Urban legend

27 janvier 2010 à 20:26

On m’a raconté qu’il existe une série sur la vie de trentenaire. Sur les doutes, les regrets, les choix. Il s’avère que je sais de source sûre que l’ami d’un ami a pu voir cette série, et qu’il l’a adorée.
Et aujourd’hui, que m’annonce ma cagoule ? Que la première saison est là, et s’offre à moi.

Et je n’ose y croire. Je n’ose croire que cette série que je veux découvrir depuis maintenant 10 ans est là, offerte, disponible, à portée de téléphagie en somme, non, mon cerveau ne le conçoit pas tout-à-fait.

Il y a des séries que je rêve de voir depuis toujours, semble-t-il. Et au fond je me demande bien pourquoi puisque précisément je ne les ai jamais vues. Tout ce que j’en sais, je le tiens de lectures de livres, d’articles, parfois de blogs… de propos rapportés en somme. Mes espoirs sont fondés sur quasiment rien finalement. Pourquoi ai-je tellement l’impression que cette série, entre tant que je n’ai pas plus vues, m’est destinée ?
Pourquoi je retiens à grand’peine mes larmes rien qu’à voir les noms des fichiers sous mes yeux ?

Ce n’est pas le cast, je n’ai pas pour eux de tendresse particulière, et a contrario des spectateurs américains, je les ai connus par leurs rôles ultérieurs à cette série. Ce n’est certainement pas le look, mon Dieu, si nous ne devions savoir qu’une seule chose, c’est que le look d’une série des années 80 ne peut pas être à son avantage, et dans le doute vous pouvez consulter mon post tout récent sur St. Elsewhere pour le confirmer. Ce n’est pas non plus l’histoire, car tout ce que j’en sais, c’est ce que je vous ai dit dans le premier paragraphe.

Je suis là, tremblante devant mon chez moi informatique, parce que, tout simplement, quelques personnes qui font autorité ont dit que c’était bien. Elles ont dit un peu plus que ça, mais c’en est la synthèse, une synthèse parfaite, en somme, tout ce qu’il y a à savoir est contenu dans cet adjectif : « bien ».
Ces personnes se rendent-elles compte de l’autorité qu’elles ont sur mon esprit de téléphage ? Les louages chantées au nom de cette série ont imprégné mon cerveau voilà une décennie maintenant, et font toujours de l’effet ? Ça parait impensable.

Après tout ce temps, aujourd’hui, après des années d’attente d’un DVD qui n’est jamais venu, après des mois de recherches sur divers sites, des semaines de cagoulage appliqué… aujourd’hui je peux vérifier par moi-même.

Et j’ai peur. J’ai peur parce que j’ai tellement attendu ce moment.

On m’avait dit que tu existais… et je vais le vérifier dans quelques instants, et ma main tremble sur la souris, et mon cœur palpite à cette idée, de cette palpitation typiquement téléphagique qu’on ressent quand on a trouvé le Saint Graal, disons jusqu’à la prochaine fois en tous cas, quand on a trouvé le moyen de regarder quelque chose qu’on pensait inaccessible à jamais, et que l’épisode est là, juste là !

Allez, cliquons sur PLAY. C’est l’instant de vérité.

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture : la fiche thirtysomething de SeriesLive.

par

, ,

Pin It

2 commentaires

  1. Nakayomi dit :

    Premier jeu : aller voir qui sont les acteurs et tenter de remettre leur visage jeune sur leur nom (Ken Olin, c’est le mignon p’tit brun, au milieu ? Il était vachement bien dis donc…).
    Oh Holly !

    Bon, je dois bien avouer que si j’ai croisé ce nom un jour, il ne m’aura pas laissé de souvenir très prégnant, parce que là j’avoue que… Non, ça me dit vraiment rien…

    Par contre, je ressens assez l’effet téléphagique que peut être la main mise sur une série qu’on attend comme le saint-graal… Faut juste espérer que l’attente ne sera pas ce qu’il y aura eu de meilleur dans le visionnage de la série.

  2. Eclair dit :

    J’ai eu exactement le même ressenti que toi en tombant sur la série. Fan absolu des créateurs à l’origine des plus belles séries IMHO (My so-called life, Once and Again), même si j’ai été moins extasié par Quarterlife, je recherchais depuis longtemps Thirtysomething, surtout que maintenant, je suis … dans la cible !

    Et contrairement à toi, j’ai pas encore poussé le bouton « play ». Ce saint graal, je veux me le réserver. Un peu comme une bonne bouteille, il faut lui réserver le bon moment pour la savourer.

    Mais tu nous diras, hein, ce que tu en penses, dis ? (sans trop de spoiler) ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.