F*ck me, I’m anonymous

7 mars 2010 à 21:27

Vous avez toujours rêvé de travailler à Hollywood ? Même si ce n’est que pour rester dans l’ombre des plus grands ? Histoire de voir enfin l’envers du décor par vous-même ? Quitte à acheter le PQ de votre idole ?

The Assistants va vous en faire passer l’envie. Et comme ce n’est pas la série que vous regardée en premier cet été quand elle est apparue sur la chaîne du câble The N (qui depuis a déjà eu le temps d’être rebaptisée TeenNick, je suis la seule à avoir du mal à suivre ?), je me suis dit qu’un post La preuve par trois ne serait pas du luxe.
Je m’efforce même de regarder des séries canadiennes maintenant, je suis en net progrès…


D’abord et avant tout… oui c’est la gamine qui jouait une surdouée dans un vieil épisode de Stargate SG-1. Avec quelques années de plus, comme votre don d’observation vous aura poussé à le remarquer.  Et quand je vous dis que c’est le visage qui m’a semblé le plus célèbre de tout le pilote, je pense que vous comprenez mieux pourquoi vous n’aviez pas entendu parler de The Assistants plus tôt. Au juste, je ne sais pas trop si c’est une bonne ou une mauvaise chose. Évidemment, on serait sur un network, je trouverais honteux qu’on n’ait pas réussi à boucler le moindre petit guest. Même Action! et son ton corrosif avaient réussi quelques belles prises, alors bon… Mais ça peut aussi être vu comme un avantage étant donné que cette vue du monde de l’industrie cinématographique est éloignée des stars et des paillettes ; c’est d’une autre population qu’on parle ici, ceux qui ont les mains dans le cambouis jusqu’au coude, et qui ne fréquenteront jamais le gratin. Enfin, à la vue de ce pilote, on l’imagine bien comme ça disons.


J’ai beaucoup aimé cette storyline -bien plus que celle de la petite nouvelle qui doit accomplir une tâche impossible dés son premier jour- parce qu’elle est à la fois très réaliste sur la hiérarchie du milieu, et très fantaisiste dans son déroulement et sa conclusion. On se dit qu’une telle méprise, si elle devait éventuellement se produire, ne durerait pas cinq minutes, mais ici, c’est le cas, et finalement c’est la plus belle prouesse de l’épisode, on y croit sans y croire un instant.
Le personnage de l’assistante un peu bitchy avec les dents qui rayent le parquet n’est pas très nouveau en soi, des nanas comme ça on en a des douzaines chaque année (on en parlait encore il y a peu pour The Deep End), mais l’ambition dévorante de Rigby fonctionne bien, et j’avoue que je ne saurais expliquer au juste pourquoi. Peut-être tout simplement parce qu’on s’attend à ce que l’univers du cinéma ne soit pas peuplé de naïfs petit Bisounours comme Gillian, mais plutôt de personnages peu scrupuleux à toutes les marches de l’escalier de la gloire. C’est résolument le meilleur personnage de la série si j’en crois le pilote (je n’ai pas encore décidé si je regarderais la suite).


Beaucoup de scènes de cet épisode consistent principalement en des scènes humoristiques (ou, parfois, essayant de l’être) mais complètement déconnectées du contexte. La mini-intrigue avec le message du répondeur est par exemple sans intérêt. Cela dit, c’est pire encore pour le 4e assistant qui est totalement inexistant et n’est là que pour un malheureux numéro de drague à deux balles, et encore, totalement avorté.
D’ailleurs la séparation entre les personnages est tellement consommée qu’on se demande un peu comment et pourquoi tout ce petit monde décide de sympathiser dans l’ultime scène du pilote, alors qu’il était évident d’une part, que les quatre assistants étaient plus ou moins en concurrence, et d’autre part que personne ne s’était adressé la parole de tout l’épisode ou quasiment. On a un peu l’impression que tout n’est pas décidé dans ce premier épisode : amis ou ennemis ? Un peu des deux et on verra plus tard.

Alors bon, je ne vais pas vous mentir, et vous l’aurez d’ailleurs deviné, The Assistants ne commence pas sur les chapeaux de roue. Et s’avère un peu trop consensuel pour être qualifié de bijou méconnu, c’est clair. Mais justement. En décidant que, bon, on peut parler de Hollywood sans tout de suite sortir le vitriol et le fouet, bref en s’adressant à un public préférant le divertissement à la satire, la série fait aussi un choix, celui d’utiliser un univers donné, mais pas trop, pour faire passer un bon moment. Tout simplement.

par

, , , , , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.