si on ne faisait pas attention à son fauteuil roulant, comme s’il était lui, point barre. Et pitié, pitié, épargnez-nous le couplet de la culpabilité : comme par hasard, c’est son frère qui est la cause indirecte de la perte de ses jambes. Ça ne fait rire personne, et ça n’ajoute même pas de dimension dramatique à la série, c’est juste un gros cliché (mais ça devient cliché de dire qu’une série emploie autant de clichés ces derniers temps, alors on s’en sort plus).
Pour que ce soit vraiment original, il aurait fallu plutôt éviter le pathos et taire complètement les causes de l’accident, jusqu’à en faire une blague récurrente même, et que tout le monde ait l’air d’oublier complètement cet état de fait jusqu’à ce qu’évidemment ça crée des situations drôles. Je pense à un personnage genre Todd dans Committed, en fait. Mais là non, on veut nous faire pleurer dans les chaumières lorsque la mère voudrait que son fils marche encore, on veut nous donner envie de voir les frères se réconcilier malgré toutes les blessures du passé, mais ça ne fonctionne pas drôle du tout, parce qu’en mangeant à tous les râteliers Brothers finit par n’être ni drôle ni triste.

La seule qui tire son épingle du jeu, c’est CCH Pounder qui comme souvent est très charismatique, mais exactement comme lorsque les annonces sur la série ont commencé à sortir, puis que le trailer a suivi, je me suis demandé ce qu’elle était venue faire dans cette galère. Courage, en continuant sur sa lancée, d’ici quelques épisodes la série devrait bientôt être annulée, et CCH Pounder retrouver le chemin du tournage d’une série qui la mérite.

par

, , ,

Pin It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *